Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Diabolus In Musica

Chronique de Diabolus In Musica

Slayer  - Diabolus In Musica (Album)

 4 
10

Pré-St Anger ?



Quand on se penche sur la carrière de Slayer, on peut se dire que le pic de popularité a été atteint sur Decade Of Agression, un double live à la set-list mortelle mais souffrant d'une production faiblarde. Après, il y a eu le départ de Dave Lombardo et là, ça a mis Slayer à terre. Qui peut réellement expliquer les raisons de cette chute ? Est-ce qu'un membre emblématique en moins suffit à vaincre ce titan ? La paire King/Hannemann était-elle trop hautaine, trop sûre d'elle ? Le death avait-il fait tant de mal au thrash, pour ébranler les fondations Slayer ? Si Divine Intervention parvenait à faire illusion grâce à quelques compositions bien pensées, ce disque a commencé à semer quelque appréhension dans l'esprit des fans. On ne peut même pas critiquer Paul Bostaph, le remplaçant de Lombardo, vu qu'il assure plus que le minimum derrière les fûts. Mais il manquait quelque chose. Une grande part de la magie noire du groupe, certainement. Le disque de covers punk, Undisputed Attitude, n'était pas pour chasser le croque-mitaine du doute qui s'était dissimulé dans les placards des fans. Même si Gemini est l'un des plus grands titres de Slayer. Cela ne compte pas. Du vent pour faire patienter, mais du vent quand même. Et il a fallu attendre 1998 pour ce Diabolus In Musica. Pour ça, cracheront certains, navrés du résultat.

La donne musicale, cette année-là, a encore changé. MTV faisait et défaisait allègrement ce qui était populaire et contre toute attente, le neo metal devient le genre à la mode, propulsant Korn et son Follow The Leader au sommet des charts. Follow The Leader... une phrase à méditer. Car on peut allègrement se demander si Slayer ne suit pas le mouvement justement, en devenant accessible. Morceaux plus lents, chant haché, souvent hurlé, entre hardcore et nu metal, soli on ne peut plus minimalistes. Avec ces onze titres, courts, calibrés pourrait-on dire, la bande à Tom Araya semble prendre le train en marche.

Pourtant, ce Diabolus In Musica fait illusion. Sur les trois premiers morceaux. Bitter Peace prend le temps de se développer, avec une longue introduction lugubre, annonciatrice d'un déluge de violence jouissif, thrash, sur lequel intervient un Araya très en voix. Vindicatif, énervé, il se partage entre un phrasé thrash et des hurlements typiquement hardcore. Il semble que la tournure prise sur Divine Intervention est toujours de mise. Un bon mid tempo, malsain, sur lequel Slayer montre qu'il est toujours maître dans la décélération. Death Head surprend rapidement l'auditeur avec son côté groovy et presque sautillant sur les couplets ! Pourtant, cette composition fait son petit effet en apportant un souffle nouveau sur le monde de Slayer. Bostaph et Araya tirent encore la couverture à eux avec une prestation remarquable. Quant à Stain Of Mind, elle a un petit côté neo metal qui va fait espérer un revirement plus thrash, mais l'ensemble reste très groovy et moderne.

Et on se dit que pour un EP, ça aurait été très bien. Que Slayer s'adapte pour survivre, ce qui n'est pas le plus glorieux pour un groupe qui imposait jadis un respect rare. Mais il reste huit morceaux, huit titres qui se perdent rapidement dans la redondance. Des morceaux que l'on oublie à peine écoutés. De temps en temps, on remarque une grosse baisse de régime dans l'inspiration (In The Name Of God où la testostérone fait office de cache-misère...). C'est vaguement bourrin. Parfois, ça hurle de trop. Les lignes de guitare sont souvent indignes de Slayer. Et là réside le drame de ce groupe. A force d'avoir placé la barre très haut, intransigeant avec lui-même, sa baisse de régime n'en est que plus flagrante et désolante. Et une fois de plus, on ne peut pas dire que c'est de la faute de Bostaph : ses rythmiques sauvent souvent la mise !

Araya s'est décarcassé pour ce disque, Rick Rubin livre une de ses meilleurs productions avec Slayer, la batterie est comme d'habitude jouissive, mais le reste n'y est pas. Diabolus In Musica est un disque que l'on peut écouter en boucle sans savoir pourquoi on le trouve bof, sans arriver à mettre le doigt dessus. De nombreux groupes pourraient s'en contenter. Mais c'est tellement banal pour du Slayer que la pilule a du mal à passer. Le genou est bel et bien à terre et derrière cette entité du metal, l'ombre de la hache du bourreau se profile...



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Diabolus In Musica - Infos

Voir la discographie de Slayer
Infos de Diabolus In Musica
acheter sur Amazon
Sortie : 9 juin 1998
Genre : Thrash Metal
Label : American Recordings
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Bitter Peace (04:32)culte !culte !paroles de Bitter Peace
2. Death's Head (03:29)à écouter en premierparoles de Death's Head
3. Stain of Mind (03:24)à écouter en premierparoles de Stain of Mind
4. Overt Enemy (04:41)paroles de Overt Enemy
5. Perversions of Pain (03:30)paroles de Perversions of Pain
6. Love to Hate (03:05)paroles de Love to Hate
7. Desire (04:18)paroles de Desire
8. In the Name of God (03:38)paroles de In the Name of God
9. Scrum (02:18)à écouter en premierparoles de Scrum
10. Screaming from the Sky (03:12)paroles de Screaming from the Sky
11. Point (04:12)à écouter en premierparoles de Point
écouter : Ecouter l'album

Slayer

Slayer
Slayer
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Stomp 442
Stomp 442
1995

Chronique de Stomp 442
Stomp 442
1995

Chronique de Persistence of Time
Persistence of Time
1990

Chronique de State of Euphoria
State of Euphoria
1988

Anthrax
Anthrax
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Speed Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Megadeth
Megadeth
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Metallica
Metallica
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Bonded by Blood
Bonded by Blood
1985

Exodus
Exodus
Voir la page du groupe
Création : 1980
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: