Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Suicide Silence

Chronique de Suicide Silence

Suicide Silence  - Suicide Silence (Album)

Volte-face



En 2014, sous leur nouveau label Nuclear Blast, SUICIDE SILENCE avait marqué son grand retour avec l’album You can’t stop me. Le nouveau chanteur, Eddie Hermida, avait plutôt bien réussi son baptême du feu. D’ailleurs, l’album avait engendré de bonnes critiques et avait été bien accueilli par les fans.

Trois ans plus tard, les Américains reviennent avec un cinquième chapitre qui vient compléter leur histoire déjà bien remplie. D’après les dires du guitariste Mark Heylmun, pour cet album éponyme, nous devons nous attendre à l’inattendu ! Alors bonne surprise ou mauvaise blague ?

Pour commencer, force est de constater qu’ils ne se sont pas vraiment creusé les méninges pour l’artwork de la pochette. Une photo du groupe, c’est simple, efficace mais cela manque cruellement d’originalité. Seulement, quelque chose attire l’attention : le logo. Les contours ont été quelque peu arrondis et les taches qui pouvaient s’apparenter à des giclées de sang ont été effacées. Certes, cela donne un logo assez propre mais cela enlève toute la brutalité qui en ressortait. Est-ce un signe ? Cherchent-ils à nous faire comprendre quelque chose ?

Hé bien laissons donc la musique parler et nous éclairer !


Le titre « Doris » ouvre le bal. Après une brève intro un peu folle, le morceau commence violemment. Une bonne rythmique à la batterie et un riff bien méchant à la guitare nous donnent le sentiment que ça va saigner ferme. Eddie pousse quelques cris comme pour s’échauffer les cordes vocales et boum on enchaîne avec une séquence à la SUICIDE SILENCE qui rappelle certains morceaux du précédent album You can’t stop me. Le chanteur, avec sa voix un peu criarde, s’éclate au micro. Jusque là, on se dit que ce morceau est plutôt pas mal. Mais soudain, c’est le choc auditif ! Eddie se met à chanter en voix claire ! Le début fait vraiment grincer des dents. Cependant, après une entrée en matière chaotique, il arrive quand même à mettre une certaine violence dans sa voix. Seulement, quelques minutes plus tard, le chanteur remet ça et le début du passage clair casse une nouvelle fois tout le morceau. La fin du titre est plus lente et installe une ambiance malsaine. Dommage que ce morceau soit entaché par quelques secondes de voix claire qui tombent comme un cheveu dans la soupe.

Ensuite, vient « Silence ». Et là, on comprend pourquoi le logo du groupe a été en quelque sorte adouci. Ce deuxième titre nous impose un virage à 180° du Deathcore vers le Modern Metal. Clairement influencé par KORN, « Silence » nous fait connaître une toute autre facette de SUICIDE SILENCE. Le morceau est composé d’une rythmique et de riffs d’une lenteur excessive. Et à part quelques cris, on a droit à un chant clair du début à la fin.

On commence à avoir des sueurs froides. Et « Listen » ne va pas arranger les choses. Car malgré des passages violents, il est, lui aussi, entrecoupé de séquences lentes qui installent une toute autre ambiance. Cela crée un tourbillon dans lequel il est difficile de se repérer.

Les morceaux s’enchaînent et alors qu’on ne s’y attendait plus, « Hold me up hold me down » nous offre enfin un breakdown ! « Run » aura lui aussi une prédominance Deathcore. Tandis que « Dying in a red room », « The zero » et « Conformity » seront à ranger dans le rayon Modern Metal.

L’album se termine sur « Don’t be careful you might hurt yourself » qui sera à cheval sur les deux styles.


Finalement, ce mélange entre Deathcore et Modern Metal donne le tournis. Il n’y a pas vraiment de fil rouge qui lie les morceaux entre eux. On a l’impression que la tracklist a été organisée au hasard. L’album est décousu et certains devront s’y reprendre plusieurs fois pour l’écouter jusqu’au bout. Et malgré quelques titres bien violents, il faut, malheureusement, admettre que le style de SUICIDE SILENCE tend vers le Modern Metal. A l’écoute de certains morceaux, on peut se dire que le groupe a du potentiel dans cette nouvelle direction. Et comme ce style s’adresse à un public plus large, ils gagneront sans doute de nombreux fans. Cependant, ils perdront certainement un grand nombre de ceux qui les suivent depuis le début de leur histoire.


Le très controversé « Doris » se chargera de vous donner un avant-goût.




Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Suicide Silence - Infos

Voir la discographie de Suicide Silence
Infos de Suicide Silence

Sortie : 17 février 2017
Genre : Death Metal
Label : Nuclear Blast
Playlist :
1. Doris
2. Silence
3. Listen
4. Dying In A Red Room
5. Hold Me Up, Hold Me Down
6. Run
7. The Zero
8. Conformity
9. Don't Be Careful, You Might Hurt Yourself
écouter : Ecouter l'album

Suicide Silence

Albums chroniqués :
Chronique de Suicide Silence
Suicide Silence
2017

Chronique de You Can't Stop Me
You Can't Stop Me
2014

Suicide Silence
Suicide Silence
Voir la page du groupe
Création : 2002
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


All Shall Perish
All Shall Perish
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Gojira
Gojira
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Heritage
Heritage
2011

Chronique de Watershed
Watershed
2008

Chronique de The Roundhouse Tapes
The Roundhouse Tapes
2007

Chronique de Ghost Reveries
Ghost Reveries
2005

Opeth
Opeth
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Evangelion
Evangelion
2009

Chronique de Demigod
Demigod
2004

Behemoth
Behemoth
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Death Metal
Origine : Pologne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Titan
Titan
2014

Chronique de The Great Mass
The Great Mass
2011

Chronique de Communion
Communion
2008

Chronique de Mystic Places of Dawn
Mystic Places of Dawn
1994

Septicflesh
Septicflesh
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : Grèce

Rapports de concerts:

Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Death
Death
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis