Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Royaume de Glace

Chronique de Royaume de Glace

Sombres Forêts  - Royaume de Glace (Album)

 8 
10

Le rêve de Candeloro ?



Dans l'esprit commun, le black est une musique haineuse, faîte de rage anti-chrétienne ou pire, anti-sémite. Des clichés qui véhiculent, alimentés par certains groupes eux-mêmes et qui peuvent attirer un public que l'on n'aime pas forcément voir associé au monde du metal, qui souffre déjà d'une mauvaise presse pour ce qu'il est. Aux oreilles d'une large partie du monde civilisé (et certainement dans les peuplades primitives qui parsèment encore la planète, vivant chichement et adorant des idoles représentant des petits dieux perdus dans les confins d'une mythologie morte-née), le metal, c'est du bruit. Point barre, à la ligne, tirez un alinéa. Surtout sa frange la plus extrême, celle qui se ballade avec des bracelets à clous, des croix retournées et des corpse paints qui deviennent de plus en plus amusants à reproduire sur les pandas du zoo (et si vous vous faîtes chopper, je ne vous connais pas, compris ?).

Et pourtant, le black metal, dans sa globalité, ne se résume pas qu'à cela. Et on n'avancera même pas les oeuvres symphoniques qui parsèment cet univers noir et grouillant de vermine, ni même les traités de vampirisme pour les nuls initiés par Cradle Of Filth (avec tout le respect, si, si, qu'on leur doit). Le black metal peut également être subtilité et beauté. Bien sûr, le terme beauté peut s'appliquer à quelque chose de raw, cru et brouillon quand on est fan et que l'on est transporté par ce que l'on écoute. Mais la beauté, désespérante et malsaine de Sombres Forêts conduit en des lieux sépulcraux, où l'on peut rester prostré à écouter ces litanies lugubres et quelque part, merveilleuses de ce projet d'un seul homme, Annatar.

Le monde du black metal ne se restreint d'ailleurs pas qu'à la Scandinavie et l'Europe. Le Canada dispose aussi de beaux prétendants, comme Gris et ce Sombres Forêts. Et chez nos cousins dévoreurs de poutine (non, pas le chef d'état caché derrière une marionnette, l'espèce de truc qui fait grimper le taux de cholestérol de 5 points rien qu'à la regarder), on avance plus dans une dépression sournoise et misanthropique, baignée d'atmosphères lugubres et évocatrices. Ainsi, ce Royaume de Glace se vit autant qu'il s'écoute. La pochette donne déjà le frisson. Elle n'est pas horrible. pas forcément très belle non plus; Mais les couleurs, tout réside dans ce jeu subtil qui annonce un froid mordant.

Et la musique est bien sûre à l'avenant. Froide, mais pas mesquine. Elle trace des lignes mélodiques appréciables, mais glauques. L'intro de ce disque nous happe, comme si la glace s'est brisée sous nos pieds et nous entraînait vers le fond. Mais n'est-ce pas mieux ainsi après tout ? Elle ressemble à une invitation à se laisser couler, à fermer les yeux sur ce monde en dégénérescence et en cela, elle est belle. Courte, mais fabuleuse dans l'ambiance qu'elle dessine déjà. Son défaut ? Ne pas être parfaitement rattachée au premier titre. Mais serait-ce un défaut, finalement ? Cette intro mérite de vivre sa vie, elle mérite de se développer seule, de grandir et de mourir dans un miroir poignant.

La musique se développe entre du grandiose et du minimalisme, les deux données étant soigneusement enlacées. Servie par une production brouillonne juste ce qu'il faut, elle se développe en longues plages instrumentales découpées par le chant désespéré de Annatar, déchirant comme ses cris qui viennent déchiqueter des moments de plénitudes acoustiques du meilleur effet. Et là encore, il convient de fermer les yeux et de laisser les images venir à nous. On s'imagine aisément dans une forêt obscure, où les arbres tordus semblent se refermer sur nous. Il n'y a pas de place, mais le bruit de nos pas sont étouffés par la neige et dans le noir, des myriades d'yeux jaunes nous observent, attendant le moindre signe de faiblesse pour fondre sur nous. Le domaine du Loup.

Les textes tiennent une part importante. Il convient de les lire pour apprécier d'autant plus les effets et les ambiances posées ça et là. L'Oeil Nocturne, par exemple, est d'une finesse insoupçonnée quand on ne fait face qu'au chant brut d'Annatar. Mais une fois qu'on est dans le texte, les subtilités musicales prennent toute leur importance, jusqu'au final acoustique délicat qui se voit brutalement annihilé par un hurlement d'outre-tombe. Une des grandes réussite de cet album, un morceau qui s'écoute facilement en boucle et qui, à la longue, peut remuer beaucoup de chose en nous, des sentiments surtout. Ces foutus sentiments qui peuvent amener la joie avec les larmes ou la mélancolie avec le sourire...

Même si l'ensemble n'est pas parfait, certains titre ayant du mal à se mettre efficacement en place, l'outro acoustique jolie mais qui n'apporte finalement pas grand chose à cet album, Royaume de Glace est une bonne surprise. Ceux qui ont apprécié Quintessence adhèreront forcément au discours d'Annatar ici. Un développement logique finalement, même s'il n'y a pas franchement de grandes révolutions. Mais inutile aussi de trop en demander. Le brassage des sens d'album en album ne peut se faire si la marge d'évolution est trop importante, il faut garder ses repères pour ne pas se perdre dans ces Sombres Forêts où le danger peut se dissimuler n'importe où.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Royaume de Glace - Infos

Voir la discographie de Sombres Forêts
Infos de Royaume de Glace

Sortie : mars 2008
Genre : Black Metal Atmosphérique
Playlist :
1. (Untitled) (1.54)à écouter en premier
2. Royaume de Glace (8.08)à écouter en premier
3. The Forest (9.51)à écouter en premier
4. Cold Forgotten Earth (8.16)à écouter en premier
5. La Nuit (9.04)culte !culte !
6. L'oeil Nocturne (9.47)à écouter en premier
7. Solstice (4.19)à écouter en premier
écouter : Ecouter l'album



Sombres Forêts

Albums chroniqués :
Chronique de Royaume de Glace
Royaume de Glace
2008

Sombres Forêts
Sombres Forêts
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Black Metal
Origine : Canada




Groupes en rapport


Cradle Of Filth
Cradle Of Filth
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Black Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Quest for Reality
Quest for Reality
2006

Annatar
Annatar
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Metal symphonique
Origine : Pays-Bas


Quintessence
Quintessence
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Black Metal
Origine : France


Dimmu Borgir
Dimmu Borgir
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Immortal
Immortal
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Emperor
Emperor
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Black Metal
Origine : Norvège


Albums chroniqués :
Chronique de Umskiptar
Umskiptar
2012

Chronique de Fallen
Fallen
2011

Chronique de Fallen
Fallen
2011

Chronique de Belus
Belus
2010

Burzum
Burzum
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Black Metal
Origine : Norvège