Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Slow, Deep and Hard

Chronique de Slow, Deep and Hard

Type O Negative  - Slow, Deep and Hard (Album)

 7 
10

Lent, profond et dur



Type O Negative a marqué son temps et surtout les esprits de par l’humour noir et l’image politiquement incorrecte de son leadeur, Peter Steele, un géant de plus de deux mètres d’origine russo-polonaise, romantique et dépressif, aux faux airs de Kurgan dans Highlander avec Christophe « fuckin » Lambert.

L’aventure commence quand il profite du hiatus longue durée de Carnivore pour former son nouveau groupe, en compagnie de Josh Silver, que l’on pouvait retrouver avec Steele dans Fallout, du batteur Sal Abruscato et du guitariste Kenny Hickey, en 1988. Le combo se nommera Repulsion, puis Subzero, mais change à nouveau de nom après que Peter ait trouvé un nom dans les pages jaunes : TYPE O NEGATIVE, en référence au groupe sanguin.

Rapidement, le quatuor se charge de réaliser une démo, qu’ils envoient à un jeune label, Road Racer Records. Peu de temps après, la bande de Peter Steele se voit offrir un deal de cinq opus avec le label, qui changera de nom en Roadrunner Records.
En 1991, Type O s’empresse de sortir son tout premier album au titre revendicatif : Slow, Deep And Hard. Pas besoin d’être bilingue pour comprendre, la carrière du groupe démontrera que ce titre n’est pas anodin et que les mecs de Brooklyn sont des sacrés pervers assoiffés de sexe et d’excès en tout genre. La pochette trompe l’œil, une image brouillée à la signification qui reste pour le moins mystérieuse, elle est censée représenter un acte de pénétration… ou pas. Difficile de distinguer ce contenu visuel pour le moins intriguant de la part de Steele et compagnie.

Ce premier album sera très mal accueilli à l’époque, le groupe est jugé de misogyne et de nazi. Provocateurs dans l’âme, les quatre s’adonnent à une leçon de metal sauce punk façon gothique. Les influences hardcore de Carnivore sont très vite décelables sur « Unsuccessfully Coping With The Natural Beauty of Infidelity », ouvrant cet opus de la plus belle des manières. Les changements de rythmes sont tantôt doom, tantôt thrash metal, suppléé par une ambiance gothique orchestrée par Silver. Douze minutes d’expérimentations aboutissants à un refrain désormais culte ("I Know You're Fucking Someone Else"). Ce dernier n’est pas le seul à dépasser les dix minutes, le dérangeant « Prelude to Agony » fait office de démonstration, avec ces expérimentations incessantes et tordues. On apprendra ensuite que tous les textes de cet opus, au-delà de l’humour noir et malsain qui tourne autour, sont tirés des expériences du géant d’acier.

Pour ce Slow, Deep And Hard, les américains sont toute fois très mystérieux et surtout, très expérimentaux. L’alternance des passages peut rapidement lasser un auditeur non-averti à ce genre de délire qui peut durer des minutes entières. Type O tape là où ça fait mal et malheureusement, sans chercher à comprendre. Les délires punks hardcore propre à la scène new yorkaise, à laquelle Peter Steele a longtemps fait parti, prennent une place importante de ce disque, au milieu des orgues religieuses et charismatiques. L’anecdote veut que ce soit Peter qui ait trouvé le nom du groupe d’Evan Seinfeld, Biohazard, et c’est d’ailleurs ce même Peter Steele qui a écrit les textes de Victim in Pain d’Agonstic Front.

Mais attention, ce premier album est subtil, tellement subtil qu’il faut l’écouter plusieurs fois pour le comprendre et comprendre les choix des quatre new yorkais. Du début à la fin, on se retrouve surpris, balloté, ennuyé, puis ré-intéressé aux sons de Type O Negative. Gravitational Constant démontre un final excitant où l’on sait que l’on a affaire à un géant.

(0) Modifier l'article
par Choko, le 16 avril 2010
Voir toutes les chroniques de Choko


Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Slow, Deep and Hard - Infos

Voir la discographie de Type O Negative
Infos de Slow, Deep and Hard
acheter sur Amazon
Sortie : 1991
Genre : Gothique Metal
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Unsuccessfully Coping With the Natural Beauty of Infidelity (12:39)paroles de Unsuccessfully Coping With the Natural Beauty of Infidelity
2. Der Untermensch (8:55)paroles de Der Untermensch
3. Xero Tolerance (7:45)paroles de Xero Tolerance
4. Prelude to Agony (12:14)paroles de Prelude to Agony
5. Glass Walls of Limbo (Dance Mix) (6:41)paroles de Glass Walls of Limbo (Dance Mix)
6. The Misinterpretation of Silence and Its Disastrous Consequences (1:04)paroles de The Misinterpretation of Silence and Its Disastrous Consequences
7. Gravitational Constant: G = 6.67 * 10-8 Cm-3 Gm-1 Sec- (9:14)paroles de Gravitational Constant: G = 6.67 * 10-8 Cm-3 Gm-1 Sec-
écouter : Ecouter l'album



Type O Negative

Albums chroniqués :
Chronique de Dead Again
Dead Again
2007

Chronique de Life Is Killing Me
Life Is Killing Me
2003

Chronique de October Rust
October Rust
1996

Chronique de Bloody Kisses
Bloody Kisses
1993

Type O Negative
Type O Negative
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Gothique Metal
Origine : États-Unis




Groupes en rapport


Paradise Lost
Paradise Lost
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Alpha Noir
Alpha Noir
2012

Chronique de Lusitanian Metal
Lusitanian Metal
2008

Chronique de Night Eternal
Night Eternal
2008

Chronique de The Antidote
The Antidote
2003

Moonspell
Moonspell
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Gothique Metal
Origine : Portugal

Rapports de concerts:

Carnivore
Carnivore
Voir la page du groupe
Création : 1982
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis


Refrain
Refrain
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Heavy Metal
Origine : Finlande


Biohazard
Biohazard
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: