Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de From The Cradle To Enslave

Chronique de From The Cradle To Enslave

Cradle Of Filth  - From The Cradle To Enslave (EP (Maxi))

Faux pas



L'ambiance au sein de Cradle Of Filth, en cette année 1999, est tout simplement détestable. Pourtant, le groupe a beaucoup gagné en popularité grâce à son dernier album, Cruelty And The Beast, qui les a propulsés mégastars du black metal, un genre habituellement plus underground. Mais voilà, Nicholas Barker n'a pas apprécié le traitement réservé à ses parties de batterie lors du mixage de cet album et l'a fait savoir en claquant violemment la porte (et vu le gabarit du monsieur, il ne devait plus rester grand chose de ladite porte), les guitaristes jouent à "je t'aime moi non plus" en quittant le navire puis en y revenant ( Gyan ) et on assiste au retour plus que surprenant de Paul Allender qui s'était éclipsé après le premier opus. En remplacement de Nick, on retrouve une recrue de choix en la personne de Adrian Erlandsson, qui avait fait ses classes au sein de At The Gates et The Haunted), mais qui succède en réalité à un intérimaire du nom de Was Sarginson. Autant dire que la situation n'est pas propice pour sortir un EP.

C'est pourtant ce que Cradle Of Filth fera. Et From Cradle To Enslave débarque, avec sa pochette décevante. On se souvient avec nostalgie de celle de Vempire or Dark Faerytales in Phallustein, érotico-gothique, gentiment surfaite, mais qui donnait un charme kitsch, très Hammer dans l'esprit à l'oeuvre. Là, on est confronté à quelqu'un qui se paye une cataracte épouvantable, pas de quoi titiller les sens.

Le morceau titre est satisfaisant. Mieux, c'est une très bonne composition qui tend vers un black metal aux sonorités gothiques appuyées, le côté romantique en moins. Le clavier de Les Smith vient vous agacer les oreilles d'entrée de jeu avec une mélodie entêtante, dans l'optique de ce que pouvait proposer Mike Oldfield à l'époque de Tubular Bells. On est pris dans une spirale démoniaque qui s'accélère quand le reste du groupe rentre en action et la descente aux enfers n'en est que plus vertigineuse. Et toujours, la musicalité propre à Cradle Of Filth est présente, s'illustrant sur un break tout simplement monstrueux. Dani, éternellement secondé par Sara Jezabel Deva, est dans la lignée vocale de ce qu'il proposait sur Cruelty And The Beast : un chant saccadé, agressif, nerveux et plutôt intelligible. Bref, du grand art.

Et ? Et il a bien fallu le remplir cet EP... Pour le coup, les choix sont très discutables. Quand Cradle Of Filth essaye de se la jouer punk, ils jouent du Misfits et le résultat est tout simplement navrant. Dani est à la ramasse sur le Death Comes Ripping et ne parviendra pas à faire oublier Danzig tant sa prestation est transparente. Sa performance sur le Sleepless des amis d'Anathema est meilleure, mais la vision du groupe la rend presque méconnaissable, avec sa ligne de basse sans relief alors qu'elle est sensée montrer la voie à suivre. Mauvaise pioche. Cela se gâte et si Of Dark Blood And Fucking permet à Erlandsson de se mettre en valeur, le composition est juste moyenne, prévisible et ne parvient pas à trouver la force suave de From The Cradle To Enslave. La version technoïde de cette dernière est en revanche à éviter à tout prix. Un délire qui n'est pas sans rappeler l'ignoble Twisting Further Nails de l'édition limitée de Cruelty And The Beast. Et le groupe se trompe de cible pour clore les débats. En piochant dans leur discographie, ils auraient pu trouver un autre morceau, plus apte à une relecture musclée. Il a fallu que Dani et les siens arrêtent leur choix sur Funeral In Carpathia, brillant monument du non moins brillant Dusk... And Her Embrace. Et dans cette version toute aussi longue, au rythme plus soutenu et avec un chant remanié, il manque l'ingrédient le plus important, celui qui caractérisait Cradle Of Filth en 1996, ce romantisme gothique, somptueux et délicat à la fois...

From Cradle To Enslave est un EP qui manque considérablement de vigueur. Il tend à partir dans tous les sens et malgré un morceau titre fort, évocateur, le reste relève presque de l'anecdotique. Il est alors logique de repenser à Vempire... Sa pochette n'est pas la seule à manquer, il y a également cette logique implacable et ses idées puissantes qui en faisaient une oeuvre importante dans la discographie de Cradle Of Filth. Ici, il s'agit d'un faux pas, qui intervient lors d'une période de trouble où Dani passait de plus en plus pour un affreux tyran. Et dans de telles conditions, difficile de s'en sortir. Ce disque fourre-tout en est la preuve. Un mal pour un bien, cela permettra au groupe de se relancer sur Midian...



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Pas terrible du tout mais pas au point de mettre 0.5 comme je te l'ai dit. Le premier morceau donne 2 points pour moi tellement il est énorme. Donc, 2/10.
jeu. 22 oct. 09- 18:03  
Moi je l'ai trouvé super sympa cet EP... Après j'avoue avoir découvert CoF avec cette sortie...
dim. 17 oct. 10- 11:27  
Ben en fait, j'ai suivi la carrière du groupe depuis les débuts et la déception était de taille !
dim. 17 oct. 10- 12:34  


From The Cradle To Enslave - Infos

Voir la discographie de Cradle Of Filth
Infos de From The Cradle To Enslave

Sortie : 2 novembre 1999
Genre : Symphonic Black Metal
Label : Music For Nations
EP (Maxi)

Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. From the Cradle to Enslave (6:36)à écouter en premierlistenparoles de From the Cradle to Enslave
2. Of Dark Blood and Fucking (6:03)paroles de Of Dark Blood and Fucking
3. Death Comes Ripping (Misfits cover) (1:57)paroles de Death Comes Ripping (Misfits cover)
4. Sleepless (Anathema cover) (4:19)listenparoles de Sleepless (Anathema cover)
5. Pervert's Church (From the Cradle to Deprave) (4:59)paroles de Pervert's Church (From the Cradle to Deprave)
6. Funeral in Carpathia (Be Quick or Be Dead version) (8:09)paroles de Funeral in Carpathia (Be Quick or Be Dead version)
écouter : Ecouter l'album

Cradle Of Filth

Cradle Of Filth
Cradle Of Filth
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Black Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Dimmu Borgir
Dimmu Borgir
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de At War With Reality
At War With Reality
2014

Chronique de Slaughter of the Soul
Slaughter of the Soul
1995

At The Gates
At The Gates
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Unseen
Unseen
2011

Chronique de Unseen
Unseen
2011

The Haunted
The Haunted
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Thrash Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Danzig
Danzig
Voir la page du groupe
Création : 1986
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: