Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de A Touch Of Evil Live

Chronique de A Touch Of Evil Live

Judas Priest  - A Touch Of Evil Live (Album Live)

A touch of pognozof...



Evidemment.

Cela ne pourrait être autrement, les fans de Judas Priest protesteront vigoureusement contre cette note sévère, cinglante comme un coup de fouet, sèche comme un coup de trique (et quand Halford n'est pas loin, méfiance !). Ces mêmes fans qui pointent du doigt Iron Maiden en critiquant vertement le nombre de sorties "inutiles" depuis quelques années. Et qui ne voudront pas admettre que dans le genre ne-sert-à-rien, ce A Touch Of Evil Live se place aisément dans le peloton de tête.

Evidemment, ces fans se porteront en faux, leur groupe préféré ne peut pas se laisser aller à une telle bassesse. Et pourtant, cet album live est une arnaque. Pure et simple. La note pourrait être gentille par rapport à cette accusation sans complaisance. Parce qu'il faut arrêter de prendre les fans pour des cons ou pour des vaches à lait. Et depuis le retour de Rob Halford au sein du Priest, la pratique donne presque l'impression d'être devenue une habitude, ce qui la fout mal quand on se penche sur une carrière des plus exemplaires du metal.

Depuis le retour de Rob, on a eu droit à deux albums studios inégaux et loin d'égaler la classe d'opus vieux de vingt ans. Là, on peut pardonner, passé un certain âge, un groupe peine à garder la même intensité et Nostradamus est loin d'avoir la force épique qui sied à un projet aussi ambitieux. On a également eu droit à un coffret Metalogy qui fait honteusement l'impasse sur la période Tim Owens (quatre titres en tout, deux albums moins représentés que le bancal Point Of Entry) ainsi que deux dvd live (dont un qui retrace un concert de 1982 disponible sur Metalogy...). Et cet album live simple, sensé présenter des chansons que Halford n'a pas chanté sur le Unleashed In The East ou le Priest Live ! (mais dont quelques unes ont été interprétées avec brio par son remplaçant...).

C'est une bonne initiative ! hurleront les fans invétérés du groupe qui ont déjà tous les produits cités dans le paragraphe précédent et qui retrouveront des versions audio de ce qu'ils ont vu en vidéo sur le dvd Rising In The East de 2005. A l'époque où Metal God est devenu Prompteur God en fait. Certes, il faut penser au pauvre type sans trop de moyens qui rêve d'entendre A Touch Of Evil entonné par un Rob Halford vieillissant plutôt que de se contenter des versions proposées avec application par le jeune Ripper Owens.

Mais Judas Priest, c'est avec Rob et Rob est Metal God ! ne manqueront d'argumenter ces fans. Est-ce une raison pour sortir un tel produit, un simple disque de même pas une heure (à une minute près, certes...). Ah mais c'est vrai, on a l'habitude des doubles et une énième version de Hell Bent For Leather et de You've Got Another Thing Comin' aurait été un peu lourd, le groupe a pensé à ses fans... Peut-être. Mais alors pourquoi avoir laissé Rob à la peine sur des morceaux qu'il n'est plus capable de chanter, comme Painkiller ou Dissident Agressor ? C'est d'autant plus flagrant que les titres les plus récents, comprenez ceux qui datent de son retour se montrent bien plus convaincants, comme Prophecy qui est sublimé par la scène (là où Death dévoile clairement son manque d'envergure...). Mais le groupe n'est pas à blâmer dans sa prestation. Tipton et compagnie, à leurs âges, assurent encore bien. Cependant leur chanteur légendaire n'est plus à la hauteur de sa réputation et sa voix ne peut plus grimper.

Foutaises ! s'emporteront ces fans. Et pourtant... L'écoute de cet album est étrange, on finit clairement par se demander à quel point tout cela est overdubbé. Et de constater avec consternation que tous les albums lives sortis avec Rob Halford sont trop propres, sujets à caution. Et ça la fout mal.

Mais les fans irréductibles y trouveront leur compte. Ceux qui ne le sont pas mais qui connaissent bien l'oeuvre du Priest ne comprendront en revanche pas l'utilité d'un tel live qui fleure mauvais, celui de l'argent facile, sur le dos des fans qui sont prêts à tout pour leur groupe fétiche. Bref, il vaut mieux se pencher sur le '98 Live Meltdown. Ce n'est pas avec Rob Halford, mais la prestation du groupe y est immense et Owens était impérial d'un point de vue chant. Et merde ! de conclure les true fans.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Rising In The East est selon moi presque parfait donc pourquoi A Touch Of Evil?? Cela me semble bien plus un coup de $$ du label qu'autre chose.
lun. 26 oct. 09- 04:51  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

A Touch Of Evil Live - Infos

Voir la discographie de Judas Priest
Infos de A Touch Of Evil Live
acheter sur Amazon
Sortie : 14 juillet 2009
Genre : Heavy Metal
Album Live

Playlist :
1. Judas Rising (4:23)
2. Hellrider (5:38)
3. Between The Hammer And The Anvil (4:35)
4. Ridding On The Wind (3:28)
5. Death (7:52)
6. Beyond The Realms Of Death (6:52)
7. Dissident Agressor (3:03)
8. A Touch Of Evil (6:10)
9. Eat Me Alive (4:35)
10. Prophecy (6:07)
11. Painkiller (7:12)
écouter : Ecouter l'album



Judas Priest

Judas Priest
Judas Priest
Voir la page du groupe
Création : 1967
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Iron Maiden
Iron Maiden
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Sacrifice
Sacrifice
2013

Chronique de Into The Labyrinth
Into The Labyrinth
2009

Chronique de Killing Ground
Killing Ground
2001

Chronique de Metalhead
Metalhead
1999

Saxon
Saxon
Voir la page du groupe
Création : 1976
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Fight
Fight
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Power Metal
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Winter Songs
Winter Songs
2009

Chronique de Winter Songs
Winter Songs
2009

Halford
Halford
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts: