Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Alphabet Prison

Chronique de Alphabet Prison

Pleymo  - Alphabet Prison (Album)

 4 
10

Final raté



Souvenez-vous, c’était il y a bientôt vingt ans : la vague néo metal déferlait sur la planète, apportant un souffle de folie et d’idées nouvelles dans une sphère metal en manque de repères et d’identité. Les américains sont les premiers à avoir exploité ce filon d’un néo metal lourd et malsain. Deftones les premiers puis par la suite Korn. Ce ne sera qu’à la fin des années 1990 que la vague néo metal va s’abattre sur l’Hexagone. Les meilleurs représentants tricolores de ce genre vont d’ailleurs se concentrer au sein du collectif de la Team Nowhere. Parmi eux, on retrouvera AqME, Enhancer, Vegastar et surtout Pleymo.

Les français de Pleymo se sont formés en 1997 et ont très vite su se démarquer de leurs congénères de par leur esprit novateur et la violence de leur musique. Néanmoins, dix ans après leurs débuts fracassants, une évidence se pose : le néo metal n’est plus à la page. Cette mort programmée du style sonne le glas de la formation française. Mais avant de s’éteindre (ou plutôt avant de faire une « longue pause » comme ils le disent eux-mêmes), les musiciens de Pleymo souhaitent mettre le paquet une dernière fois, comme pour rappeler leur prestigieux passé et donner du bonheur à leurs fans avant le split. Malheureusement, ce dernier opus est celui de trop pour Pleymo qui aurait pu s’abstenir d’une telle abomination.

Car oui, n’ayons pas peur des mots, cet Alphabet Prison est une abomination, un de ces albums dont on aurait ne jamais souhaiter voir l’existence. Le disque de trop en fait. Sur cet album, on a sans cesse l’impression de vaciller entre un rock à la Kyo (« Galaxie Autarcie ») insupportable au possible et le néo metal stéréotypé des derniers Korn. Dès l’entrée de cet opus, Pleymo déçoit. La musique ne s’emballe jamais : ainsi, a-t-on droit à des pseudos envolées de voix qui n’apportent rien et rendent le tout assez pompeux, voire carrément insignifiant (écoutez « Qu’est-ce qu’il nous restera », on dirait du Damien Saez !) ; quant aux paroles, elles ne sont pas à la hauteur des précédents opus du combo. A ce titre, le morceau-phare « Adrénaline » est l’archétype-même de cette incapacité à convaincre. Le chant rappelle celui de Benoît à l’époque de Kyo (aujourd’hui chanteur dans Empyr). Quelques morceaux donnent un peu plus la pêche, sans pour autant parvenir à rassasier l’auditeur (« Sept » et sa ligne de basse intéressante bien suppléée par des hurlements ou encore les guitares sur « Phantom » et « Zéphyr »). Ce titre est d’ailleurs le meilleur de ce skeud d’une longueur sans fin.

Heureusement pour le fer de lance de la scène néo metal française, la production est irréprochable et rend bien compte de toutes les subtilités de la musique de Pleymo. Un bon point pour cet album qui en manque cruellement. Mais ne blâmons pas trop ces musiciens qui nous ont remplis les oreilles de leur néo metal dévastateur durant une décennie.

Au final, cet Alphabet Prison n’est donc pas l’album de fin que l’on attendait. Pauvre artistiquement, il n’est pas plus sublimé par une interprétation qui manque de convictions. Avec cet album, Pleymo sort par la petite porte. Si pour l’instant le groupe a décidé de faire une pause, il n’est cependant pas impossible de les revoir au premier plan dans les mois ou les années à venir. Un retour qui pourrait voir le retour à des compositions plus évoluées et qui raviraient les fans de la première heure. En attendant, il faut se contenter de cette production médiocre qui entache la réputation du groupe. On s’attendait à un final éblouissant, on repassera.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :  
NanoRoux  



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Je suis assez d'accord cet album est fade au possible, et laisse une impression de bâclage. Tout est décevant: paroles manquant d'inspiration, la voix "kyotesque" inappropriée au fond musical, et les parties de guitare ont vraiment du mal à convaincre. L'album de trop efictivement
jeu. 15 avril 10- 18:34  
Il ne me plaît pas du tout non plus, mais je ne le trouve pas particulièrement décevant, puisqu'il s'inscrit bien dans le changement amorcé par Rock. Pour moi cet album aurait plus sa place dans un futur Rockship.
Ca aurait été mieux si ils avaient splitté pour former un nouveau groupe ouvertement axé Rock, à partir de l'album du même nom !

ven. 16 avril 10- 01:06  


Alphabet Prison - Infos

Voir la discographie de Pleymo
Infos de Alphabet Prison
acheter sur Amazon Table './nanoroux_bdd/images' is marked as crashed and should be repaired