Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Inflikted

Chronique de Inflikted

Cavalera Conspiracy  - Inflikted (Album)

 6 
10

El bastardos d'el pistoleros



Il fut un temps où Max Cavalera brillait au sein de Sepultura. Après son départ en décembre ’96, tout allait aussi bien avec Soulfly, son projet décollé parfaitement, les kids se reconnaissaient aux rythmes tribaux déployés par le combo et faisaient, en grande partie, fuir les vieux fans old school du brésilien, trop neo à leurs gouts. D’un autre côté, rien ne marchait plus vraiment chez Sepultura, albums douteux, devenu trop hardcore avec l’arrivée d’un Derrick Green critiqué. Mais lorsqu’Igor, le jeune frère de Max et batteur du combo, décide de partir en 2006 pour divergences musicales, c’est l’hécatombe. Bien sûr, tout le monde se doutait de quelque chose, les rumeurs circulants sur une éventuelle reformation des Sep’ étaient évoqués. Et quand pendant l’été 2007, lors du D-Low festival (en mémoire à Dana Wells, beau fils de Max), Igor se retrouve sur scène avec son grand frère, Marc Rizzo de Soulfly et Joe Duplantier de Gojira, c’est le moment tant attendu. Cela se confirme dans la foulée, le nouveau groupe se nommera Inflikted, mais est finalement remplacé par Cavalera Conspiracy car plusieurs combos se nomment déjà ainsi.
L’album s’appellera donc « Inflikted » et sort début 2008 !

Cavalera Conspiracy allait-il revoir le côté primitif et sepulturien de Max et Igor revenir au gallot ? La réponse après la pub …
Tant de choses font de cet évènement l’un des plus médiatisés de la scène metal. Tout d’abord, le rêve de revivre des moments intenses comme l’avait fait Sepultura plus de dix ans auparavant, le groupe figurait parmi les plus importants après des albums de grande prestance, comme par exemple l’enflammé Arise ou le destructeur Chaos AD …

Mais il ne faut pas être naïf, Max ne fait plus de thrash depuis plus de quinze ans, Igor est lassé par le metal et comme par hasard, juste pour le côté « fun » de rejouer avec son frère, il s’y remet. Très ambiguë comme situation, mais on est ravi de les savoir ensemble et bien accompagné. Pour le casting du guitariste, on va pas chercher très loin, on part du côté de Soulfly et on retrouve, comme par hasard, Marc Rizzo. Mais on a surtout la surprise de retrouver Joe Duplantier à la basse, poste qui lui est pourtant inhabituelle.

Avec joie, Logan Mader, ex-guitariste de Soulfly et de Machine Head, s’occupe de la production de l’opus. Les premières notes du titre éponyme ne trompent pas, le jeune groupe envoie la sauce, plus vite, plus fort que jamais. Tailler pour la scène et bon morceau, sans atteindre le stade de tuerie, Inflikted ouvre le bal de manière dynamique rapidement suivi dans la même veine par Sanctuary … Les guitares vont vite, l’apport de Marc Rizzo parait vite indispensable et c’est là que ça peut gêner. Le problème, même si on n’atteint pas le titre de plagiat, c’est que justement, le guitariste joue dans Soulfly et plusieurs parties semblent être assez similaire, on ne sait plus vraiment qui est qui. Et en même temps, on ne va pas demander tout l’or du monde avec ce contenu assez moderne, bien loin des productions morbides de Scott Burns que l’on pouvait goutter avec Sepultura. La frappe lourde et sèche d’Igor se veut tant qu’à elle, soignée, travaillée et diversifiée, avec par exemple le tribal « Black Ark » où Ritchie Cavalera pousse sa voix, offrant une deuxième jeunesse à cet opus, véritable affaire de famille.

On peut également mentionner la participation vocale de Joe sur Ultra-Violent. Le problème est qu’il n’y a pas réellement de tuerie sur l’album, il a belle mine, mais n’égale en rien ce que les frères Cavalera ont pu faire auparavant. Proche d’un Soulfly sur le plan musical, proche de Sepultura pour son côté historique, mais rien de réellement concret et d’assez personnel pour être noté comme tel. On a plus affaire à un projet parallèle pour envoyer le bois sans aucun état d’âme qu’à un groupe réellement plongé dans un univers particulier, on peut être assez déçu de cette forme. Seulement voilà, cet album fait vibrer par la réunion des deux brésiliens près de 12 ans après « Roots ».

On peut être déçu, on peut être satisfait du peu, mais en aucun cas ce « Inflikted » reflète en lui un grand album. Cela donne une raison aux frangins de refaire de la scène ensemble pour interpréter les titres qu’étaient « Territory », « Inner Self » et autre « Beneath The Remains » …

(0) Modifier l'article
par Choko, le 21 novembre 2009
Voir toutes les chroniques de Choko
 7 
10

Retour en force des 2 frères.



Pochette rouge marquée de deux lettres C dos à dos (il existe une version collector noire); poignée de main virile des 2 frères tatoués au verso, le ton est donné, ce sera hardcore! Depuis l'aventure Soulfly, Max nous a habitué au meilleur comme au plus basique. C'est donc sans trop d'excitation que je glisse ce nouveau CD dans la platine. Inflikted est un bon morceau d'ouverture. On est tout de suite dans l'ambiance : c'est enragé, puissant et bien mixé. Sanctuary est le second morceau et le single de l'album. C'est un très bon titre, avec de nombreux breaks et passages mélodiques allégeant intelligemment une rythmique plombée sous-jacente. Tout au long du cd, on notera l'apport de Marc Rizzo, dont la virtuosité guitaristique insuffle un peu de mélodie rafraîchissante, comme dans les 2 derniers Soulfly. Sur le 4ème titre, la voix de Joe de Gojira apporte un petit plus, la "french death touch", angoissante et envoûtante. Ultra violent, en 5ème position, détruit tout sur son passage. On est immédiatement accroché par ce riff énorme, pachydermique. La voix de Joe et la basse de Rex Brown (Pantera, Down) font de ce titre le brûlot heavy de ce nouvel opus. La suite est du même tonneau. la machine est lancée et ne s'arrête plus! Le rouleau compresseur CC avance, sans fioritures et sans compromis. "Everybody dies tonight!" : on veut bien le croire... Le Numéro 10 est encore un morceau énorme, dont la rythmique obscure et dansante à la fois devrait enflammer le Hellfest au mois de juin. Après une première écoute "coup de poing", on découvre les subtilités d'un album somme toute très bourrin (mention spéciale pour la fin de Black Ark, où notre Joe national apporte une véritable touche d'originalité dans ce déluge hardcore). Malgré le chant martial et peu varié (quoi qu'inimitable!) de Max, l'ensemble est cohérent et intéressant, mais aurait mérité un peu plus d'originalité. A apprécier en live.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :  
NanoRoux  



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Voir les 3 commentaires précédents
Je pense être assez claire pourtant Prom ^^
dim. 22 nov. 09- 13:24  
Je ne comprends pas femme ^^
dim. 22 nov. 09- 17:15  
Allez, un petit 4.5 pour moi !
dim. 22 nov. 09- 17:48  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Inflikted - Infos

Voir la discographie de Cavalera Conspiracy
Infos de Inflikted
acheter sur Amazon
Sortie : 24 mars 2008
Genre : Métal Hardcore
Label : Roadrunner Records
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Inflikted (04:31)culte !culte !paroles de Inflikted
2. Sanctuary (03:23)à écouter en premierparoles de Sanctuary
3. Terrorize (03:37)paroles de Terrorize
4. Black Ark (04:54)à écouter en premierparoles de Black Ark
5. Ultra-Violent (03:47)à écouter en premierparoles de Ultra-Violent
6. Hex (02:37)paroles de Hex
7. The Doom Of All Fires (02:12)paroles de The Doom Of All Fires
8. Bloodbrawl (05:41)paroles de Bloodbrawl
9. Nevertrust (02:33)paroles de Nevertrust
10. Hearts of Darkness (04:29)paroles de Hearts of Darkness
11. Must Kill (04:50)paroles de Must Kill
écouter : Ecouter l'album

Cavalera Conspiracy

Albums chroniqués :
Chronique de Blunt Force Trauma
Blunt Force Trauma
2011

Chronique de Inflikted
Inflikted
2008

Chronique de Inflikted
Inflikted
2008

Cavalera Conspiracy
Cavalera Conspiracy
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Thrash Metal
Origine : Brésil

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Omen
Omen
2010

Chronique de Conquer
Conquer
2008

Chronique de Dark Ages
Dark Ages
2005

Chronique de 3
3
2002

Soulfly
Soulfly
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Machine Messiah
Machine Messiah
2017

Chronique de Kairos
Kairos
2011

Chronique de A-Lex
A-Lex
2009

Chronique de Dante XXI
Dante XXI
2006

Sepultura
Sepultura
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Thrash Metal
Origine : Brésil

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Point Blank
Point Blank
1994

Nailbomb
Nailbomb
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Hardcore
Origine : Brésil


Gojira
Gojira
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Machine Head
Machine Head
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: