Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Demonization

Chronique de Demonization

Lock Up  - Demonization (Album)

 9 
10

Une claque violente



Il y a six ans, LOCK UP nous avait offert le très violent Necropolis Transparent. Une œuvre qui n’avait laissé personne indifférent. Le 10 mars dernier, l’un des groupes phares du Grindcore faisait son grand retour avec la sortie de son quatrième album Demonization sous leur nouveau label Listenable Records.


LOCK UP a vu le jour en l’an de grâce 1998 au Royaume-Uni. La formation actuelle est composée de Shane Embury (également membre de NAPALM DEATH), Nicholas Barker (ex- CRADLE OF FILTH et ex- DIMMU BORGIR), Anton Reisenegger (aussi membre de PENTAGRAM CHILE et CRIMINAL) et Kevin Sharp (membre de PRIMATE et de VENOMOUS CONCEPT et ex- BRUTAL TRUTH).

Rien qu’en voyant ce beau monde, on en bave déjà pas vrai ? Mais enfin gardez votre bave car on n’a même pas encore parlé de l’album ! Alors, Demonization est-il aussi bavant que son line-up ?


Intéressons-nous d’abord à ce magnifique artwork que nous propose cet opus. On peut y observer le démon qui plane au-dessus de l’armée, de la police, de l’argent et de la religion. Et en-dessous de tout ça, on a l’humain qui a plutôt l’air tourmenté dans toute cette pagaille et qui semble être l’esclave de la société qui est elle-même esclave du démon. En admirant cette pochette, on peut vraiment ressentir le malaise de l’humanité qui paraît perdue et écrasée par différents pouvoirs tous dominés par le démon. On comprend mieux le titre de l’album qui évoque donc la « démonization » de l’humanité. Cela donne au final une pochette sur laquelle chaque détail représente quelque chose de spécifique. Il y a un vrai concept derrière cet artwork et il plait aux yeux.


Le décor est planté et la « démonization » peut commencer !

« Blood And Emptiness » est la première étape du processus. Une intro qui dure à peine une poignée de secondes et hop la machine est lancée. Un jeu de batterie des plus violents, un riff dynamique, une voix puissante et autoritaire, tous les ingrédients sont réunis pour une belle entrée en matière. Nich Barker nous chatouille les oreilles avec des roulements d’enfer et des blasts mortels. Le chant de Kevin Sharp insuffle une énergie folle à ce premier titre. Au milieu du morceau, on a droit à une séquence plus lente avec des riffs assez lourds qui rappellent NAPALM DEATH. Et alors qu’on se remet doucement de la première minute de musique, Shane Embury fait trembler la terre avec sa basse et le carnage recommence. Et « Blood And Emptiness » se termine de façon aussi violente qu’à son début. On est à peine à trois minutes et sept secondes de l’album qu’on a déjà du mal à tenir debout après cette claque reçue en plein visage. Et la suite ne va pas calmer la douleur de nos petites joues.

On enchaine avec « The Decay Within The Abyss ». Le morceau débute avec un riff puissant qui est rapidement rejoint par les battements violents et précis de Barker, tout cela agrémenté par les vocaux de Sharp. On tombe ensuite sur une séquence purement Thrash qui mettra certainement une sale ambiance en concert. Et ce qui est vraiment bien c’est que les musiciens passent d’un style à un autre sur le même morceau sans aucun problème et que la transition est bien négociée.

« Demonization » est sans aucun doute le morceau emblématique de ce nouvel album. Avec un rythme lent du début à la fin, des notes appuyées et un battement martial, il sonne comme l’hymne de la chute de l’humanité et de l’avènement du démon. Un titre ambiant, plus long que les autres et qui fait aussi penser à NAPALM DEATH de par sa sonorité industrielle.


Les uns après les autres, les titres se succèdent et chacun d’entre eux renforce l’idée que cet album est une pure merveille de brutalité. Les musiciens ont su prouver qu’ils n’étaient pas n’importe qui. Un jeu de batterie de tous les diables, une basse omniprésente, des riffs violents et des mélodies de folie et un Kevin Sharp qui a su prendre le relai de Tomas Lindberg en insufflant une nouvelle énergie sans changer LOCK UP. On espère juste qu'ils n'attendront pas encore six ans avant de nous refoutre une claque pareille !

Si vous êtes fan de brutalité et de Grindcore, Demonization se doit d’être dans votre collection !





Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Demonization - Infos

Voir la discographie de Lock Up
Infos de Demonization

Sortie : 10 mars 2017
Genre : Grindcore
Label : Listenable Records
Playlist :
1. Blood and Emptiness (3:10)culte !culte !
2. The Decay Within The Abyss (3:00)
3. Locust (2:16)
4. Demonization (5:22)culte !culte !
5. Demons Raging (2:48)
6. Desolation Architect (3:18)
7. Instruments of Armageddon (2:26)
8. Sunk (2:34)
9. The Plague That Stalks The Darkness (3:01)
10. Foul From The Pure (3:18)
11. Mind Fight (1:59)
12. Void (2:40)
13. Secret Parallel World (2:01)
14. We Challenge Death (4:01)
15. Life To Grave (1:53)
16. Shut The Light (3:12)culte !culte !
écouter : Ecouter l'album



Lock Up

Albums chroniqués :
Chronique de Demonization
Demonization
2017

Lock Up
Lock Up
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Grindcore
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Napalm Death
Napalm Death
Voir la page du groupe
Création : 1982
Genre : Grindcore
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Hordes of Zombies
Hordes of Zombies
2012

Terrorizer
Terrorizer
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Grindcore
Origine : États-Unis


Brutal Truth
Brutal Truth
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Cradle of Filth
Cradle of Filth
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Black Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Dimmu Borgir
Dimmu Borgir
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Criminal
Criminal
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Death Metal
Origine : Chili


Venomous Concept
Venomous Concept
Voir la page du groupe
Création : 2003
Genre : Grindcore
Origine : États-Unis


Carnage
Carnage
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Death Metal
Origine : Suède