Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Wherever They May Rot

Chronique de Wherever They May Rot

Cut Up  - Wherever They May Rot (Album)

 8 
10

Viol auditif



Quand VOMITORY annonça sa dissolution en 2013, on a tous eu un petit, voire un gros pincement au cœur. En effet, cette formation menée par les deux Gustafsson était l’une des icônes du Death Metal suédois. Mais après huit albums produits et vingt-quatre années de musique intense, les musiciens avaient décidé de mettre fin au groupe. Toutes les bonnes choses ont une fin, comme dirait l’ancien. Mais la fin peut aussi marquer le début d’une nouvelle aventure …

Tobias Gustafsson (batterie) et Erik Rundqvist (basse/chant), qui étaient tous les deux des rescapés de VOMITORY, se lièrent à Anders Bertilsson (guitare) et Andreas Bjornson (guitare/chant). Et en 2014, le quatuor créa CUT UP. Ils signèrent presque immédiatement chez le label Metal Blade Records. L’année suivante le groupe sortit son tout premier album intitulé : Forensic Nightmares. Une œuvre qui fut bien cotée par les critiques. Quant aux fans, ils purent sécher leurs larmes et sourire de nouveau car la scène Death de Suède venait de retrouver un pilier.

Et voilà qu’en cette année 2017, le 24 mars dernier, les Suédois de CUT UP choisissent de nous offrir leur second album. Le nouveau venu se nomme Wherever They May Rot. Encore un viol auditif ? Hé bien tendons l’oreille !


Mais avant de tendre notre petite oreille, ouvrons d’abord les yeux sur l’illustration de la pochette. On se souvient de l’artwork que nous avait proposé le précédent opus. Un amoncellement de morceaux de corps humains qui offrait un spectacle assez gore. Ici, on a plus droit à quelque chose de macabre. Un marais qui semble avoir piégé de pauvres inconscients qui se sont aventurés là où ils n’auraient jamais dû. Et en se penchant encore plus près, on peut presque sentir la puanteur des cadavres en décomposition. Tout cela ouvre notre appétit … musical, évidemment !

Au début d’un album, les uns aiment proposer une intro qui plante le décor et qui installe confortablement l’auditeur dans une certaine ambiance afin de le préparer aux morceaux qui vont suivre. Tandis que les autres préfèrent ne pas faire attendre l’auditeur, qui peut être impatient d’en découdre, et aiment créer un choc auditif dès les premières secondes d’écoute. CUT UP est à ranger dans la deuxième catégorie. En effet, comme sur Forensic Nightmares, le premier titre « From Ear To Ear » démarre en trombe. On n’a pas le temps de se poser des questions, on rentre directement dans le vif du sujet. Des notes de guitares bien appuyées par la batterie commencent le morceau. Et quand Andreas Bjornson et Erik Rundqvist se mettent à chanter, on a l’impression que tous les musiciens entrent dans une rage folle. Tobias Gustafsson se lance dans un blast d’une rare violence tandis que les deux guitaristes jouent des riffs rapides et qui se combinent bien aux battements de Tobias. C’est aussi une bonne chose qu’il y ait deux chanteurs. Car même s’ils sont tous les deux dans le même registre, cela donne un certain relief à la musique. Il est parfois difficile de les distinguer mais Erik possède une voix un peu plus gutturale qu’Andreas. Certains diront aussi qu’il est plus facile de comprendre les paroles quand c’est Andreas qui chante. Au bout de deux minutes et trente-huit secondes, on se rend compte que le premier morceau est déjà fini. Un titre court, efficace, violent, c’est du CUT UP comme on l’aime !

« Necrophagic Madness » commence fort lui aussi. On a droit à un petit solo complètement fou et puis c’est l’explosion de nos tympans. Ce deuxième titre est encore plus violent. Pour celui-ci, la rythmique du batteur est assez Punk et ça donne une pêche d’enfer. Les deux chanteurs se passent le relais et dégagent une grande puissance. Les riffs bougent beaucoup et cela déchirera certainement en live. Il est encore plus court que « From Ear To Ear » donc savourez-le sans modération !

« Wherever They May Rot » est plus lent. Il est composé de riffs lourds et d’une rythmique de batterie qui est moins brutale dans son ensemble que sur les précédents morceaux. En effet, le batteur table plus sur la puissance des doubles pédales mais offre quand même l’une ou l’autre séquence Punk qui en fera s’éclater plus d’un.


On aurait pu craindre que CUT UP ne soit qu’une copie de VOMITORY. Leur premier album nous avait déjà prouvé le contraire et Wherever They May Rot appuie encore plus cet avis. Évidemment certaines rythmiques rappelleront toujours l’ancien groupe suédois mais CUT UP est bel et bien un groupe à part entière. Ce second opus propose des morceaux extrêmement violents qui ne laissent aucune pitié à nos oreilles. Peut-être que certains titres sont moins compliqués dans leur conception mais cela n’enlève rien à leur efficacité et leur brutalité. Wherever They May Rot promet d’être l’un des albums phares de cette première partie de 2017 !




Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Wherever They May Rot - Infos

Voir la discographie de Cut Up
Infos de Wherever They May Rot

Sortie : 24 mars 2017
Genre : Death Metal
Label : Metal Blade Records
Playlist :
1. From Ear to Ear (02:38)culte !culte !
2. Necrophagic Madness (02:17)
3. Behead the Dead (03:25)
4. Wherever They May Rot (03:49)culte !culte !
5. Vermin Funeral (03:48)culte !culte !
6. By Hatred Bound (02:43)
7. Psychosurgery (03:21)
8. In the Aftermath (04:26)
9. Master Dissector (03:42)
10. Cranium Crusher (03:14)
11. Raped by the Blade (04:53)
écouter : Ecouter l'album

Cut Up

Albums chroniqués :
Chronique de Wherever They May Rot
Wherever They May Rot
2017

Cut Up
Cut Up
Voir la page du groupe
Création : 2014
Genre : Death Metal
Origine : Suède




Groupes en rapport


Vomitory
Vomitory
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Conception
Conception
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Metal Progressif
Origine : Norvège


Gojira
Gojira
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Heritage
Heritage
2011

Chronique de Watershed
Watershed
2008

Chronique de The Roundhouse Tapes
The Roundhouse Tapes
2007

Chronique de Ghost Reveries
Ghost Reveries
2005

Opeth
Opeth
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Evangelion
Evangelion
2009

Chronique de Demigod
Demigod
2004

Behemoth
Behemoth
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Death Metal
Origine : Pologne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Titan
Titan
2014

Chronique de The Great Mass
The Great Mass
2011

Chronique de Communion
Communion
2008

Chronique de Mystic Places of Dawn
Mystic Places of Dawn
1994

Septicflesh
Septicflesh
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : Grèce

Rapports de concerts:

Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: