Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Prevail I

Chronique de Prevail I

Kobra And The Lotus  - Prevail I (Album)

 6 
10

Une morsure trop inoffensive...



Après un premier album Out Of The Pit qui n'avait pas défrayé la chronique en 2010, les Canadiens de KOBRA AND THE LOTUS se sont taillés une solide réputation avec les deux opus suivants, l'éponyme Kobra And The Lotus en 2012 et High Priestess en 2014, notamment grâce au parrainage bienveillant de Gene Simmons de KISS. Après nous avoir fait patienter avec Words Of The Prophets, un EP de reprises, incluant le fameux "Black velvet" d'Alannah Myles, le groupe s'est lancé dans un ambitieux projet de double album. Et c'est armé d'un nouveau contrat avec Napalm Records, qu'il nous revient en ce mois de mai 2017 avec Prevail I, la première partie de ce nouvel opus très attendu.

Et ça commence plutôt mal avec une pochette façon coloriage anti-stress, bien moins réussie que celle de Joshua Clay pour High Priestess. L'aspect visuel n'est clairement pas, cette fois, une réussite incontestable. Deuxième pierre d'achoppement, la production. Le combo a fait appel à des pointures : Jacob Hansen (EPICA, VOLBEAT… entre autres) et Ted Jensen (ALICE IN CHAINS…entre autres). Pas des petits joueurs, et pourtant le boulot n'est pas convaincant. Le son concocté par ces messieurs lisse toutes les aspérités qui faisaient le charme de KOBRA AND THE LOTUS jusqu'ici. Le résultat s'avère très standardisé et claque beaucoup moins que celui de Johnny K sur High Priestess, où que celui de Julius Butty et Kevin Churko sur Kobra And The Lotus. Et c'est bien dommage ! Même le principal atout du groupe, à savoir le timbre puissant de Brittany "Kobra" Paige", n'est pas asez mis en valeur et paraît par conséquent un peu éteint. Un travail sonore qui laisse donc dubitatif.



Les compositions s'avèrent également beaucoup plus formatées, calibrées pour séduire un large public. On est parfois pas si éloigné d'un groupe comme SKILLET, ce qui n'est pas une tare en soi, mais se révèle un peu étonnant à l'écoute d'un album de KOBRA AND THE LOTUS. A part l'envoûtant "Triggerpulse", aucun titre ne marque véritablement ce début d'album de son empreinte indélébile. Tout cela est bien trop consensuel et manque franchement de dynamisme et de pêche. Car oui, il faut bien se rendre à l'évidence, les Canadiens ont un peu modifié leur approche musicale. S'il reste quelques scores du passé, le registre est beaucoup plus mainstream, comme le montre la ballade "Light me up", plutôt bien faite par ailleurs. A notre grand dam, la formation semble avoir perdu son mojo. La morsure du Kobra est devenue bien inoffensive (Sniff !).

Du coup, on s'ennuie parfois un peu. Les montées d'adrénaline et les pics de tension se font rares. Heureusement, le groupe retrouve un peu de sa superbe en fin d'album et termine sur une note plus véloce et de fait, plus positive. Le groupe renoue avec ses racines power metal le temps des trois derniers titres. L'intéressant instrumental "Chech the phyrg" et les puissants "Hell on earth" et "Prevail" nous redonnent la patate et le sourire ! Voilà enfin ce que l'on avait envie d'entendre depuis le début ! Mais c'est trop peu, trop tard !

Le problème de cet album n'est pas qu'il soit mauvais, il possède même son lot de bons moments. Mais vous l'aurez compris, tout est ici moins bien que sur les deux précédents albums. Et cela laisse forcément un sentiment de déception. Mais Prevail I étant la première partie d'un diptyque, on espère que la seconde sera d'un autre calibre. Le groupe nous doit en tout cas une revanche !




Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :  
 6 
10
Gandalflegris
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Prevail I - Infos

Voir la discographie de Kobra And The Lotus
Infos de Prevail I
Table './nanoroux_bdd/images' is marked as crashed and should be repaired