Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Strychnine.213

Chronique de Strychnine.213

Aborted  - Strychnine.213 (Album)

 5 
10

La lapidation ? Bon, d'accord !



« Vous aviez rendez vous ? Veuillez passer en salle d’attente s’il vous plait. ». Seulement un an après la sortie de « Slaughter And Apparatus », Aborted revient en 2008 avec « Strychnine.213 ». Après un énième changement de line-up nous faisant perdre le fil et une tournée gigantesque en compagnie de d‘Heaven Shall Burn, Naera et Misery Speak, les Belges ont décidé d’opérer un changement musicale dans la lignée du précédent opus, « Slaughter And Apparatus» .



L’Artwork est plutôt réussi : une femme mutilée entourée de fil de fer barbelé, vêtue d’une simple chemise ouverte, la tête reposant tendrement contre un hachoir. Aborted fait dans la suggestivité en nous présentant un artwork digne des précédents, aussi original et personnel, nous livrant presque une performance graphique, on s‘y croirait presque.

Il est indéniable qu’Aborted nous revient beaucoup plus mélodique que sur les albums précédents. Aucune comparaison n’est possible entre un « Engineering The Dead », par exemple, et « Strychnine.213 ». Pourtant, "seulement" 7 ans séparent les deux albums. Durant ces années, le groupe a pris le temps d’évoluer et d’explorer de nombreux horizons musicaux, attention toutefois à ne pas s’égarer à force d’innovations et perdre une bonne partie de ses fans en passant...


Aborted rate son coup, ça, c’est clair, net et précis.


L’album ouvre avec « Carrion », sampler d’une voix masculine surmontant un instrumental crescendo. On s’étonne dès les premières notes de l’aspect mélodique de celle-ci. Cependant, le morceau suivant,« Ophiolatry on a Hemocite Platter », censé donner le ton de l’album, fait lourdement retomber nos ardeurs de brutal death furibonds et indomptables. Le groupe pensait nous en envoyer plein la tronche mais ce n’est pas le cas, on reste stoïque à cette explosion. Aborted est seul à décoller, nous, pauvres oreilles abandonnées, restons sur la touche. Mais où sont donc passés les Belges foux furieux que nous connaissions ?


Cependant, l’album possède quand même quelques bons côtés : certains morceaux comme par exemple « A Murmur In Decrepits Wits », « Avarice Of Vilification » et « I35 », forts de ces quelques structures très intéressantes misant sur le changement de tempo et les variations de la voix de Sven, l’album reste plat et sans grand intérêt. Les sonorités groovy apportées à cet album sont très appréciables, renforçant ainsi la dimension pesante des morceaux, comme par exemple avec « Enterement of An Idol », très lourd et morceau sortant du lot. Oui, il y en a tout de même quelques uns !

Dans la version limité de « Strychnine.213 » un cover est présent : celui de « Slaughtered » de Pantera ! NON, ne hurlez pas ! Rassurez vous, la reprise est réussie, Sven se donnant du mal afin de fournir un chant à la hauteur de celui de Phil Anselmo, mission réussie, le bonhomme nous faisant ainsi explorer une dimension de sa voix que l'on ne connait que trop peu. Dommage.


Toutefois, Aborted a décidé, dans son virage musicale, de parsemer chacun des morceaux de touches « mélodiques » visant à donner une nouvelle direction au groupe. En tout cas là, ils y ont mis tout le bocal de poudre… Quelques touches par ci par là, ça le fait, mais en badigeonner à outrance…. Beaucoup moins. Or, l’impression d’être face à un son bon marché et abordable par n’importe qui se fait grandement ressentir. En effet, le groupe a voulu conquérir un nouveau public grâce à « Strychnine.213 ». Cependant, pourquoi tant changer de registre pour finir dans un death mélodique sans intérêt aucun ? Bien qu’on n’en soit pas là et qu’on ne l’espère pas ! Toutefois, le manque de profondeur dont fait preuve l’album nous fait douter… « Ils déconnent là non ? »


Les riffs se veulent accrocheurs et puissants mais il n’en est rien, la drôle de conversation qu’entame les guitares s’accorde en un amas de notes incompréhensibles et confuses, mais où veut ils donc en venir ? Bien que tous les riffs ne soit pas à jeter, les accords nous sortent de notre immense ennuie mais ne décollent pas.
La basse passerait presque inaperçue, mais la lourdeur  de certains morceaux lui permettent de sortir de l’ombre et de décupler la puissance endormie de « Strychnine.213 » en apportant profondeur et relief aux morceaux manquant cruellement de saveur.
Quant à la batterie, toujours égale à elle-même, celle-ci envoie des blasts beat sauvages et destructeurs, de la double pédale à foison, palliant au manque flagrant d’originalité de l’album.



Vous l’avez donc compris, l’album reste plat et prévisible. On sait exactement ce qu’il va se passer, où, quand, comment… Et ça, c’est terrible. En effet, Aborted savait nous surprendre avec un Brutal Death Metal original et collant parfaitement l’image du groupe, gore et amateurs de films d'horreur, alors que sur « Strychnine.213 », on a juste l’impression d’écouter un de ces vulgaires albums sans personnalité, plat et ennuyeux.
Même si certains morceaux sortent du lot, c’est bien trop peu comparé à l’amas d’ennui qui nous fait face et dont on ne sait palier. L’album dure une quarantaine de minutes, et heureusement, la mort était proche. Bien que dans la lignée de « Slaughter And Apparatus » qui se voulait original et émanant d'une ère nouvelle, « Strychnine.213 » déçoit et nous remet brutalement les pieds sur terre. Heureusement que « Coronary Reconstruction » a fait son arrivée il y a peu, ouf, la fin était proche… !



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Strychnine.213 - Infos

Voir la discographie de Aborted
Infos de Strychnine.213
acheter sur Amazon
Sortie : 19 juin 2008
Genre : Death Metal
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Carrionparoles de Carrion
2. Ophiolatry On A Hemocite Platterparoles de Ophiolatry On A Hemocite Platter
3. I35écouterparoles de I35
4. Pestiferous Subterfugeparoles de Pestiferous Subterfuge
5. The Chyme Congeriesparoles de The Chyme Congeries
6. A Murmur In Decrepit Witsparoles de A Murmur In Decrepit Wits
7. Enterrement Of An Idolparoles de Enterrement Of An Idol
8. Hereditary Baneparoles de Hereditary Bane
9. Avarice Of Vilificationparoles de Avarice Of Vilification
10. The Obfuscateparoles de The Obfuscate
écouter : Ecouter l'album

Aborted

Aborted
Aborted
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Death Metal
Origine : Belgique

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Necrobreed
Necrobreed
2017

Chronique de Carnivore Sublime
Carnivore Sublime
2014

Chronique de Asylum Cave
Asylum Cave
2011

Chronique de Icon
Icon
2007

Benighted
Benighted
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Dying Fetus
Dying Fetus
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Surgical Steel (Complete Edition)
Surgical Steel (Complete Edition)
2015

Chronique de Heartwork
Heartwork
1993

Carcass
Carcass
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Death Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Gore Metal
Gore Metal
1998

Exhumed
Exhumed
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Grindcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Skinless
Skinless
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Slaughter
Slaughter
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Death Metal
Origine : Canada