Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Backstabbers

Chronique de Backstabbers

The Butcher's Rodeo  - Backstabbers (Album)

HMS, Violence et 50 tonnes de viande hachée.



Ouais, ouais, ouais les bouchers... Préparez les caquelons d'huile bouillante et les serviettes, on risque d'en avoir besoin pour ce surplus de viande auditive et toutes ces bifles à coup de rumsteack. On ne va pas faire dans le véganisme, ni dans la douceur d'un conte de fée pour endormir ton chiard de Jean-Kévin pro PNL... Alors on se déshabille, on enfourche son cheval de guerre et BON APPÉTIT! (Ah oui, le cheval on le mange évidemment...)

THE BUTCHER'S RODEO est un quintuor composé de lapins alcaline originaire de Paris et non... Ils sont pas roses et mignons. Une "Butcher's TV" colossalement communicative, un gros baron (Ou barreau si tu vois le genre °insérer clin d'oeil ici°) d'énergie en live et deux EP à leur actif! On est en 2017 maintenant... "T'as pas oublié un truc en 2016 abruti?" Ouais totalement, la haine, les gaillards de TBR ont sortis leur tout premier album, tu sais? Le CD qui impose quoi?... 4 novembre 2016, Backstabbers sort du ventre à maman... Et c'est un garçon insupportable.

On commence par l'artwork si tu le veux bien? Merci t'es un amour... Premier coup d'œil ça te rappelle rien? Lead Sails Paper Anchors du groupe ATREYU. C'est quand même bien plus beau, beaucoup plus travaillé... Faut prévenir le navire qu'il y a une belle bête en dessous d'eux quand même. Allez, on se tient tous la main et on dit "Merciiiiiiii Alex de Spaniard Studio".

Il est temps de sortir le drapeau noir sauce Française et de tout détruire espèce de marin d'eau douce, vraiment TOUT!

Introduction type "la fin est proche" mais avec des mouettes de Perros-Guirec qui tapent l'incruste dans "Setting Sails", c'est plutôt calme en fait...

N'est stupide que la stupidité disait maman, "Little Death" est une tempête d'entrée de jeu, on joue beaucoup avec les roulements de caisse claire et le ressenti EVERY TIME I DIE et TERROR rappelle qu'on est dans du trve HxC monsieur. Vince, aussi chanteur du groupe AqME n'a pas perdu sa langue et s'est même permis de l'agrandir, truand sonore. Le final est vraiment bourrin, merde, faut déjà réparer les trous dans les murs ?

"Conundrum" fait bondir les thons (Pas ta femme, c'est une blague) hors de l'eau, excitation presque au maximum et déchaînement #InstaNow de TOUTES les grattes. Excellent riff soliste sous une voix claire presque charmeuse dis donc... "Des joues coulent sur mes larmes" dirait le sensible.



Nom de Zeus que les gaillards de THE BUTCHER'S RODEO ont évolués en talent...toutes ces mélodies comblées par un batteur à 3 bras, ces riffs absolument titanesques et ces cris au naturel retiennent vraiment l'attention dans "Nelson's Folly". Bravo champions, ça reste dans la tête pire qu'un morceau d'ABBA.

"Redemption Cay" donne plein pouvoir au beurre contenu dans la gratte, breakdowns de terreur et guacamole bien pimenté à l’agression auditive... Cette fois-ci c'est bon, vous allez recevoir une estimation du coût de réparation des derniers murs restants.

"HSM hope" repo... Oui mais non, c'était tout mignon au début pourtant... Pause caca entre deux c'est ça? même la fin c'est pareil, arrêtez les pruneaux.

On essuie toute la transpiration, on arrête les pompes et les abdos un moment pendant un entracte avec "The Journey". Tuez le corbeau s'il vous plaît.

Double sexy et notes fantômes très intéressantes dans "The Legacy", le batteur essayerait-il de ridiculiser Tomas Haake de MESHUGGAH? Un câlin pour toi qui n'a pas peur de montrer tout ton talent. Un must listen pour les fous du kit en chêne.

C'est quand même incroyable le potentiel de ces gaillards, un sacré C.V pour chacun des membres et une passion pour le HxC qui se ressent réellement... "In The Shallows" aiguise ton appétit insatiable avec de l’aiguë colossal à la THE DILLINGER ESCAPE PLAN, ça résume un peu le morceau en question non? Des couilles ouais.

"Good Fucking Luck" est le premier bébé à avoir l'honneur d'être appelé morceau nucléaire grâce à des blasts et une haine vocalisée de plus en plus omniprésente. Le nom du morceau respecte bien le contenu, c'est explicite, tout va bien chez THE BUTCHER'S RODEO... Mais pensez à boire 1,5L d'eau par jour.



Ouuiiiiiiiiiii premier morceau détente et presque arrimage à bon port, "The Devil Of The Wind" est la pause qui aurait peut-être dû se placer en milieu d'album, mais c'est du chipotage haut de gamme en fait.

C'est la fin avec "Losing Heart", mélodie incroyable, un rythme au début plus lent et accélération en Death/Metal à en faire frissonner... Entendez-vous ce breakdown bien tauriné? Vince clôt le sujet en solo, dernier cri, dernier mot, bisous.

Il y'a le feu partout, des voisins vénères et 4 murs en moins... Oh bah tout va pour le mieux après avoir écouté Backstabbers. Les bouchers Parisiens de THE BUTCHER'S RODEO ont absolument donnés tout ce qu'il pouvait rester de viande crue aux consommateurs, c'est un foutoir d'énergie jusque-là jamais vu dans l'hexagone et un potentiel technique vraiment bien chargé pour tous les membres du groupe. Peut-on regretter le fait que l'album ne dure qu'une bonne trentaine de minutes? Pas vraiment, au-delà de ce timing l'album serait gâché par une légère lassitude donc ils ont eu raison à la production... Bordéliques et malins les mecs. Superbe Artwork créant le combo obligatoire Contenant-contenu pour les pointilleux, une promesse de chaos en live sur chacun de ces titres et un réel orgasme auditif du début jusqu'à la fin. Backstabbers serre la main (Et fait un doigt dans le dos) à la France et fait honneur à son propre genre...
Un premier album qui risque d'imposer THE BUTCHER'S RODEO comme une force de frappe locale dévastatrice.


N'oubliez pas de nettoyer le sang par terre avant de partir s'il vous plaît.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :  
ExtraShuggah  



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Backstabbers - Infos

Voir la discographie de The Butcher's Rodeo
Infos de Backstabbers

Sortie : 4 novembre 2016
Genre : Hobocore
Label : AT(h)OME
Playlist :
1. Setting Sails (00:32)à écouter en premier
2. Little Death (03:50)culte !culte !
3. Conundrum (02:59)à écouter en premier
4. Nelson's Folly (03:14)
5. Redemption Cay (03:23)à écouter en premier
6. HMS Hope (04:08)à écouter en premier
7. The Journey (01:19)
8. The Legacy (03:55)
9. In The Shallows (03:08)à écouter en premier
10. Good Fucking Luck (02:41)culte !culte !
11. The Devil Of The Wind (01:41)
12. Losing Heart (03:27)à écouter en premier
écouter : Ecouter l'album

The Butcher's Rodeo

Albums chroniqués :
Chronique de Backstabbers
Backstabbers
2016

The Butcher's Rodeo
The Butcher's Rodeo
Voir la page du groupe
Création : 2010
Genre : Hardcore
Origine : France

Rapports de concerts:
  • Eths - 2 juin 12 (Paris)




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Χρόνος/Khrónos
Χρόνος/Khrónos
2015

Chronique de Just Live
Just Live
2010

Chronique de Héros Assassin
Héros Assassin
2009

Chronique de Trinité
Trinité
2007

The ARRS
The ARRS
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Metalcore
Origine : France

Concerts:
Rapports de concerts:

Black Bomb A
Black Bomb A
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Hardcore
Origine : France

Concerts:
Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Hatebreed
Hatebreed
2009

Chronique de Supremacy
Supremacy
2006

Chronique de The Rise Of Brutality
The Rise Of Brutality
2003

Chronique de Perseverance
Perseverance
2002

Hatebreed
Hatebreed
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Implosion
Implosion
2008

Self Defense
Self Defense
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Hardcore
Origine : France


Hopes Die Last
Hopes Die Last
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Hardcore
Origine : Italie

Rapports de concerts:

Tagada Jones
Tagada Jones
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Hardcore
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Like no Place on Earth
Like no Place on Earth
2009

Reach Inside
Reach Inside
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Hardcore
Origine : France