Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Megatropolis

Chronique de Megatropolis

Iron Savior  - Megatropolis (Album)



La véritable difficulté, lorsqu’on tente de mettre des mots sur l’expression créative de quelques uns des artistes animés par un conservatisme solidement ancré dans leur vécu culturel, réside dans le fait que souvent ils deviennent impuissants à en détailler des nuances qui sont, somme toute, assez infimes. Ainsi rien ne ressemble plus à une œuvre classique qu’une autre traditionnelle. Cette relative complexité, accrue lorsque l’artiste est allemand, peuple rigoriste et conformiste s’il en est, se voit considérablement alourdis lorsqu’on évoque le cas Piet Sielck. Le musicien et leader charismatique d’Iron Savior, professionnel aux talents immenses dont il est inutile d’encensé les capacités, tant elles sont unanimement reconnues, possèdent toutefois une vision très irréductible concernant le Heavy/Speed Metal. Une vision faite de règles immuables qu’il s’applique à respecter sempiternellement sur chacune de ses œuvres.

Et ainsi rien ne ressemble moins à un album d’Iron Savior qu’un autre album d’Iron Savior.

Pourtant cette maxime, dont on peut difficilement nier l’authenticité se doit d’être, à la mesure de ce Megatropolis sixième album studio des allemands d’Iron Savior, quelque peu nuancée.

Indéniablement, les mélodies, les rythmes, l’âpreté de la voix très particulière de Piet, demeure des caractéristiques invariablement présentes, prégnantes et symptomatiques de la musique de ces teutons. Pourtant la volonté, quelque peu nouvelle, d’aller au-delà de cette image sclérosante aux aprioris pesant, est bien présente aussi. Ainsi, outres le trop traditionnelle Running Riot qui débute les hostilités, des titres tels qu’un délicieux Cybernatic Queen et ses voix claires inaccoutumés, ou encore qu’un excellent A Tale from Down Below, mid-tempo à l’atmosphère lancinante aux chants moins rugueux en témoigne admirablement. Evoquons encore un pesant Flesh où les modulations vocales de Piet sont intéressantes.

Notons aussi, au chapitre de ces diverses aspirations à nuancer son œuvre, les qualités indéniables des refrains de cet album. Dans un souci mélodique appuyé, ils s’inscrivent, en effet, dans une démarche tout à fait louable et, surtout, tout à fait appréciable. Evoquons encore un dessein infimes mais perceptible d’offrir quelques rares moments aux climats moins immédiatement graves, sérieux et concernés (le remarquable et enjoué Cyber Hero, par exemple).

Bien évidement ces efforts manifestes à tenter de diversifier quelque peu son propos, s’ils sont des plus respectables, demeurent minimes, et ne parviennent, évidemment pas à dénaturer suffisamment la musique d’Iron Savior pour totalement la libérer de ses lourdeurs les plus méthodiques. De telle sorte que si le résultat apparait comme bien moins linéaire que d’ordinaire, il reste, tout de même, assez convenu.

Quoiqu’il en soit, Iron Savior poursuit dans sa démarche créative inaltérable, à peine corrompu par quelques nuances mélodiques supplémentaires, volontairement désireuse de défendre les traditions immuables, et ancestrales, d’un Heavy Speed germaniques tels qu’il le conçoit. En digne héritiers de Grave Digger et de Helloween, il nous en propose une vision passéiste qui si elle ne peut être coupable d’aucune révolution à venir, demeure de très bonne qualité.

Ce Megatropolis s’inscrit donc dans l’étroite continuité de ses prédécesseurs. Il nous propose, fort du talent indéniable de musiciens aguerris, le délicieux condensé d’un genre désuet. Sans fracas et sans bruit Piet Sielck poursuit son chemin, continuant de nous proposer des œuvres qui, si nous ne pouvons pas toujours présager des sentiments qu’elles feront naitre en nous, demeure des témoignages d’une musique aux qualités avérés. Des œuvres donc pas nécessairement inoubliables mais toujours appréciables. Ce qui, après tout, excepté pour ceux avides de révolutions constantes, demeure une garantie de plaisir amplement suffisante. Et ce Megatropolis, malgré ces imperfections, sera, assurément, une source de plaisir.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Megatropolis - Infos

Voir la discographie de Iron Savior
Infos de Megatropolis
acheter sur Amazon
Sortie : 4 juin 2007
Genre : Power Metal
Playlist :
1. Running Riot (04:57)
2. The Omega Man (04:52)
3. Flesh (05:01)
4. Megatropolis (05:03)
5. Cybernatic Queen (04:52)
6. Cyber Hero 7. A Tale From Down Below (04:58)
7. 8. Still I Believe (05:18)
8. 9. Farewell and Good Bye (04:35)
écouter : Ecouter l'album

Iron Savior

Albums chroniqués :
Chronique de Rise of the Hero
Rise of the Hero
2014

Chronique de The Landing
The Landing
2011

Chronique de Megatropolis
Megatropolis
2007

Chronique de Unification
Unification
1999

Iron Savior
Iron Savior
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Power Metal
Origine : Allemagne




Groupes en rapport


Queen
Queen
Voir la page du groupe
Création : 1970
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni


Grave Digger
Grave Digger
Voir la page du groupe
Création : 1980
Genre : Speed Metal
Origine : Allemagne


Helloween
Helloween
Voir la page du groupe
Création : 1978
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:


Sonata Arctica
Sonata Arctica
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Power Metal
Origine : Finlande

Concerts:
Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Archangels In Black
Archangels In Black
2009

Chronique de Dominate
Dominate
2006

Chronique de Underworld
Underworld
2003

Adagio
Adagio
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Power Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de In the line of fire
In the line of fire
2015

Chronique de Inhuman Rampage
Inhuman Rampage
2006

DragonForce
DragonForce
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Power Metal
Origine : Royaume-Uni

Concerts:
Rapports de concerts: