Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Revelation

Chronique de Revelation

Oceano  - Revelation (Album)

Revelation, Croissant lunaire et l'opérationOceano



La haine du genre humain en thématique, une réputation incontestable dans leur genre et surement le frontman au scream le plus violent et, le plus respecté depuis la procréation endémique dans tous les coins du monde du Deathcore... OCEANO est un monstre effrayant parmi les prédateurs légèrement plus dociles. En tant qu'auditeurs, on a quasiment tous basculé dans le monde fermé, controversé et virulent du Deathcore, notamment grâce au plus célèbre des morceaux d'OCEANO, "District Of Misery", sorti en 2009 avec leur premier album Depths.

Alors quoi dire... Si ce n'est le plus gros problème du groupe, les changements de line-up incessants ! Pour rappel, Adam Warren, leader et chanteur du groupe, est à ce jour le seul membre originel restant dans le groupe. C'est sa toile, il est le pinceau du groupe et ses couleurs agressives peintes sur celle-ci représenteront toujours le fruit de son imagination au fur et à mesure que les albums se succéderont... Soyez en sûrs !

Avant d'être signé chez Sumerian Records, les Américains d'OCEANO étaient membres de longue date chez la famille Earache Records... quatre albums parus avec leur précédent label, c'est pas rien. Un premier album pour la révélation des ténèbres sur terre, Depths en 2009. Un deuxième pour la pandémie nucléaire, Contagion en 2010. Un troisième pour la période post-apocalyptique sur terre, Incisions en 2013. Un avant-dernier pour la fin de l'humanité sur terre, Ascendants en 2015... Et bien oui, le groupe bosse et ça se remarque de par les dates de sorties entre chaque albums. Mais c'est pas fini, oh que non ! Le groupe remet la fourchette à gauche, le couteau à droite et les coudes sur la table avec l'annonce suprise de la sortie de l'album Revelation le 19 mai 2017... Ainsi que la signature chez les renommés de Sumerian Records sous le nom de code #OperationOCEANO.

On va parler rapidement de l'artwork qui est une véritable pépite. On remarque cette fois que le groupe s'est radicalement penché à moitié sur une couleur violacée et à moitié sur un ton rouge-sang... Des squelettes ? Des âmes humaines en haut représentant surement des divinités ? Mouais, difficile à dire... Mais si OCEANO reste toujours sur la tangente misanthropique on est fixé dans ce cas. On va pas détailler l'artwork en question non plus hein mais, c'est clairement le plus beau de toute la discographie du groupe avec celui de l'avant dernier album Ascendants.



Bon alors, dans quel monde on est là ? L'introduction "Dark Prophecy" commence sur fond d'ambiance très Space/Alien/Core et, c'est après ce court moment, que la guerre commence ! Et comme tout premier morceau d'introduction chez OCEANO, on a le droit à notre première séance de claques dans la tronche avec la lourdeur et le ton très gras de notre cher Adam Warren... Bon malheureusement c'est pas non plus l'introduction "Nephilim" d'Ascendants qui était vocalement incroyable sur la violence et la durée du scream, mais là on part vraiment dans une belle démonstration du taux de cholestérol élevé lâché par le monstre au coupe-vent noir.

En reparlant de l'ambiance très... Spatiale ! C'est assez étonnant, tout l'album est basé sur ce fond sonore... Est-ce que le groupe a vraiment voulu que la thématique soit respectée du début à la fin ? C'est bien, mais assez gênant à la fois... Du coup on sait pas trop dans quel morceau on est actuellement. C'est stimulant cet univers, on a l'impression de jamais changé de morceau. Bon allez, c'est un chouia compliqué cette histoire faut l'avouer ! Le gros problème d'OCEANO et de beaucoup de groupes dans le Deathcore, c'est qu'on ne peut reconnaître un morceau que par certaines parties vocales et instrumentales spécifiques, sinon impossible de déterminer sur quel arbre on grimpe... Et pour continuer, ce qui a fait la gloire du groupe c'est ses breakdowns réputés pour être les plus violents au monde.

Et bien on change pas une équipe qui gagne, "Human Harvest" régale les oreilles des amateurs de Brutal/Breakdowns... C'est sale, violent et puissant sur tous les fronts. On peut en dire autant pour les "presque" finals des morceaux "The Event" et "Path To Exctinction" qui castagnent ta famille sur trois générations comme il le faut. Mais oui "Human Harvest" risque réellement d'être le coup de cœur des fans du genre... Scream dingue, grosse ambiance générale, changement de rythme très fréquent et instrumentale lourde aussi agressive que ta femme pendant sa période ( Pardon d'avance. ) !

Bon et bien il y'a un autre point important qui fait qu'un album de Deathcore sera respecté à 100%... Les moments blastbeats et la grosse bagarre en live ! Le morceau qui alimentera votre soif de réelle cacophonie auditive pleine d'adrénaline sera surement "Lucid Reality", avec un rythme majoritairement rapide très Djent et une bonne crise de colère finale... Mais le top du top, la crème de la crème sur son assiette en or c'est le très violent " The Great Tribulation " ! Oh oui, tu peux hurler et on comprendra... Le morceau démarre sans prévenir comme avec le rythme cassé de "Transient Gateways", toujours issu d'Ascendants et part en réel Deathcore bien barbare, ça blast partout et le breakdown arrive en un fragment de secondes ! Surement le meilleur morceau de l'album sans aucun doute. On remarquera néanmoins une baisse de qualité au niveau du scream aiguë du vocaliste,mais bon à sa place on serait déjà à l’hôpital section morgue donc... Ne jugeons pas l'évolution d'une voix du genre, son scream reste encore un des plus monstrueux au monde. Par contre très cher Adam tu t'es régalé sur le Lowscream, rien à dire tu épates toujours.

Et autre détail important, l'album Revelation a droit à son instrumentale, "Final Form" ( Et non, ça parle pas de Dragon Ball Z, accro ) ! Le retour du style depuis celle de Contagion, "Exist in Confinement" sorti en 2010, ainsi que le titre éponyme de l'album Depths sorti en 2009. Ah que oui monsieur, on y retourne et ça fait plaisir cet instant très mélodique sans scream !

Bon et bien, encore une fois c'est un bon gros tas de violences dans une belle pochette... Mais encore une fois, c'est un album court. Trente minutes ? On sait pertinemment dans le Deathcore, à quelques exceptions près, que c'est la durée moyenne approximative pour un album du style mais tout de même, on parle d'un groupe qui a signé chez un des plus gros labels Metal au monde ! Faut faire un effort sur la durée pour éviter d'avoir le ressenti "Merde, déjà fini ? Sérieusement ? ", et malheureusement c'est le cas. A part ce très gros défaut, Revelation,le dernier album en date, on écoute encore une fois du vrai OCEANO avec une première dans le groupe avec le batteur Andrew Holzbaur qui a parfaitement bien géré et succédé au style des anciens membres derrières les fûts de la haine. On va pas dire non plus que c'est un album incroyable tout de même, malgré cette ambiance pesante Alien qui mérite son point tout de même... Le style ne change pas et l'originalité est rare mais, ça ne veut pas dire pour autant que c'est pas bien.... Au contraire ! Pendant qu'un groupe ( On va arrêter de le citer à force hein...) très populaire de Deathcore s'est violemment pété la cheville avec leur dernier album, en tentant de changer de styles et en criant haut et fort que le genre Deathcore était en train de mourir... Les misanthropes d'OCEANO broient littéralement les couilles de ces blasphémateurs en imposant un Deathcore bien humide, bien gras et fondamental qui continuera à faire vivre la scène mondiale du genre pendant longtemps.




Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :  
ExtraShuggah  



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Revelation - Infos

Voir la discographie de Oceano
Infos de Revelation

Sortie : 19 mai 2017
Genre : Deathcore
Label : Sumerian Records
Playlist :
1. Dark Prophecy (02:30)culte !culte !
2. Lucid Reality (02:56)
3. Path To Extinction (02:59)
4. The Great Tribulation (03:48)culte !culte !
5. Illusions Unravel (03:02)
6. Majestic 12 (02:59)
7. Final Form (02:21)à écouter en premier
8. The Event (02:46)
9. Human Harvest (02:52)culte !culte !
10. Revelation (04:12)
écouter : Ecouter l'album

Oceano

Albums chroniqués :
Chronique de Revelation
Revelation
2017

Chronique de Contagion
Contagion
2010

Oceano
Oceano
Voir la page du groupe
Création : 2006
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Concerts:
Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Suicide Silence
Suicide Silence
2017

Chronique de You Can't Stop Me
You Can't Stop Me
2014

Suicide Silence
Suicide Silence
Voir la page du groupe
Création : 2002
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Mark of the Blade
Mark of the Blade
2016

Whitechapel
Whitechapel
Voir la page du groupe
Création : 2006
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Slow death
Slow death
2016

Carnifex
Carnifex
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Thy Art Is Murder
Thy Art Is Murder
Voir la page du groupe
Création : 2006
Genre : Death Metal
Origine : Australie

Concerts:

All Shall Perish
All Shall Perish
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Chelsea grin
Chelsea grin
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Grindcore
Origine : États-Unis

Concerts:
Rapports de concerts: