Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Come Hell Or High Water

Chronique de Come Hell Or High Water

Deep Purple  - Come Hell Or High Water (Album Live)

 4 
10

Contre vents et marées



Parfois, les musiciens de Deep Purple ont du nez pour les titres d'albums. A moins que ce ne soit les personnes chargées de la communication autour d'eux, publicistes et autres cadres des maisons de disque. Parce que, mine de rien, Nobody's Perfect est un live qui fait honte à ce pilier du hard rock, The Battle Rages On, un opus studio qui réussit à démontrer l'antagonisme profond entre Ian Gillan et Ritchie Blackmore... et ce Come Hell Or High Water n'échappe pas à la règle.

Parce que la tournée de Deep Purple, entamée en 1993 et achevée en 1994, n'a pas été de tout repos. Ritchie Blackmore ne faisait clairement plus partie du groupe, ce qui expliquait (mais ne pardonnait pas) ses caprices de diva, comme jouer autre chose alors que le reste du groupe suivait la set-list, quitter la scène avant la fin du show ou ne pas remonter pour les rappels. Bref, un cauchemar.

Le concert a été capté sur deux dates, celles de Stuttgart et Birmingham, quelques jours avant que Blackmore ne quitte une dernière fois la scène. Et le CD propose une set list classique de chez classique. Des morceaux entendus mille fois, à l'exception de A Twist In The Tale (et non pas The Tail comme l'indique le verso de la pochette) et de Anya. Si la première citée tranche étrangement avec le style du Purple à cause de son côté Rainbow prononcé (Spotlight Kid a été ainsi récupéré), la seconde est poussive, la faute à un chant qui a connu des jours meilleurs.

En effet, le chant de Ian Gillan est usé, fatigué. Des années à hurler, un passage au sein de Black Sabbath où il a fait n'importe quoi avec sa voix l'ont à jamais ternie, brisée. Et cela se sent dans le manque de gniak, de puissance. Child In Time, qui avait marqué son époque par les cris de Gillan, n'est plus que l'ombre d'elle-même. Et c'est triste, limite écoeurant. Un monument s'effrite, tombe en ruine. Mais bon, inutile de tirer sur l'ambulance, le fait n'est pas nouveau. Les carences du chanteur ont déjà été pointées du doigt à l'époque de la reformation.

On pourrait pardonner à Deep Purple des prestations vocales plus faibles. C'est une légende, en 1993 le groupe fêtait 25 ans de hauts et de bas. Mais voilà, le... rival (?) de Gillan, Ritchie Blackmore, livre une prestation sans imagination. Et là, la comparaison avec le Made In Japan s'avère assassine. Les soli, les jams, les improvisations, tout ce qui faisait de ce live une expérience proche de l'extase totale, perdent singulièrement en intérêt ici. On en viendrait presque à douter que ce soit le même groupe qui ait produit ces deux albums tant le fossé est énorme. On se souvient de tout ce qui faisait de Nobody's Perfect un live détestable. Et comme tous les enregistrements en public de Deep Purple ou presque, cela marque la fin d'un cycle et cette fois-ci, c'est Blackmore qui s'en va, sans une once de regret.

Come Hell Or High Water est à prendre pour ce qu'il est : un témoignage de ce qu'était Deep Purple à une époque difficile. Un groupe sans âme, miné par des querelles intestines et qui aurait pu (du ?) splitter définitivement plutôt que de devenir une caricature de lui-même. Il ne faut surtout pas comparer cet album avec Made In Japan ou Made In Europe, la déception n'en serait que plus grande. Bref, un divorce consommé. Et l'impossible de se produire...



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Les concerts sur lesquels ce live a été enregistré sont depuis sorti en 2 doubles cd présentants les concerts complets. Si le concert de Birmingham est dispensable, celui de Stuttgart s'avère de très bonne facture.
dim. 13 sept. 09- 19:52  
Celui de Birmingham a été retiré de la vente suite à une plainte de Gillan.
dim. 13 sept. 09- 19:59  


Come Hell Or High Water - Infos

Voir la discographie de Deep Purple
Infos de Come Hell Or High Water

Sortie : novembre 1994
Genre : Hard Rock
Album Live

Playlist :
1. Highway Star (6:40)
2. Black Night (5:40)
3. A Twist In The Tale (4:27)
4. Perfect Strangers (6:52)
5. Anyone's Daughter (3:57)
6. Child In Time (10:48)
7. Anya (12:13)
8. Speed King (7:29)
9. Smoke On The Water (10:26)
écouter : Ecouter l'album

Deep Purple

Deep Purple
Deep Purple
Voir la page du groupe
Création : 1968
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Into The Wild
Into The Wild
2011

Chronique de Equator
Equator
1985

Chronique de Fallen Angel
Fallen Angel
1978

Chronique de Firefly
Firefly
1977

Uriah Heep
Uriah Heep
Voir la page du groupe
Création : 1967
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Rainbow
Rainbow
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni


Albums chroniqués :
Chronique de Dehumanizer
Dehumanizer
1992

Chronique de Tyr
Tyr
1990

Chronique de The Eternal Idol
The Eternal Idol
1987

Chronique de Seventh Star
Seventh Star
1986

Black Sabbath
Black Sabbath
Voir la page du groupe
Création : 1969
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Black Ice
Black Ice
2008

Chronique de Black Ice
Black Ice
2008

Chronique de Ballbreaker
Ballbreaker
1995

Chronique de Ballbreaker
Ballbreaker
1995

AC/DC
AC/DC
Voir la page du groupe
Création : 1973
Genre : Hard Rock
Origine : Australie


Albums chroniqués :
Chronique de Babez for Breakfast
Babez for Breakfast
2010

Lordi
Lordi
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Hard Rock
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Aftershock
Aftershock
2013

Chronique de Kiss Of Death
Kiss Of Death
2006

Chronique de Inferno
Inferno
2004

Chronique de Overnight Sensation
Overnight Sensation
1996

Motörhead
Motörhead
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Alice Cooper
Alice Cooper
Voir la page du groupe
Création : 1964
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: