Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Berdreyminn

Chronique de Berdreyminn

Sólstafir  - Berdreyminn (Album)

 8 
10

Sexe auditif, hiver Islandais et visions prophétiques



Komdu sæl(l)... Talar þú íslensku ?!

Difficile de se dire qu'on va chroniquer un groupe Islandais à l'approche de l'été... L'hiver étant la saison qui reflète le mieux les émotions et la puissance poétique des musiques crées par les groupes du coin. Compliqué de se dire qu'ici il n'y'aura plus de nuit pendant 4 mois presque et que, chroniquer une musique du groupe dont on va parler, demande un certain calme et une heure d'isolation au reste du monde... Ou alors un roadtrip dans un 4x4 armé d'un joli chapeau rebelle sur la tête. Personne ne doit vous déranger ! PERSONNE !

SOLSTAFIR... Lorsqu'on évoque ce nom, c'est l'Islande, on le sait tout de suite. Son nom Islandais est aussi le plus populaire des Rockeurs Vikings dans le reste du monde, surement à égalité avec BJÖRK. Mais nos grands hommes du nord ont plus de 20 ans de carrière, proposant un style unique, un rock/Psychédélique mélancolique et déroutant de par sa profondeur émotionnelle. on ne va pas énumérer toute leur carrière mais bon, juste un petit point vite fait bien fait... Í Blóði og Anda, en 2002, montrait une inspiration et un genre venant du Black/Metal. Masterpiece of Bitterness, en 2005 et Köld en 2009 sortent de la ligne droite et embarquent pour un nouveau genre totalement opposé... Le Rock/Psychédélique/Epic/Atmosphérique, ouais ça en fait des sous-genres n'est ce pas ? Et, c'est ce changement brutal qui fera la renommée de SOLSTAFIR. Svartir Sandar, en 2011 et Ótta , en 2014 sont composés des morceaux les plus célèbres du groupe... On peut citer "Fjara", "Djákninn" et "Lágnætti" qui sont des cultes incontournables du groupe et aussi... De sacrés aphrodisiaques auditifs... Du vécu !

Le groupe est toujours chez Season of Mist et, dans sa routine, lâche trois années après Ótta son dernier album, Berdreyminn, qui paraîtra le 26 mai prochain. T'es prêt à pleurer et à être mélancolique ? Faut s'y préparer.

Adam Burke, tu es un génie, cet artwork est absolument ce qu'il fallait à cet album pour montrer son contenu très sombre et atmosphérique... Doit-on vraiment le détailler ? non, c'est comme un tableau... Tu observes et tu te fais ton propre ressenti, là c'est de l'art mon bon monsieur !



Pas loin d'une heure... Une heure d'immersion dans une atmosphère bien reconnaissable...C'est à la fois effrayant, magnifique et terriblement froid en terme de joie ! on débute par "Silfur-Refur" et son introduction très cow-boy, derniers regards avant le duel final. on entre en douceur dans les rythmes, comme la plupart des morceaux du groupe d'ailleurs... Mais l'orgue use de sa puissance pour rendre l'univers bien plus triste. Et ça y'est c'est parti, la voix du chanteur fait face, soutenue par des rythmes aux toms très prononcés du batteur et un orgue bienveillant pour continuer dans la même atmosphère. on démarre vraiment sur du vrai SOLSTAFIR et les frissons sont déjà omniprésents.

Ce qui fait la force émotionnelle du groupe, c'est son savoir pour construire un morceau d'une manière particulière... Tous les morceaux doivent démarrer le plus calmement possible... Comme le morceau "Hula" qui est la première grosse surprise émotionnelle de l'album hors introduction... Piano, Xylophone, sons très atmosphériques et épiques à la fois, voix très douce et batteur au plus basique de son niveau pour procurer un ensemble incroyable. Et c'est pas fini ! Des chorus de femmes arrivent pour nous achever, les guitares se dévoilent un peu plus et les coups de crashs commencent à résonner... Pour revenir sur ce bon dieu de piano... Vraiment difficile de chroniquer ce groupe sans chialer comme un gosse putain. On pourra retrouver la même émotion, si vous êtes des masochistes sentimentales, sur le morceau "Dýrafjörður"... C'est moins poussé dans la tristesse mais ça fait déjà bien réfléchir.

Mais SOLSTAFiR c'est aussi du bon Rock hein, ne l'oublions pas, y'a pas que des larmes dans tout ça. "Bláfjall", malgré son introduction à l'orgue, saura réveiller de par son évolution rythmée et son riff de guitare, court mais hyper gras, à mi-chemin et bien plus encore pour le morceau "Hvít Sæng", qui, une fois passé l'introduction comme d'habitude... Devient super soupe au lait et montre un SOLSTAFIR en forme et bien déterminé à montrer tout son potentiel de romantique Rock/Moderne.

"Isafold" pioche surtout sa force dans un rythme à la guitare très répétitif, mais sans en faire un bon fromage non plus... Le morceau manque cruellement de diversifications comparé à ses collègues. C'est le morceau le moins convaincant de l'album ! "Ambatt" jouera plus avec le batteur et quelques breaks sympas soutenus par un piano. C'est le morceau à garder absolument en playlist -roadtrip-.

que c'était beau, mais que c'était difficile émotionnellement d'arriver jusqu'au bout de cet album en réfléchissant à quoi dire en même temps... SOLSTAFIR montre une fois encore sa grande maturité d'écriture dans les compositions. Ce n'est clairement pas le meilleur album du groupe... Enfin, pas le meilleur, difficile à dire, on aime chacun le groupe pour un album en particulier... Chacun d'eux possédant son propre style. Plus d'énergie sur un, plus de romantisme ou d'ambiances psychés sur l'autre... Difficile de faire un choix, mais Berdreyminn se trouve bien plus axé sur l'effet dramatique, de grands moments froids et ternes à cause de l'orgue et des moments très reposants-calmes... Y'a pas à dire, une fois encore, le groupe sait comment faire sortir la sensibilité en chacun de nous. Ouais, ouais, ouais, on a tous un cœur et des émotions tu peux pas y échapper si t'aimes la bonne musique. Cet album fera l'objet de futurs souvenirs, soyez en certain(e)s.





Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :  
 8 
10
ExtraShuggah
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Berdreyminn - Infos

Voir la discographie de Sólstafir
Infos de Berdreyminn

Sortie : 26 mai 2017
Genre : Rock/Psychédélique/Epic
Label : Season of Mist
Playlist :
1. Silfur-Refur (06:54)culte !culte !
2. Ísafold (04:58)
3. Hula (07:07)culte !culte !
4. Nárós (07:23)à écouter en premier
5. Hvít Sæng (07:22)
6. Dýrafjörður (07:32)
7. Ambátt (08:08)à écouter en premier
8. Bláfjall (08:00)
écouter : Ecouter l'album



Sólstafir

Albums chroniqués :
Chronique de Berdreyminn
Berdreyminn
2017

Chronique de Ótta
Ótta
2014

Sólstafir
Sólstafir
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Rock Metal
Origine : Islande

Concerts:
Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Axioma Ethica Odini
Axioma Ethica Odini
2010

Chronique de Frost
Frost
1994

Enslaved
Enslaved
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Yoshū Fukushū
Yoshū Fukushū
2013

Chronique de Tsume Tsume Tsume
Tsume Tsume Tsume
2008

Chronique de Buikikaesu
Buikikaesu
2007

Maximum The Hormone
Maximum The Hormone
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Rock Metal
Origine : Japon

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Delirium
Delirium
2016

Chronique de Broken Crown Halo
Broken Crown Halo
2014

Chronique de Dark Adrenaline
Dark Adrenaline
2012

Chronique de Shallow Life
Shallow Life
2009

Lacuna Coil
Lacuna Coil
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Rock Metal
Origine : Italie

Rapports de concerts:

Stone Sour
Stone Sour
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Rock Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Katatonia
Katatonia
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Rock Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Anathema
Anathema
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Rock Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de This Is War
This Is War
2009

Chronique de A Beautiful Lie
A Beautiful Lie
2007

Chronique de 30 Seconds To Mars
30 Seconds To Mars
2002

30 Seconds To Mars
30 Seconds To Mars
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Rock Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: