Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de The Incident

Chronique de The Incident

Porcupine Tree  - The Incident (Album)

 8 
10

Attentes récompensées



Porcupine Tree fait partie de ces groupes uniques en leur genre, qui proposent à chaque album des orientations nouvelles et arrivent encore à surprendre après plus de 20 ans de carrière. Et encore une fois, force est de constater que ce « The Incident » ne déroge pas à la règle. A noter que ce double-album est composé de la « chanson » « The Incident » (disque 1) et de quatre titres « bonus » sur le second cd, et que son concept repose sur une réflexion de Steven Wilson après avoir assisté à un accident de la circulation.

Deux ans et demi après le remarquable Fear of a Blank Planet qui a apporté au groupe une véritable reconnaissance internationale tout en confirmant son évolution vers une musique moins planante et plus sombre, voire metal progressif, les Britanniques reviennent donc avec un nouvel album où l’influence de leur tête pensante Steven Wilson se fait de plus en plus prédominante. Le très prolifique musicien et compositeur - par ailleurs membre de plusieurs side-projects mais aussi producteur et/ou musicien d’accompagnement régulier pour des groupes comme Opeth ou Dream Theater - semble en effet avoir mis beaucoup du sien dans ce « The Incident » marqué par une forme de désespoir tout en retenue qui caractérise son œuvre ces dernières années.

A l’écoute de cet album, on pense immanquablement à « Insurgentes », projet solo que Wilson a sorti fin 2008 et dans lequel il s’entourait notamment de Gavin Harrison, batteur de PT, ainsi que de Tony Levin (bassiste de King Crimson) ou encore Jordan Rudess (claviériste de Dream Theater) pour développer une musique plus personnelle, dépouillée et marquée par une tristesse sourde.

S’éloignant de ses origines psychédéliques sans pour autant les renier (voir la chanson titre, ainsi que la seconde partie du très bon « Time Flies », pièce maîtresse de ce disque, ou encore le solo final de « I Drive The Hearse »), Porcupine Tree livre sur « The Incident » une musique atmosphérique et profondément mélancolique, sans pour autant tomber dans le dépressif. Moins froid et « synthétique » que Fear Of A Blank Planet, il se dégage de « The Incident » une impression de sincérité et d’émotion où tout se joue dans la subtilité, entre nappes de claviers lointaines mais omniprésentes, soli planants, arpèges pinkfloydiens (« Times Flies ») ou rythmiques plus lourdes et techniques à la limite du Meshuggah (« Circle of Manias »), mais aussi passages plus surprenants (avec en tête l’introduction « Occam’s Razor » rappelant furieusement Opeth ou encore les vocaux très rock du refrain de « Drawing the Line »).

Servi par un son encore une fois impressionnant et une production proche de la perfection –mais on commence à avoir l’habitude avec la plupart des projets dans lesquels Steven Wilson est impliqué-, cet album –s’il fallait lui trouver un défaut- pêche peut-être cependant par manque d’homogénéité et de cohérence, donnant parfois l’impression d’avoir à faire à un collage de morceaux un peu aléatoire, sans fil conducteur. Présenté en effet comme un seul morceau divisé en quatorze parties, « The Incident » se rapproche cependant plus d’un album « classique » que de l’album concept, bien qu’il s’écoute aisément d’une traite et que la qualité soit indéniablement au rendez-vous. On pourra peut-être également regretter que Porcupine Tree ait quelque peu délaissé la dimension progressive qu’il avait fortement développée dans les derniers albums, avec des chansons fleuves telles qu’ « Anesthetize » et ses dix-sept minutes incroyables sur Fear Of A Blank Planet, ou encore «Arriving Somewhere But Not Here » sur Deadwing.

Un mot sur les quatre titres du second disque de ce double album, qui ont le mérite de ne pas être des bonus banals type morceaux live ou « inédits » et se révèlent plutôt intéressants. A ne pas considérer donc comme de simples chutes, mais des titres à part entière qui ont tout à fait leur place sur ce « The Incident », bien qu’ils tendent aussi à renforcer l’aspect hétérogène du disque.

Porcupine Tree sort donc un (autre) album passionnant, plus « accessible » et moins expérimental sans doute que certains de ses prédécesseurs, mais dont on ne se lasse pas tant la qualité et la variété répondent encore une fois présentes. « The Incident » est peut-être une forme de « synthèse » de ce qu’a pu faire le groupe, synthèse fortement marquée il est vrai par la personne de son compositeur Steven Wilson. Certains des fans de la première heure (ou non) pourraient ainsi être déçus de ne rien trouver de fondamentalement révolutionnaire dans ce dixième album studio de Porcupine Tree.
La musique des Britanniques est cependant toujours aussi inspirée et marquée par le talent de ses musiciens, tandis que la question de leur affiliation à tel ou tel courant musical (prog, metal prog, rock psychédélique ?) se trouve plus que jamais dépassée et reléguée au second plan.

(0) Modifier l'article
par Maczym, le 7 octobre 2009
Voir toutes les chroniques de Maczym


Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




The Incident - Infos

Voir la discographie de Porcupine Tree
Infos de The Incident
acheter sur Amazon
Sortie : 14 septembre 2009
Genre : Rock/Metal Progressif
Playlist :
1. - CD 1 -
2. Occam's Razor (1:55)
3. The Blind House (5:47)
4. Great Expectations (1:26)
5. Kneel and Disconnect (2:03)
6. Drawing the Line (4:43)
7. The Incident (5:20)
8. Your Unpleasant Family (1:48)
9. The Yellow Windows of the Evening Train (2:00)
10. Time Flies (11:40)
11. Degree Zero of Liberty (1:45)
12. Octane Twisted (5:03)
13. The Séance (2:39)
14. Circle of Manias (2:18)
15. I Drive the Hearse (6:41)
16. - CD 2 -
17. Flicker (03:42)
18. Bonnie the Cat (05:45)
19. Black Dahlia (03:40)
20. Remember Me Lover (07:28)
écouter : Ecouter l'album



Porcupine Tree

Albums chroniqués :
Chronique de The Incident
The Incident
2009

Chronique de Fear Of A Blank Planet
Fear Of A Blank Planet
2007

Porcupine Tree
Porcupine Tree
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Metal Progressif
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Heritage
Heritage
2011

Chronique de Watershed
Watershed
2008

Chronique de The Roundhouse Tapes
The Roundhouse Tapes
2007

Chronique de Ghost Reveries
Ghost Reveries
2005

Opeth
Opeth
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Dream Theater
Dream Theater
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Hearse
Hearse
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède


Albums chroniqués :
Chronique de The Violent Sleep Of Reason
The Violent Sleep Of Reason
2016

Chronique de Alive
Alive
2010

Chronique de ObZen
ObZen
2008

Chronique de Catch 33
Catch 33
2005

Meshuggah
Meshuggah
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Avant-garde metal
Origine : Suède

Rapports de concerts: