Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Hexenhammer

Chronique de Hexenhammer

Burning Witches  - Hexenhammer (Album)

 8 
10

Un bien joli sortilège...



Allez savoir pourquoi, les groupes uniquement composés de filles bénéficient d'un capital sympathie immédiat. Les Suissesses de BURNING WITCHES n'échappent pas à la règle et disposent de bien des atouts pour séduire. Après une première démo en novembre 2016, et un premier album éponyme en mai 2017, elles ont réussi à convaincre le géant Nuclear Blast de les signer. Et, à peine plus d'un an après leur premier essai, voilà que débarque déjà le second opus Hexenhammer.

Une petite modification de line-up a été apportée avec l'arrivée de la guitariste Sonia Nusselder en remplacement d'Alea Wyss. Pour le reste, on ne change pas une équipe qui gagne ! La production est toujours assurée par le duo Schmier (chanteur et bassiste de DESTRUCTION) et V.O Pulver (chanteur et guitariste de GURD). Elle est impeccable et apporte une belle assise à la musique du combo. Comme sur le premier album, BURNING WITCHES porte le flambeau d'un metal traditionnel, entre JUDAS PRIEST ou WARLOCK, et assume parfaitement cet héritage. Le nom du premier album de WARLOCK n'était-il pas Burning The Witches ? Le heavy power metal du groupe se teinte parfois de légères touches thrash, mais avec un producteur nommé Schmier, on n'est guère surpris. En cela, BURNING WITCHES rappelle un peu PHANTOM BLUE, groupe 100 % féminin au sein duquel évoluait la regrettée guitariste Michelle Meldrum. Avec parcimonie, le groupe n'hésite pas à incorporer quelques éléments plus modernes, notamment par le biais de vocaux plus appuyés.

Il faut dire que Seraina Telli a un registre très entendu qu'il serait dommage de ne pas exploiter à fond. Capable de monter très haut dans les aigus, elle se permet aussi quelques incartades plus extrêmes avec le même bonheur. La demoiselle tire assurément cet opus vers le haut. Cela ne signifie pas que ses collègues soient à la traîne, loin de là. Les guitaristes Romana Kalkuhl et Sonia Nusselder développent quantité de riffs et leurs interventions solos sont toujours de qualité. La section rythmique composée de Jeanine Grob (basse) et Lala Frischknecht (batterie) mais reste un peu en retrait dans le mix qui privilégie la voix et les grattes. Par contre, la reprise du "Holy driver" de DIO se montre appliquée mais dispensable. On aurait aimé un choix plus original que ce titre déjà repris de très nombreuses fois.

Mais, jusqu'au bout, BURNING WITCHES reste fidèle à ses convictions et ses influences. L'album fait ainsi preuve d'un réel classicisme mais reste très agréable à écouter, avec un peu côté nostalgique et vintage bien plaisant. La thématique de l'album est centrée sur le Malleus Maleficarum (Hexenhammer en allemand), un traité du XVème siècle qui a servi de socle à la chasse aux sorcières. Elle est parfaitement illustrée par la jolie pochette de l'artiste hongrois Gyula qui a oeuvré pour ANNIHILATOR et …DESTRUCTION forcément. Le petit interlude "Dungeon of infamy" résume bien l'obscurantisme moyenâgeux et nous laisse entrevoir le sort qui auraient sans doute été réservé à nos charmantes sorcières si le pape avait pu se mettre cet album entre les oreilles !

Les - : un album (trop) classique. Une reprise de DIO dispensable.

Les + : du travail bien fait à tous les niveaux (écriture, production, artwork). Une prestation vocale de premier ordre.




Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :  
 8 
10
Gandalflegris
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Hexenhammer - Infos

Voir la discographie de Burning Witches
Infos de Hexenhammer

Sortie : 9 novembre 2018
Genre : Heavy / Power Metal
Label : Nuclear Blast
Playlist :
1. The witch circle (01:28)
2. Executed (03:41)à écouter en premier
3. Lords of war (03:37)
4. Open your mind (05:17)à écouter en premier
5. Don‘t cry my tears (04:57)à écouter en premier
6. Maiden of steel (04:17)
7. Dungeon of infamy (00:41)
8. Dead ender (05:09)à écouter en premier
9. Hexenhammer (06:42)à écouter en premier
10. Possession (04:06)
11. Maneater (03:54)
12. Holy diver (04:02)
13. Self sacrifice (03:57)
14. Don‘t cry my tears (acoustic) (04:27)à écouter en premier
écouter : Ecouter l'album

Burning Witches

Albums chroniqués :
Chronique de Hexenhammer
Hexenhammer
2018

Burning Witches
Burning Witches
Voir la page du groupe
Création : 2015
Genre : Power Metal
Origine : Suisse




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Day Of Reckoning
Day Of Reckoning
2011

Destruction
Destruction
Voir la page du groupe
Création : 1982
Genre : Thrash Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Judas Priest
Judas Priest
Voir la page du groupe
Création : 1967
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Warlock
Warlock
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne


Phantom Blue
Phantom Blue
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis


Annihilator
Annihilator
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Thrash Metal
Origine : Canada

Rapports de concerts: