Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de From Mars to Sirius

Chronique de From Mars to Sirius

Gojira  - From Mars to Sirius (Album)

J'ai vu les baleines voler...



Certaines œuvres marquent. Non seulement elles peuvent marquer une génération mais elles peuvent aussi marquer un groupe. Avec From Mars to Sirius, Gojira se faisait découvrir du plus grand nombre et son nom commençait véritablement à chatouiller l’ouïe de l’auditeur metal lambda. Au début Gojira c’était l’underground : « Wah tu connais Godzilla ?! Putain ça péte grave ce truc, j’espère que ça va rester aussi énigmatique ! ». Seulement voilà, il y a des albums comme ça qui permettent à des groupes d’aller plus haut, de viser plus grand ; et si ça peut déranger le super metalleux des Landes chauvins de l’anciennement Godzilla, ba le reste non, et c’est le principal.

Finesse. C’est le premier mot qui peut venir à l’esprit du futur auditeur de cette galette. La pochette déjà. On savait les pochettes de Gojira originale mais là c’est la consécration : cette baleine volante et cette planéte au loin, sur fond blanc, contraste totalement avec l’imagerie metal et fout d’entrée sur le cul, poussant à la curiosité typique de l’humain. Finesse artistique mais aussi finesse dans les thèmes. S’inspirant de la religion des Dorons, peuple d’Afrique croyant en une étoile capable de regénérer les planétes, Gojira sort un album aux paroles écologiques et clairement engagées, marquant une coupure nette avec ce Death Metal archi stéréotypé.

Et de coupure il faut parler. Après The Link qui apparaissait comme l’album le plus spirituel jamais écrit par le groupe (et il l’est encore), From Mars to Sirius se devait tout de même de changer la donne. En effet, la différence entre le monstre Terra Incognita et l’organique The Link était énorme. Autant dire que Gojira pouvait encore une fois surprendre. Et quelle surprise ! Dès les premières notes d’ « Ocean planet », on sent que Gojira a changé, et évolué. C’est super mélodique et le chant a gagné en clarté, il se fait moins Death, plus guelé, plus personnel. Un morceau qui a le mérite d’ouvrir avec énormément de finesse ce From Mars to Sirius. Et nous revoilà à reparler de finesse ! Mais que dire d’autre à l’écoute d’un « Unicorn », interlude à pleurer tant la douceur des mélodies de guitare (proches d’une comptine) se marie avec brio avec le chant des baleines ? Que penser de « From Mars », légère et aérienne, avec son chant fin et limite parlé ? Cet album surprend sans cesse et nous délivre encore une fois des titres cultes.

« Backbone » déjà. LE titre culte de la galette, même si ce n’est pas le meilleur. Un véritable hymne gojirien pachydermique et mélodique au possible. « Flying Whales » encore, qui réutilise le chant des baleines sur une mélodie de guitare répétitive, lancinante, jusqu’à une violence triste. Enfin, que dire de « The heaviest matter of the universe », morceau incroyablement puissant et original dans la musicalité. Gojira utilise les harmoniques à foison, il en fait des merveilles de précision et d’émotion. Il alterne entre passages doucereux et rythmiques violentes mais toujours aussi mélodiques (« From the sky » et sa double pédale infernale ou « Flying Whales »). La précision technique est incroyable même si en deçà de The Link. Chaque morceau a une âme comme en témoigne le dyptique « From Mars/To Sirius », chaque morceau est une pierre à l’édifice, un but atteint vers la quête lancée par l’album. Une quête de spiritualité ; Gojira parvient à l’exploit de conjuguer le Death Metal au planant psychédélique. Il atteint des hauteurs vertigineuses de musicalité.

De musicalité, mais aussi de production. Enfin un son très bon pour Gojira ! Après le surmixé Terra Incognita et le brouillon The Link, ce From Mars to Sirius est une merveille sonore. Chaque note sonne d’enfer, la batterie claque et, chose notable, la basse est très présente, autre démarcation du Death metal traditionnel. Le son apporte alors clairement l’émotion désirée et donne à l’album un souffle de vitalité incroyable. C’est chaud, c’est humain mais aussi divin, le chant des baleines nous berce, les guitares, les rythmiques, malgrè une puissance non négligeable, n’arrachent pas les oreilles et ce chant bon sang ! Le chant a évolué vraiment, et il apporte énormément à l’opus, Joe hurle mélodique, il chante mélodique, il grawl mélodique. On hallucine vraiment.

Tant de choses sont à dire sur ce From Mars to Sirius qu’il n’est pas possible de les résumer ici. Il apparaît essentiel d’aller soi-même se faire un avis sur cette œuvre magistrale et culte des français qui marquera leur carrière à l’avenir. From Mars to Sirius c’est la deuxième césure d’avec leur style de départ. Plus aérien, plus mélodique, plus doux mais souvent plus violent que ses prédecesseurs, cet album est véritablement l’album de la maturité pour le groupe. Et en trois albums, autant dire que l’exploit est grand. Gojira s’est écarté de ses influences et signe un troisième essai plus personnel, où chaque titre vous fera vivre une multitude d’émotions. Un incontournable du metal tout simplement.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :  
NanoRoux  



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Aïe, Int qui met 6/10 à From Mars...j'ai mal.
ven. 26 juin 09- 13:32  
Int met souvent des notes moyennes à chaque chroniques que je lis. Bizarre ?

Perso, je mets 9.5/10. Que dire ? Si puissant, si fort, si différent... Bref !

dim. 2 août 09- 14:52  


From Mars to Sirius - Infos

Voir la discographie de Gojira
Infos de From Mars to Sirius
acheter sur Amazon
Sortie : 27 septembre 2005
Genre : Death Metal
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Ocean Planet (5:32)à écouter en premierparoles de Ocean Planet
2. Backbone (4:18)culte !culte !écouterlistenparoles de Backbone
3. From the Sky (5:48)à écouter en premierparoles de From the Sky
4. Unicorn (2:09)paroles de Unicorn
5. Where Dragons Dwell (6:54)à écouter en premierlistenparoles de Where Dragons Dwell
6. The Heaviest Matter of the Universe (3:57)listenparoles de The Heaviest Matter of the Universe
7. Flying Whales (7:44)listenparoles de Flying Whales
8. In the Wilderness (7:47)paroles de In the Wilderness
9. World to Come (6:52)paroles de World to Come
10. From Mars (2:24)paroles de From Mars
11. To Sirius (5:37)à écouter en premierécouterlistenparoles de To Sirius
12. Global Warming (7:50)paroles de Global Warming
écouter : Ecouter l'album



Gojira

Gojira
Gojira
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Death
Death
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Heritage
Heritage
2011

Chronique de Watershed
Watershed
2008

Chronique de The Roundhouse Tapes
The Roundhouse Tapes
2007

Chronique de Ghost Reveries
Ghost Reveries
2005

Opeth
Opeth
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Evangelion
Evangelion
2009

Chronique de Demigod
Demigod
2004

Behemoth
Behemoth
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Death Metal
Origine : Pologne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Titan
Titan
2014

Chronique de The Great Mass
The Great Mass
2011

Chronique de Communion
Communion
2008

Chronique de Mystic Places of Dawn
Mystic Places of Dawn
1994

Septicflesh
Septicflesh
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : Grèce

Rapports de concerts:

Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Mithridatic
Mithridatic
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Necrobreed
Necrobreed
2017

Chronique de Carnivore Sublime
Carnivore Sublime
2014

Chronique de Asylum Cave
Asylum Cave
2011

Chronique de Icon
Icon
2007

Benighted
Benighted
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts: