Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Necrobreed

Chronique de Necrobreed

Benighted  - Necrobreed (Album)

Chirac, NecroBREEEEEEEEd et éviscération.



"J'apprécie plus le pain, le pâté et le saucisson que les limitations de vitesse"
Chirac a toujours raison et voyait déjà la terreur montante BENIGHTED bien avant qu'ils ne cassent le plancher dès 1998... En passant par Icon en 2007, Insane Cephalic Production en 2004 et l'haleine de mort Carnivore Sublime en 2014, les vélocipèdes du made in France de la meute à Julien Truchan est sous-contrôle scientifique et représente notre hexagone romantique... Avec un Brutal/Death/Metal légendaire et indétrônable depuis presque vingt ans.

2017 sonne le glas pour la douceur, le printemps et les paillettes... L'alliance BENIGHTED et Season Of Mist a un besoin évident, une fois encore, d'un échantillon de peau et de globes oculaires pour une décoration remise au goût du jour. La dernière lullaby arrive le 17 février chez nous et risque de faire trembler, une fois n'est pas coutume, Renaud et le groupe PSA. Des lésions purulentes et des nécroses apparaissent sur votre corps? Necrobreed n'est pas encore sorti qu'il est déjà en vous apparemment...

Laissez le sublissime artwork schizophrénique sur fond des 12 signes du zodiaque faire le travail en premier lieu avant de vous immerger dans le bain de sang... Plus de risque d'hydrocution maintenant ! Quoi que, vous étiez déjà à jeun apparemment.

Pas d'inquiétudes, maman vient nous chercher et met les couverts en place. C'est l'heure du dîner pour "Hush Little Baby". Elle est folle et vient nous chanter une berceuse une fois encore jusqu'à...

L'entrée en matière, le commencement, le joug de la terreur, la semence de Necrobreed. "Reptilian", de son habit de velours rêche et ensanglanté offre les premières notes de brutalité et premiers "Breeeeee" d'ouvertures de Julien attendues depuis 2014 avec Carnivore Sublime. Dépucelage auditif et retour aux sources frappadingue, on découvre les premiers moments du légendaire NECROPHAGIST Romain Goulon derrière les fûts. Il a bien gardé le style de son nouveau groupe et suit le chemin de Kevin Foley tout en y ajoutant son piment de nervosité... un des plus fort au monde en fait.
ARIES



"Psychosilencer" enchaîne les riffs rapides, un scream basé sur l'intonation rapide et des excitations décaféinées puis recaféinées façon "Collapse" issu de leur album Identisick ! Le jeu de batterie se cymbalise par... (Ouais, il était prévisible celui-là) des breaks ultra-vifs et des jeux de rides à faire dresser vos poils de Cou°lles, c'est un cas.
TAVR

Trevor Strnad en feat tu la sens la douloureuse rectale venir ?! En plus d'être le morceau le plus malsain par ses cris agonisants de chiens torturés et le plus brutal par sa composition très atmosphérique avec des guitares aiguës et un blast plus discret dans la production par rapport aux anciens albums... Le screamer de THE BLACK DAHLIA MURDER se permet de faire copain-copain avec Julien pour un moment d'anthologie. Doit-on réellement en dire plus sur la bestialité et le fleuve de sueur infligé par "Forgive Me Father"?
GEMINI

C'est pas beau de mentir hein?... Le fiston prend sévère dans "Leatherface". Instrumentistes libérés de leurs cages initiales une fois encore, la gratte du nouveau de la meute, Emmanuel Dalle, qui, comme tous les anciens et nouveaux membres, se permet d'ajouter sa touche de peinture euthanasique au grand tableau BENIGHTED, un peu comme HOUR OF PENANCE. Rappelons-le, Oliver Gabriel, le second membre originel du groupe est parti récemment, laissant Julien comme seul démon fondateur restant.
CANCER

C'est pas le moment de se relâcher, on commence seulement à se faire arracher les ongles un par un en ce moment! "Der Doppelgaenger" suit parfaitement l'ambiance principale de Necrobreed, la bonne grosse pince rouillée de ton arrière grand-père dans les yeux et te voir rouler par terre à l'agonie à cause de ta folie intérieure °Ahahahahaha° pardon... La production et le jeu des instruments se rapprochent beaucoup d'Asylum Cave sorti en 2011.
LEO

Si la durée du morceau éponyme de l'album "Necrobreed" est aussi longue qu'un hit de NAPALM DEATH, son pig squeal, son caractère trempé et son Grind abyssal penche la justice du bon côté. Mais fichtre, bougre d'enclume que c'est rapide...
VIRGO

Les chiens font pas des chats... Mais est-ce que les monstres font des monstres? B°rdel que oui, enfin du piano et une respiration silencieuse pour dilater les pupilles avec "Monsters Make Monsters" avant de se servir en breakdowns avec autant d'urine que vous voudrez en assaisonnement façon CATTLE DECAPITATION et son fameux "Dead Set On Suicide" !
LIBRA

Ah les souvenirs! Vous vous souvenez du début de "Slaughter/Suicide" de l'album Carnivore Sublime? Ajoutez-y Arno de BLACK BOMB A et vous avez "Cum With Disgust", la poésie on adore ça et c'est pas les passages en scream Gore/Porn/Grind de Julien qui vous feront dire le contraire. Réentendre Arno c'est aussi l'occasion de se dire qu'on a une voix de fillette... C'est triste pour nous quand même.
SCORPIVS

"Versipillis" dans vos g°eules, être grossier c'est un devoir sur ce morceau. Break drumtastique pour commencer en souplesse et hallucination auditive "Syphilis" au rendez-vous. Beaucoup de rides pointilleuses, Breeeee Breeee et une double pédale outrageuse à la plus-value incontrôlable, arrêtez-les ! On s'envole sur un Blackened/Brutal/Death en finish, anthologique et paralysant.
SAGITT



jazzy style "Dellamorte Dellamore" d'ABORTED et Hardcore begins pour suivre avec "Reeks Of Darkened Zoospia", le pied de porc pané a son taux de cholestérol que le morceau décuple en quelques instants... Autant que ses prédécesseurs. On marche sur des rythmiques plus lentes et grossières qui jouiront d'une forte présence scénique c'est certain !
CAPRIC

1.2.3 et 4 coups de caisse claire pour finir le repas, "Mass Grave" se contente de suivre la trace de tout l'album sous une pluie d'agonie alarmante et une violence BENIGHTED qui se respecte du début jusqu'à la fin tout en étant très mélodique cette fois-ci. Allez, il reste de quoi manger encore, qui en veut ?
AQVARI

On l'attendait cette violence pour démarrer 2017... Et c'est gagné, BENIGHTED après 3 ans d'attente sort un nouveau cauchemar labellisé douceur Made In France. Necrobreed est, comme tous les précédents albums du groupe, une concurrence à son aîné comme à son habitude tout en augmentant la hauteur de la barre en terme de violences et de techniques. La bande à Julien s'orne une nouvelle fois de la ceinture de force et risque de créer des frayeurs une fois de plus à toutes les légendes du Brutal/Death hors et intra hexagone. Du contenant au contenu, Necrobreed émerveille de par son charisme morbide d'une quarantaine de minutes et de par sa qualité de production et régularité dans les compositions... vingt ans de carrière, plus beaucoup de dents, mais toujours une tempête de sang et d'organes qui explosent dans tous les sens. La cinquième république c'est BENIGHTED ! Veuillez consulter en cas d'effets secondaires.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :  
ExtraShuggah  



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Necrobreed - Infos

Voir la discographie de Benighted
Infos de Necrobreed

Sortie : 17 février 2017
Genre : Brutal/Death/Metal
Label : Season of Mist
Playlist :
1. Hush Little Baby (01:09)
2. Reptilian (03:16)à écouter en premier
3. Psychosilencer (03:31)
4. Forgive Me Father ( Feat Trevor Strnad - TBDM ) (04:16)culte !culte !
5. Leatherface (03:23)culte !culte !
6. Der Doppelgaenger (03:48)
7. Necrobreed (01:28)
8. Monsters Make Monsters (03:35)à écouter en premier
9. Cum With Disgust ( Feat Arno - Black Bomb A ) (03:09)culte !culte !
10. Versipellis (02:49)à écouter en premier
11. Reeks Of Darkened Zoopsia (03:15)
12. Mass Grave (04:50)
écouter : Ecouter l'album

Benighted

Albums chroniqués :
Chronique de Necrobreed
Necrobreed
2017

Chronique de Carnivore Sublime
Carnivore Sublime
2014

Chronique de Asylum Cave
Asylum Cave
2011

Chronique de Icon
Icon
2007

Benighted
Benighted
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Aborted
Aborted
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Death Metal
Origine : Belgique

Rapports de concerts:

Dying Fetus
Dying Fetus
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Hellenic Terror
The Hellenic Terror
2007

Kronos
Kronos
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Harvest Floor
The Harvest Floor
2009

Cattle Decapitation
Cattle Decapitation
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Destinity
Destinity
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Frayeurs
Frayeurs
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Death Metal
Origine : France