Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Down To Earth

Chronique de Down To Earth

Ozzy Osbourne  - Down To Earth (Album)

Ozzferatu



Il aura fallu attendre six ans pour se mettre un nouvel album d'Ozzy Osbourne dans les oreilles. Six ans se sont écoulés depuis un Ozzmosis décevant, un retour sur le devant de la scène, une résurrection ratée de la part d'un des plus grands frontmen du genre. De l'eau a eu le temps de couler sous les ponts entre temps... Ozzy a fait rêver de nombreux kids en chantant avec Black Sabbath entre les deux disques et mieux, un nouveau LP était annoncé. Un fantasme était sur le point de se réaliser, celui de revoir la formation originale et mythique du Sab' publier enfin un successeur digne de ce nom à Sabotage, tous les skeuds sortis depuis ne comptant subitement plus.

Et non. Le disque de Black Sabbath ne venait pas. En lieu et place, comme un lot de consolation, arrivait Down To Earth. Ozzy avouait même à demi-mot que sans le forcing de la maison de disque, il n'y aurait pas eu ce nouvel album.

Osbourne a toujours aimé faire des pochettes volontairement kitsch, au second degré affirmé, mais cherchant toujours à évoquer un thème du fantastique ou des arts occultes. On se souvient bien sûr du dément qui n'est pas sans évoquer Mr Hyde sur Diary Of A Madman ou le loup-garou (très réussi) de Bark At The Moon. Cette fois-ci, Ozzy offre un visuel très complet. Son corps passé sous rayon X avec ses tatouages mis en évidence. Et en regardant un peu le (maigre livret), on s'aperçoit qu'il fait référence à Nosferatu. Bref, pas de grandes surprises de ce côté là. Un rapide coup d'œil aux crédits met deux choses en avant : premièrement, il a réuni une équipe de tueur avec l'indéboulonnable Zakk Wylde à la guitare, Robert Trujillo (ex Suicidal Tendencies, Infectious Groove et futur Metallica) à la basse et Mike Bordin (ex Faith No More]] à la batterie. Ensuite, on remarque que Wylde n'a pas participé à la composition. On se souvient alors qu'il avait quitté le groupe après Ozzmosis, remplacé par Joe Holmes qui a signé quelques musiques.

Et comme on peut s'y attendre, l'ensemble peut paraitre un peu décousu. Wylde se réapproprie ce qui a été composé, mais le son de sa guitare, s'il est plutôt heavy, est également très paresseux. Il se traîne nonchalamment sur des mid tempos pas toujours très entraînants. L'ensemble manque clairement de puissance et ce que l'ensemble gagne en mélodie, il le perd au double au niveau de l'efficacité. Même la section rythmique parait sous-exploitée au regard du curriculum vitae des protagonistes. On avait connu une batterie plus claquante, une basse plus provocante par le passé.

Bref, on se retrouve dans une espèce de continuité de Ozzmosis. Les morceaux se traînent volontiers, attendant le bon moment pour se révéler un peu plus. Ozzy n'est pas devenu introspectif pour autant, non. Il a levé le pied. A plus de cinquante ans, il ne veut plus, ou ne peut plus se donner comme à ses débuts, où les psychotropes lui donnaient de l'élan et une touche de folie qui fait ici défaut. L'homme fait d'ailleurs ressortir son amour pour les Beatles sur les ballades de l'album en utilisant des textures de chanson chères aux p'tits gars de Liverpool, des intros très posées où il enchaîne directement avec le chant. Ozzy, s'il apparait diminué physiquement, n'a toutefois pas perdu de son charisme. Sa voix est toujours aussi particulière, nasillarde à souhait et tout de suite reconnaissable. L'homme chante bien, très bien même. Il ne force pas, il se contente de faire son job et il le fait avec application. Certainement le point positif de ce disque.

Ensuite, les limites du jeu de Wylde avec Ozzy deviennent à chaque fois un peu plus flagrantes. On se souvient de ses débuts furieux, on se remémore avec nostalgie sa fougue sur l'excellent No More Tears et on peut soupirer devant un album qui tente de toucher cette patine du passé mais qui ne fait que la frôler, sans en capter l'essence première : la diversité, la folie, le fun. Et Down To Earth souffre tout du long de ces lacunes. Il n'y a rien de vraiment transcendant, quelques morceaux ça et là qui tirent très bien leur épingle du jeu car taillés pour la scène (Alive, plus speedé que l'ensemble, ou Gets Me Through qui assomme l'auditeur d'entrée de jeu). Mais est-ce suffisant pour s'en tirer sans dommage ?

Down To Earth est un album figé dans sa mollesse. Un disque de plus pour Ozzy Osbourne, mais qui annonce le déclin du Madman. Et ça, c'est moche. On sait qu'Ozzy n'est pas immortel et ce disque prend des allures de faire-part de décès. Un opus qui vieillit mal et qui ne tiendra pas la comparaison avec Black Rain, tout aussi flemmard, sorti... six ans plus tard.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Down To Earth - Infos

Voir la discographie de Ozzy Osbourne
Infos de Down To Earth
acheter sur Amazon
Sortie : 16 octobre 2001
Genre : Heavy Metal
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Gets Me Through (5:05)à écouter en premierparoles de Gets Me Through
2. Facing Hell (4:26)paroles de Facing Hell
3. Dreamer (4:45)listenparoles de Dreamer
4. No Easy Way Out (5:06)paroles de No Easy Way Out
5. That I Never Had (4:23)paroles de That I Never Had
6. You Know... (Part I) (1:06)paroles de You Know... (Part I)
7. Junkie (4:28)paroles de Junkie
8. Running Out Of Time (5:06)paroles de Running Out Of Time
9. Black illusion (4:21)paroles de Black illusion
10. Alive (4:54)à écouter en premierparoles de Alive
11. Can You Hear Them ? (4:59)paroles de Can You Hear Them ?
écouter : Ecouter l'album



Ozzy Osbourne

Albums chroniqués :
Chronique de Scream
Scream
2010

Chronique de Scream
Scream
2010

Chronique de Black Rain
Black Rain
2007

Chronique de Down To Earth
Down To Earth
2001

Ozzy Osbourne
Ozzy Osbourne
Voir la page du groupe
Création : 1980
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Dehumanizer
Dehumanizer
1992

Chronique de Tyr
Tyr
1990

Chronique de The Eternal Idol
The Eternal Idol
1987

Chronique de Seventh Star
Seventh Star
1986

Black Sabbath
Black Sabbath
Voir la page du groupe
Création : 1969
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Order of the Black
Order of the Black
2010

Black Label Society
Black Label Society
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de World Gone Mad
World Gone Mad
2016

Suicidal Tendencies
Suicidal Tendencies
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Metallica
Metallica
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Textures
Textures
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Metal Progressif
Origine : Pays-Bas


Black Rain
Black Rain
Voir la page du groupe
Création : 2002
Genre : Heavy Metal
Origine : France