Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Across the Dark

Chronique de Across the Dark

Insomnium  - Across the Dark (Album)

Feed off the melancholy, get drunk from despair...



Trois ans... C'est la durée qui sépare Across The Dark de son prédecesseur Above The Weeping World. Trois années durant lesquelles les finlandais d'Insomnium ont peaufiné leur musique: une lente gestation qui nous emmène aujourd'hui vers un opus plus imposant encore que ceux peuplant sa déjà belle discographie. Usant encore et toujours de la dualité opposant un death mélodique puissant à de magnifiques interludes acoustiques ( formule ayant jusque-là fait ses preuves), Insomnium n'a cependant pas oublier que pour survivre, il doit évoluer.
Alors, que vaut le cru Insomnium 2009?


Tout commence par l'artwork. En effet, on note déjà un léger changement: l'apparition d'une personne, qui tranche net avec les traditionnels paysages utilisés jusqu'à maintenant. Bien que ça ne concerne pas directement la musique de nos finlandais, l'artwork réalisé par Wille Naukkarinen (Ghost Brigade) est une vraie réussite et met l'auditeur dans le bain dès le premier coup d'oeil: à la fois mystérieux, sombre et mélancolique, en adéquation parfaite avec la musique d'Insomnium.

Mais passons aux choses sérieuses.
L'album démarre sur une intro acoustique dans laquelle beauté et mélancolie trouvent ici un terrain d'entente plus que vertueux. Fidèle aux intros de chaque album d'Insomnium, elle monte en puissance à grands coups de leads pour déboucher sur le premier véritable hit: "Down With The Sun". Aux mélodies sinçères et touchantes, ce morceau est l'un des meilleurs pondus par le groupe, à l'image d'un "Mortal Share" sur Above The Weeping World. L'usine à riffs est lancée, le travail étonnant (et détonnant) de la paire guitaristique fait une nouvelle fois merveille, secondée par une basse très présente (comme toujours) et une batterie au jeu précis. Jusque-là, du Insomnium tout craché.
Mais la nouveauté pointe le bout de son nez dès "Where The Last Wave Broke" avec l'arrivée d'un chant clair en plein refrain, le groupe n'ayant jamais utilisé cette approche jusqu'à maintenant. Pas vraiment puissant, il risque bien de faire grincer quelques dents, chicots appartenant sans doute à ceux voyant ici une tentative commerciale... Notons également des claviers plus présents (signés Aleksi Munter de Swallow The Sun et Ghost Brigade), qui apportent une touche plus atmosphérique (flagrant sur "Weighed Down With Sorrow") à un ensemble déjà bien empreint d'atmosphères mélancoliques.
Toujours est-il que ces apports permettent de rendre la musique de Across The Dark moins extrême, ou en tout cas plus calme: la force tranquille en somme!

Mis à part ce chant clair fraîchement intégré et ces claviers plus imposants, Insomnium poursuit sa route, dégainant de vraies tueries mélodiques et puissantes, aux refrains accrocheurs ("The Harrowing Years", où le chant clair se voit bien mieux utilisé que précédemment, "Lay Of The Autumn", "Weighed Down With Sorrow" ou l'énorme "The New Beginning"). Tout ce qui a fait le succès de Since The Day It All Came Down et d'Above The Weeping World se voit ainsi prolongé: les leads inspirés soulignant des riffs déjà accrocheurs, un chant alternant vocaux death et chuchotements, de splendides interludes acoustiques... De plus, les finlandais parviennent à faire voyager son auditeur dans ses méandres nostalgiques, au gré de notes à la fois sinçères et touchantes ("Equivalence", "Lay Of The Autumn"...), ce qui, à priori, est plutôt bon signe...
La production, lisse autant que puissante, permet également au groupe d'élaborer efficacement ses atmosphères. Similaires à celles d'Above The Weeping World, peu de risque pris de ce côté-là.


Bien que dans la continuité de ses précédents albums, Across The Dark se révèle comme étant l'une des meilleures sorties du groupe, qui maîtrise pleinement l'élaboration de pièces épiques, mélodiques aux nombreux leads et riffs accrocheurs. Bourré d'une nostalgie évidente, d'une mélancolie apparente, il conforte le groupe dans sa place de formations sur lesquelles ce beau pays qu'est la Finlande peut compter. Le chant clair pourra sûrement rebuter les fans de la première heure, mais permettra également à Insomnium de pousser sa musique vers de nouveaux horizons.

Peu de prises de risques donc, mais assez pour y trouver une diversité, un bien bel album.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Across the Dark - Infos

Voir la discographie de Insomnium
Infos de Across the Dark
acheter sur Amazon Table './nanoroux_bdd/images' is marked as crashed and should be repaired