Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Stormsleeper

Chronique de Stormsleeper

Spoil Engine  - Stormsleeper (Album)

 8 
10

De belles promesses pour l'avenir !



SPOIL ENGINE n'est pas né de la dernière pluie puisque le combo belge / néerlandais roule sa bosse depuis 2004 et a sorti 3 albums Skinnerbox v.07 en 2007, Antimatter en 2009 (chez Roadrunner), et The Art Of Imperfection en 2012. Des œuvres estimables, mais qui n'ont pas permis au groupe de s'inscrire dans la mémoire collective. L'arrivée de la jeune (22 ans) chanteuse néérlandaise Iris Goessens (à la place de Niek Tournois) en 2015, et la sortie du EP Stormsleeper (de manière indépendante), changent la donne. Le combo se fait remarquer par Nuclear Blast, et finit par signer avec Arising Empire, une de ses divisions. Le label allemand souhaite sortir un album complet et non un simple EP. 4 nouveaux titres sont donc écrits pour proposer une sorte d'"extended version" du EP initial, ce qui pourra frustrer un peu les fans de la première heure, il faut bien l'admettre, mais permettra aussi de donner une exposition plus grande à des compositions de qualité.

Par rapport à ces premiers efforts, SPOIL ENGINE a considérablement musclé son jeu. Le son est beaucoup plus agressif, les vocaux également. La nouvelle venue Iris Goessens déboîte sérieusement et son arrivée a donné un bon coup de fouet au groupe. Celui-ci a élargi son champ d'influences et ne va plus seulement chercher son inspiration du côté de MACHINE HEAD ou PANTERA, mais se tournent vers des sonorités plus modernes qui évoquent, au gré des morceaux, des combos comme ARCH ENEMY, ARCHITECTS, STRAIGHT LINE STITCH. Soit un mix entre death metal mélodique et metalcore. Le groupe semble ainsi s'être forgé une nouvelle identité musicale et sonore.

La superbe pochette réalisée par l'artiste allemand Heilemania (KREATOR, NIGHTWISH) nous montre un monde post-apocalyptique digne de Mad Max ou de Terminator. SPOIL ENGINE entend coller au près à cette vision et ne semble vouloir laisser aucun répit à l'auditeur. L'album démarre ainsi sur les chapeaux de roues avec le furieux "Disconnect", un des titres phares du EP qui sert de base à cet album. Guitares vrombissantes, basse et batterie martiales, chant écorché rageur…Ça dépote…Le groupe n'hésite pas à utiliser des samples pour renforcer les ambiances. Cela ajoute à sa partition un aspect électro / industriel plutôt sombre et le rapproche, sur ce point, d'un groupe comme STABBING WESTWARD.



"Silence will fail", premier titre inédit, enchaîne sur le même mode rouleau compresseur. Mais il joue une carte plus mélodique dans sa deuxième moitié, avec des breaks aériens particulièrement bien amenés. Les trois autres titres inédits sont disséminés tout au long de l'album. "Doomed to die" et son refrain carnassier, se montre très efficace et fait un single tout à fait honorable. Mais on pourra largement lui préférer les excellents "Black sails" et "Wastelands", à l'impact moins immédiat, mais nettement plus durable.

Ces nouveaux titres confirment le bien fondé de la nouvelle orientation choisie par le groupe et tout le potentiel entrevu avec le précédent EP. Ils traduisent également une écriture plus aboutie et plus mature. Si bien que certains titres comme "The verdict" ou "Singing sirens" apparaissent du coup un ton en dessous. Mais la production de Fredrik Nordstrom au Studio Fredman de Goteborg, mecque du death metal mélodique, donne l' homogénéité nécessaire à l'ensemble.

SPOIL ENGINE redéfinit son style avec Stormsleeper et franchit un tournant de sa carrière… sans déraper. Le groupe a pris des risques en changeant sa signature vocale mais il s'avère payant puisque la demoiselle qui mène désormais la danse, affiche de fort belles possibilités. Tout comme le groupe d'ailleurs, qui s'ouvre de belles perspectives en signant ici son meilleur album !




Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :  
 8 
10
Gandalflegris
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Stormsleeper - Infos

Voir la discographie de Spoil Engine
Infos de Stormsleeper

Sortie : 5 mai 2017
Genre : Metalcore
Label : Arising Empire Records
Playlist :
1. Disconnect (03:50)à écouter en premier
2. Silence will fall (04:42)à écouter en premier
3. Doomed to die (03:48)
4. Weightless (03:50)
5. Stormsleeper (04:00)à écouter en premier
6. Hollow crown (04:46)
7. Black sails (04:21)à écouter en premier
8. The Verdict (03:44)
9. Singing sirens (04:44)
10. Wastelands (04:33)à écouter en premier
écouter : Ecouter l'album

Spoil Engine

Albums chroniqués :
Chronique de Stormsleeper
Stormsleeper
2017

Spoil Engine
Spoil Engine
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Metalcore
Origine : Belgique




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Planetary Confinement
Planetary Confinement
2005

Antimatter
Antimatter
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Ambiant/Atmo
Origine : Royaume-Uni


Machine Head
Machine Head
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:


Albums chroniqués :
Chronique de Doomsday Machine
Doomsday Machine
2005

Chronique de Black Earth
Black Earth
1996

Arch Enemy
Arch Enemy
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Architects
Architects
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Metalcore
Origine : Royaume-Uni

Concerts:
Rapports de concerts:

Straight Line Stitch
Straight Line Stitch
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Metalcore
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Imaginaerum
Imaginaerum
2011

Chronique de Dark Passion Play
Dark Passion Play
2007

Chronique de Dark Passion Play
Dark Passion Play
2007

Chronique de Once
Once
2004

Nightwish
Nightwish
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Metal symphonique
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Mad Max
Mad Max
Voir la page du groupe
Création : 1982
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne


Terminator
Terminator
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Thrash Metal
Origine : Tchèque (République)