Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Quantos Possunt ad Satanitatem Trahunt

Chronique de Quantos Possunt ad Satanitatem Trahunt

Gorgoroth  - Quantos Possunt ad Satanitatem Trahunt (Album)

Rebirth Of Gorgoroth ou le retour aux sources, calmement



Après les querelles au sein de Gorgoroth, le groupe se sépare, se disputant la paternité du patronyme légendaire qui a fait la renommée du groupe durant toutes ces années.
Alors que King Ov Hell et Gaahl partent fonder God Seed, l’avenir de Gorgoroth reste assez incertain. D’autant plus que le dernier opus en date n’avait pas vraiment fait l’unanimité.

Mais Gorgoroth n’a pas dit son dernier mot et il vient le prouver avec son nouvel album, Quantos Possunt ad Satanitatem Trahunt.
Mais Gorgoroth revient aussi avec un line-up ‘old school’ puisque c’est à nouveau Pest qui se charge du chant, Tormentor revient accompagner Infernus à la guitare, mais on a aussi deux nouveaux : Tomas Asklund derrière les fûts. Le gredin a déjà fait ses preuves dans Dark Funeral ou Dissection par exemple. Et Bøddel à la basse !

Alors avec un line-up remanié, un groupe à qui il manque deux membres au charisme qui avait déjà conquis les fans, comment le groupe va-t-il repartir ?

L’artwork nous annonce une rupture totale avec la pochette d’Ad Majorem Sathanas Gloriam, lumineuse, colorée, raffinée, etc. Ici, on a un bon vieux crâne sur une pochette en noir et blanc, une pochette qui sent les bons vieux Pentagram ou Antichrist…
On peut dire que l’artwork est à l’image de la musique.

Les riffs sont old school et on sent un certain retour aux sources (ou un retour aux sources certain) avec des plans plus basiques, des passages mid-tempos peut-être plus modérés que par le passé, un chant qui ne nous est pas inconnu mais qui a perdu un peu de sa hargne avec le temps. Mais il faut dire qu’un album comme Pentagram a presque 15 ans, et ça se sent !

Car si le retour aux sources se fait sentir au niveau du son, on peut aisément palper l’évolution musicale des musiciens. Avec une violence toute contrôlée, Gorgoroth parait tout de même s'essouffler un peu. Le groupe a sans doute voulu montrer qu’il se relèverait facilement des altercations précédentes pour renaître de ses cendres en allant plus loin, mais il est évident que le chant de Gaahl avait marqué le Gorgoroth tel que nous le connaissions ces derniers temps et son chant si caractéristique, sa présence démoniaque et sa personnalité obscure en faisaient un personnage de choix.
Pour les fans de la dernière heure, le changement ne sera donc certainement pas très bénéfique, d’autant plus qu’en connaissant le travail de Pest sur les premiers albums, on attend un personnage diabolique, pervers et disgracieux pour réintégrer les rangs d’une des formations les plus cultes de Norvège, tout en sachant que lui aussi a contribué à forger le nom de cette horde de l’enfer !

Et parfois, on ne peut pas dire le contraire, on se fait un peu chier sur des riffs trop polis, pas assez puissants et pas assez dévastateurs, des riffs peut-être pas assez Black au profit d’une tentative d’ambiance qui n’arrive pas vraiment à envoûter l’auditeur, des plans qui ne surprennent plus personne, des mélodies entendues des centaines de fois… A la limite, Prayer est un titre assez intéressant tout de même avec ces ambiances froides. Mais tout cela reste tout de même un peu trop conventionnel...

En revanche, l’utilisation discrète de chœurs sur Satan-Prometheus est assez judicieuse et vient apporter une autre dimension au disque. On sent un semblant d'effort, mais le groupe ne veut pas trop s'aventurer sur des chemins boueux...

Mais soyons clairs, le disque n’est pas mauvais en somme, c’est juste que Gorgoroth joue la musique qu’il a toujours joué, il la joue avec un peu plus de maturité et donc la haine et la hargne disparaissent peu à peu au profit d’une musique peut-être plus ‘accessible’ et moins tourmentée, moins perfide.
Car si aujourd’hui le son de Gorgoroth sonne comme étant entendu des centaines de fois, il ne faut pas oublier que ce combo fait parti des initiateur du genre et que donc on en entend les suiveurs, les copies ! Mais il est clair que si Gorgoroth est un modèle, il devrait en profiter pour montrer de nouveaux horizons.

Avec un disque assez court (environ 34 minutes, comme d’habitude en fait…), Gorgoroth ne relève pas vraiment le défi de réintéresser le public après les différends qui ont conduit au départ de deux membres charismatiques.
Il faut dire qu’Ad Majorem Sathanas Gloriam ne montrait pas Gorgoroth sous son plus beau jour, mais les tensions étaient-elles bénéfiques à un nouveau départ pour Gorgoroth ? Je n’en suis pas sûr… Le groupe n’a pas vraiment su saisir cette occasion pour montrer qu’il revenait sous un nouveau visage, pour montrer que la démission de King et Gaahl était positive…

Au final, on a donc un album sans grande surprise, un Black Metal basique, old school, bien que plus travaillé, mais on attendait un peu mieux d'un groupe au statut 'culte', désormais constitué de membres originels et deux autres musiciens qui ont fait leurs preuves dans d'autres formations. Un disque sans grande saveur que certains sauront tout de même apprécier...

(1) Modifier l'article
par Pit, le 26 septembre 2009
Voir toutes les chroniques de Pit


Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Voir les 1 commentaires précédents
un retour aux sources*
jeu. 19 nov. 09- 23:38  
Ouais, au dessus de Ad Majorem Sathanas Gloriam, mais en dessous de Twilight Of The Idols selon moi.
ven. 20 nov. 09- 20:03  
C'est vrai, mais faut dire qu'ils sont quand même très différent je trouve.
sam. 21 nov. 09- 12:01  


Quantos Possunt ad Satanitatem Trahunt - Infos

Voir la discographie de Gorgoroth
Infos de Quantos Possunt ad Satanitatem Trahunt
acheter sur Amazon
Sortie : 21 octobre 2009
Genre : Black Metal
Playlist :
1. Aneuthanasia (2:18)
2. Prayer (3:32)
3. Rebirth (6:33)
4. Building a Man (3:23)
5. New Breed (5:28)
6. Cleansing Fire (3:12)
7. Human Sacrifice (3:45)
8. Satan-Prometheus (5:36)listen
9. Introibo ad Alatare Satanas (0:52)
écouter : Ecouter l'album



Gorgoroth

Gorgoroth
Gorgoroth
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Marduk
Marduk
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Black Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Darkthrone
Darkthrone
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Black Metal
Origine : Norvège


Albums chroniqués :
Chronique de Reinkaos
Reinkaos
2006

Chronique de Storm of the Light's Bane
Storm of the Light's Bane
1995

Chronique de The Somberlain
The Somberlain
1993

Dissection
Dissection
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Black Metal
Origine : Suède


Cradle Of Filth
Cradle Of Filth
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Black Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Dimmu Borgir
Dimmu Borgir
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Immortal
Immortal
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Emperor
Emperor
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Black Metal
Origine : Norvège