Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Will To Power

Chronique de Will To Power

Arch Enemy  - Will To Power (Album)

 9 
10

Encore dans le coup !

Cet article n'a pas été écrit par un membre de l'équipe officielle de Metalship, et n'engage donc que son auteur, pas la rédaction du webzine.


Après le départ en 2014 d'Angela Gossow, l'emblématique chanteuse de Arch Enemy, beaucoup de fans s'étaient posé la question de la légitimité d'une nouvelle chanteuse tant l'allemande avait marqué de son empreinte le style du groupe. L'album War Eternal était venu dissiper les doutes en introduisant la charismatique et talentueuse Alissa White-Gluz au micro. Alors même qu'il était apparu impossible de faire mieux que la terrible Angela, Alissa allait prouver le contraire. Son travail sur War Eternal est plus complexe et plus varié que celui d'Angela sur Khaos Legions et on s'est surpris à rêver, le temps d'un CD, que l'ex-chanteuse de The Agonist pouvait faire oublier la blonde assassine.

Un album plus tard, il fallait confirmer cet état de grâce sous peine de régresser dans l'opinion des fans. Challenge difficile pour la petite canadienne à la voix de démon. La pression devait être énorme. Mais le travail colossal fourni par Michael Amott et Daniel Erlandsson, notamment au niveau du soin apporté aux nouvelles compositions, a facilité quelque peu les choses.

Will To Power se révèle être un concentré de riffs plombés tous plus dévastateurs les uns que les autres. La belle Alissa est comme un poisson dans l'eau. Sa prestation s'élève encore d'un cran par rapport à War Eternal. Son chant se diversifie davantage, modulant les growls de façon très convaincante et s'attachant à rendre le texte audible ce qui est une prouesse pour cette technique vocale. Le tout est mieux ficelé, mieux produit. A l'image du titre The Race qui donne le ton dès le départ, furieux et malsain, et qui donne aussi un avant goût piquant de la suite : Pas de temps mort, les titres se succèdent avec une violence et une technique mélodique élaborée, chère au guitariste fondateur. Blood In The Water déboule ensuite avec une rythmique imparable qui vous démonte la nuque. Le son est énorme, le mixage parfait, les morceaux transportés par une Alissa habitée et par les duels incendiaires entre Michael Amott et l'ex-Nevermore Jeff Loomis. Les deux singles, The World is Yours et The Eagle Flies Alone, raffle plus de 15 millions de vues chacun sur YouTube, un beau score pour un groupe de Death Metal de plus de vingt ans d'existence et un révélateur de la santé populaire du combo suédois. Même des titres plus conventionnels pour Arch Enemy, comme First Day In Hell ou A Fight I Must Win sont dignes d'être enseignés dans les écoles du rock.

Pourtant, des fans se plaignent d'un certain manque de prise de risque. Arch Enemy fait du Arch Enemy et se garderait d'explorer de nouvelles contrées métalliques. Argument recevable. Mais peut-on reprocher à un nouvel album d'un cador du death metal mélodique d'être moins novateur ? Alors que de jeunes recrues peinent à concevoir leur propre identité. Will To Power est un bon album si on le considère dans le contexte de la carrière déjà bien remplie du groupe. On peut même y déceler ça et là quelques vraies nouveautés comme ces passages en voix claires sur la ballade Reason To Believe ou ces harmonies de claviers sur le très beau Dreams Of Retribution présageant d'une certaine évolution pour l'avenir.

Arch Enemy ne peut plus grandir, c'est vrai. Le groupe a atteint son apogée depuis longtemps. Mais curieusement, et contrairement à d'autres formations de la même génération, Arch Enemy continue de tenir sa position dans le haut du panier grâce à des productions qui, même si elles n'évoluent pas de façon brutale, restent dans le coup techniquement et artistiquement. C'est encore le cas avec ce Will to Power.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Will To Power - Infos

Voir la discographie de Arch Enemy
Infos de Will To Power

Sortie : 8 septembre 2017
Genre : Melodic Death Metal
Label : Century Media Records
Playlist :
1. Set flame to the night (01:18)
2. The race (03:15)listen
3. Blood in the water (03:55)
4. The world is yours (04:53)listen
5. The eagle flies alone (04:59)listen
6. Reason to believe (04:47)
7. Murder scene (03:50)
8. First day in hell (04:48)
9. Saturnine (01:09)
10. Dreams of retribution (06:40)
11. My shadow and I (04:05)
12. A fight I must win (06:37)
écouter : Ecouter l'album

Arch Enemy

Albums chroniqués :
Chronique de Will To Power
Will To Power
2017

Chronique de Doomsday Machine
Doomsday Machine
2005

Chronique de Black Earth
Black Earth
1996

Arch Enemy
Arch Enemy
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Khaos
Khaos
Voir la page du groupe
Création : 1980
Genre : Heavy Metal
Origine : Honduras


Albums chroniqués :
Chronique de Five
Five
2016

The Agonist
The Agonist
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Canada

Rapports de concerts:

Sonic Syndicate
Sonic Syndicate
Voir la page du groupe
Création : 2002
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Children of Bodom
Children of Bodom
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Amon Amarth
Amon Amarth
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

In Flames
In Flames
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Atoma
Atoma
2016

Chronique de We Are The Void
We Are The Void
2010

Chronique de We Are The Void
We Are The Void
2010

Chronique de Fiction
Fiction
2007

Dark Tranquillity
Dark Tranquillity
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts: