Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Pop Evil

Chronique de Pop Evil

Pop Evil  - Pop Evil (Album)

 8 
10

Pop...Evil....tout est dans le nom !



POP EVIL, voici un nom pas forcément très connu de ce côté-ci de l'Atlantique. Le groupe a pourtant démarré sa carrière en 2001. Il a mis du temps à percer, mais depuis la sortie de Lipstick In The Mirror, son premier album en 2008, il ne cesse de monter en puissance en Amérique du Nord. Les réalisations suivantes (War Of Angels en 2011, Onyx en 2013, et Up en 2015) amélioreront sans cesse la position du groupe dans les charts US. Le petit dernier aura particulièrement cartonné, puisqu'il a été numéro 1 du Billboard US des albums Independants, numéro 3 sur le Billboard Top Hard Rock et n°25 sur le Billboard Top 200 dans la semaine de sa sortie ! "Footsteps" a même atteint la première place des singles ! Vous l'aurez compris, ce groupe est, à la force du poignet, devenu bien épais aux Etats-Unis ! Mais les goûts des Américains ne sont pas forcément ceux des Européens, et les gros vendeurs aux States, ne le sont pas toujours ici, ou de manière sporadique. Tout reste donc à faire en nos contrées pour POP EVIL à l'instar de nombreuses formations évoluant dans le créneau du big rock US (hard rock, alternative metal ou post grunge, on appelle ça comme on veut !). Pour un NICKELBACK, combien de FUEL ou de HINDER ou de SKILLET (liste non exhaustive !). C'est donc avec son cinquième album éponyme que POP EVIL va essayer de changer la donne.

Celui-ci a été enregistré à Nashville, Tennessee, avec le producteur Kato Khandwala (BREAKING BENJAMIN, MY CHEMICAL ROMANCE, PAPA ROACH, THE PRETTY RECKLESS). Rien à dire de ce point de vue, c'est rasé de près et il n'y a pas un poil qui dépasse ! Ca sonne terriblement bien ! Et ce d'autant plus que les Américains ont décidé de sortir les muscles. Les quatre premiers titres "Waking lions", "Color bleed", "Ex machina" et "Art of war" rivalisent d'énergie et de fougue. Le chant de Leigh Kakaty a rarement été aussi vindicatif. Le bonhomme a un timbre chaud et puissant et n'hésite pas à s'aventurer sur un terrain que n'aurait pas renié Zack De La Rocha ! Le travail de la paire de gratteux Fuelling – Grahs est à l'avenant, agressif et incisif. L'atmosphère rappelle parfois les Australiens de MAMMAL et les incontournables RAGE AGAINST THE MACHINE bien entendu ! Si la partition de basse de Matt DiRito reste assez discrète dans le mix, celle d'Haley Cramer, nouvelle venue derrière les fûts, dynamite des compositions déjà bien enlevées ! Excellente recrue les gars ! Avec ce début d'album fracassant et surprenant, POP EVIL régale sans problème les amateurs de metal que nous sommes !

Petite inflexion avec les groovy "Be legendary" et "Nothing but thieves". La basse se fait enfin une place, et les décibels ne sont pas encore remisées au placard, notamment sur le superbe final de "Nothing but thieves" ! Ces deux excellents titres font clairement office de transition et amorcent en douceur un gros changement de direction de l'album. Car POP EVIL va nous proposer une deuxième partie d'album beaucoup plus pop et moins evil ! Les cinq derniers titres se rapprocheront ainsi des ballades de 3 DOORS DOWN ou de DEFAULT. Ces titres sont globalement bons et parfaitement calibrés pour les radios US. On appréciera la très belle utilisation des backing vocals, une constante tout au long du cd, "Cold bleed" et "When we were young" en tête. Mais la construction très particulière de l'album les dessert clairement. Et laisse perplexe. Les Américains ont pris l'option de tirer leurs plus grosses cartouches en premier, et le reste apparaît du coup un peu fade, surtout pour les amateurs de décibels que nous sommes. Sur ce coup là, on a quand même le sentiment que les mecs se tirent une balle dans le pied !

Et c'est dommage car s'ils sont bizarrement agencés, tous les ingrédients sont pourtant réunis pour un bel album : un groupe aguerri et sûr de sa force, des musiciens talentueux, des compos efficaces et une production léchée. Et si t'es sage, t'auras même le droit de prendre tes plus beaux crayons pour colorier la pochette. Alors, on dit merci POP EVIL !

Les - : une tracklist discutable et trop rigide.

Les + : Une belle variété de titres, entre calme et énergie. Des backing vocals superbes.








Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :  
 8 
10
Gandalflegris
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Pop Evil - Infos

Voir la discographie de Pop Evil
Infos de Pop Evil

Sortie : 16 février 2018
Genre : Rock Metal
Label : Eone Music
Playlist :
1. Waking lions (03:51)à écouter en premier
2. Colors bleed (03:44)à écouter en premier
3. Ex machina (04:10)à écouter en premier
4. Art of war (03:42)à écouter en premier
5. Be legendary (03:23)à écouter en premier
6. Nothing but thieves (06:01)à écouter en premier
7. A crime to remember (03:22)
8. God's dam (04:37)
9. When we were young (04:23)à écouter en premier
10. Birds of prey (03:12)
11. Rewind (03:51)
écouter : Ecouter l'album

Pop Evil

Albums chroniqués :
Chronique de Pop Evil
Pop Evil
2018

Pop Evil
Pop Evil
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Rock Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Nickelback
Nickelback
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Grunge
Origine : Canada

Rapports de concerts:

Hinder
Hinder
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Metal
Origine : États-Unis


Skillet
Skillet
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis


My Chemical Romance
My Chemical Romance
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Autre
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Metamorphosis
Metamorphosis
2009

Papa Roach
Papa Roach
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Renegades
Renegades
2000

Chronique de Rage Against The Machine
Rage Against The Machine
1992

Rage Against The Machine
Rage Against The Machine
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Fusion
Origine : États-Unis