Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Christ Illusion

Chronique de Christ Illusion

Slayer  - Christ Illusion (Album)

 6 
10

Slayer, thrash illusionniste



A cette époque, la carrière de Slayer était littéralement scindée en deux. Les premières années avaient été celles de la gloire. Puis il y avait eu un changement de line-up, qui n'aurait pas du avoir autant de conséquences directes ou indirectes sur leur musique. Au pire, un désaveu des fans, sous forme de manifeste pour réintégrer Dave Lombardo. Mais Slayer s'obstinait et pire, il s'écartait de son thrash, prenant des risques pour coller à l'air du temps et tout simplement survivre. Il est certainement paradoxal de constater que ces prises de risques se sont soldées en majorité par des pamphlets violents à l'égard des thrashers. Rien ne leur avait été épargné et Slayer ne faisait plus peur. Au pire, leurs albums étaient considérés comme des pétards mouillés, qui faisaient parler d'eux à leur sortie grâce à des effets d'annonce, et surtout, parce qu'un nouvel album de Slayer reste toujours un petit événement en soi.

Mais avec l'animosité des fans et l'abandon des journalistes, le groupe risquait inexorablement de glisser vers une division inférieure où ils ne pourraient même pas espérer jouer les premiers rôles et accéder ainsi à la remontée directe, devant se contenter du ventre mou de ce championnat souvent injuste... voire même, en cas de crise intestine, jouer un nouveau maintien. Alors pour le nouvel album, il fallait un signe fort. Quelque chose qui raviverait la flamme des anciens fans, ceux qui avaient tourné le dos au groupe depuis le sous-estimé Divine Intervention en 1994. Et cela commence par le retour de Dave Lombardo derrière les fûts. Celui qui avait affiné sa technique au sein de Grip Inc, le dissident qui avait offert des parties de batterie somptueuses au Gathering de Testament, est donc de retour au bercail. Paul Bostaph est démis de ses fonctions et s'en va rejoindre Testament où son talent sera profitablement exploité. Puis, quelques temps avant la sortie du disque, la pochette se met à circuler sur le net. Bien évidemment, elle est moche. Mais celles de Reign In Blood, South Of Heaven ou encore Seasons In The Abyss le sont également, avec leur trip satanique/comique. Et il n'est pas étonnant de constater que le groupe ait à nouveau fait appel à Larry Carroll, qui s'était occupé la triplette glorieuse des '80.

Mais voilà, encore une fois, ce sont des effets d'annonce. Pour rassurer les fans, et surtout pour se rassurer eux-mêmes. Le groupe n'est pas revenu à un niveau qualitatif comparable à ses débuts. Cela aurait été trop beau. Pourtant, il récupère certains des ingrédients qui ont fait son succès. On retourne à un thrash épuré, les influences hardcore s'estompent rapidement. Kerry King, qui a composé plus de la moitié de l'album, est tout simplement survolté : il s'octroie une bonne partie des soli et semble progresser dans une débauche de violence pied au plancher. Flesh Storm, qui ouvre les hostilités, s'érige dans le plus pur style slayerien : tempo halluciné, thrash vindicatif, solo vertigineux. Un titre efficace, comme le sont souvent les ouvertures d'album chez nos bouchers préférés.

Mais... où est passée la dimension glauque et malsaine que Slayer savait si bien instaurer ? Où est passée la rage dans le chant de Tom Araya ? Il crie, il hurle, mais sa colère n'est pas probante. Il était bien plus démonstratif sur God Hates Us All, véritable pittbull enragé prêt à se jeter dans une crèche pour y perpétrer un massacre de bambins en couches-culottes. Là, il ne semble que moyennement concerné par ce qu'il chante. Même Jihad, délicate, qui raconte les évènements du 11 septembre vu par les terroristes, manque complètement de conviction, comme si le bassiste ne croyait pas en son propre texte.

Et Slayer continue son parcours. Si le tandem Araya/Jeff Hannemann se charge d'apporter un peu de variété en proposant des morceaux plus lourds, plus lents, avec une noirceur plus flagrante (Eyes Of The Insane, Black Serenade...), Kerry King peine à se renouveler. L'impression d'entendre le même riff, d'être confronté au même rythme, devient rapidement gênant. Surtout quand on se rend compte que l'art du break assassin semble oublié et que Lombardo est limite décevant tant il livre une prestation classique pour le genre. L'inventivité a déserté son jeu, Bostaph aurait pu faire mieux. Peut-être. Certainement ?

Mais ne condamnons pas Slayer irrémédiablement. S'il aura fallut attendre cinq ans pour un disque d'à peine 38 minutes, il est bon de saluer cette tentative de moderniser le son de leur thrash période Seasons Of The Abyss. Certes, le groupe a perdu de son aura noire, de sa sombre majesté au passage, mais il y aura toujours une série de riffs, un solo ou un refrain qui fera mouche, à défaut d'une chanson entière. Cult tire son épingle du jeu grâce à un pré-chorus furieux, Jihad sort du lot grâce à son intro qui n'est pas sans évoquer System Of A Down dans l'idée, une intro couplée à un riff meurtrier pour les cervicales. Et même si ce n'est pas du grand Slayer, si tous les musiciens jouent en-deça de leurs capacités et si Kerry King a certainement pris trop de place sur le disque au détriment d'un Hannemann plus imaginatif, la copie rendue est loin d'être dégueulasse. Juste loin des espérances les plus folles. Un bon petit album de thrash, mais tout juste.

Slayer essaye de sortir la tête de lot. Ce n'est pas encore tout à fait ça et le prochain album sera vraiment déterminant. S'il n'y a pas d'améliorations notables, il pourrait condamner l'un des fleurons du thrash ricain à une descente aux enfers longtemps évoquée dans leurs textes. Christ Illusion ne mérite ni les éloges, ni l'opprobre. Un album agréable, sans folie ni saveur sulfureuse, qui ne satisfera pas les fans, mais qui rehausse le niveau après un sérieux passage à vide... Ce qui en définitive, est presque inadmissible. Note de coeur, même si la raison demanderait à la revoir à la baisse...



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Christ Illusion - Infos

Voir la discographie de Slayer
Infos de Christ Illusion
acheter sur Amazon
Sortie : 8 août 2006
Genre : Thrash Metal
Label : American Recordings
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Flesh Storm (04:16)à écouter en premierécouterparoles de Flesh Storm
2. Catalyst (03:09)écouterparoles de Catalyst
3. Skeleton Christ (03:25)à écouter en premierécouterparoles de Skeleton Christ
4. Eyes of the Insane (03:32)à écouter en premierécouterlistenparoles de Eyes of the Insane
5. Jihad (04:24)écouterparoles de Jihad
6. Consfearacy (03:09)paroles de Consfearacy
7. Catatonic (03:18)écouterparoles de Catatonic
8. Black Serenade (04:56)paroles de Black Serenade
9. Cult (04:42)culte !culte !écouterlistenparoles de Cult
10. Supremist (03:51)écouterparoles de Supremist
11. Final Six (bonus track)listenparoles de Final Six (bonus track)
écouter : Ecouter l'album

Slayer

Slayer
Slayer
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Stomp 442
Stomp 442
1995

Chronique de Stomp 442
Stomp 442
1995

Chronique de Persistence of Time
Persistence of Time
1990

Chronique de State of Euphoria
State of Euphoria
1988

Anthrax
Anthrax
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Speed Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Megadeth
Megadeth
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Metallica
Metallica
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Bonded by Blood
Bonded by Blood
1985

Exodus
Exodus
Voir la page du groupe
Création : 1980
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Grip Inc
Grip Inc
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis


Testament
Testament
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Hypnotize
Hypnotize
2005

Chronique de Mezmerize
Mezmerize
2005

Chronique de Steal This Album!
Steal This Album!
2002

Chronique de Toxicity
Toxicity
2001

System of a Down
System of a Down
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: