Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Steinfeld

Chronique de Steinfeld

Drescher  - Steinfeld (Album)

Soufflet de confirmation



L'accordéon est un instrument de la famille des vents dont les traces remontent à -2700 avant Jc, en Chine, sous une forme ancienne. Arrivé en Europe en 1674, son évolution progressive a été réalisée par des inventeurs dont plusieurs ont la nationalité... Autrichienne ! Instrument complexe, l'accordéon peut aussi bien jouer un rythme qu'une harmonie ou une mélodie, et même les deux en même temps. L'accordéon est utilisé en musique populaire, musique traditionnelle, musique folklorique, en musique classique et contemporaine, ainsi que dans les musiques actuelles, jazz, rock et maintenant Thrash Metal avec DRESCHER et leur DrescherMusic.


Parmi les accordéonistes célèbres, on peut citer AIMABLE, ANDRE VERCHUREN ou YVETTE HORNER. Dans le monde du métal, l'accordéon est surtout présent dans les groupes de folk métal, mais il n'y a pas , ou peu de groupes qui utilisent cet instrument en principal comme DRESCHER.
À ce niveau de la chronique, où l'album présenté n'a pas encore été analysé, une petite vidéo de démonstration à l'accordéon est bienvenue pour se mettre dans le bain. On aurait pu montrer l'incroyable dextérité de certains accordéonistes, mais plongeons nous dans le Thrash. Reconnaissez vous ce titre ?



DRESCHER est un jeune groupe Autrichien, formé en 2013. Le lineup est stable et la discographie propose déjà un EP et deux LP, Ernteizet sorti en 2014 et cette année Steinfeld. La surprise fut totale à la découverte de leur premier album il y a deux ans, voyons si ce style si particulier peut intéresser dans la durée. Cette année, Bernd Wolgrandl le chanteur et ses acolytes nous offrent 48 minutes de DrescherMusic, soufflées en 10 titres plus 2 bonus. On reconnaît de suite leur logo sur la pochette, cette fois ci en arrière plan, quelle personnalité.


L'album débute tranquillement avec "À Bissl Glick", titre d'introduction plutôt calme sans le fameux instrument à vent, mais avec la présence d'un clavier. Les deux titres suivants "Adrenalin" et "Unten" nous plongent directement dans le bain accordéonique, proposant une multitudes de riffs ventillés avec puissance, et grattés avec dextérité. Ces titres sont assez Thrash avec des refrains percutants et des passages qui donnent bien envie de chanter. Ils se terminent sur des notes plutôt tristes malgré tout. Le titre suivant "Guade Oide Zet" est dans la continuité des autres bien que la mélodie soit un peu plus légère.Puis arrive "Regen" un titre beaucoup plus sombre et lent, qui tranche bien avec le début de l'album. Le refrain est surprenant, tout en chœurs féminins. On entend l'orage à la fin de la chanson. L'orage? Mais pourquoi donc?


Voici "Es Reignt Bluat" et il pleut encore ! Connaissez vous la traduction en Anglais de ce titre ? Reign in bloooooood !! DRESCHER nous offre là une reprise magistrale de ce titre magistral de SLAYER. Le riff principal est joué à l'accordéon et on a droit à une fin épique. C'est excellent. On avait déjà eu droit il y a deux ans à une merveilleuse reprise d'"Allowed Be Thy Name" d'IRON MAIDEN. Quel plaisir.


Puis vient "Olles Ok", chanson alternant des passages entraînants avec de l'agressivité, suivie d'"Endlish Leben", un titre dans lequel le chanteur réalise des effets avec la sonorité i, de véritables jeux de mots laids pour les gens bêtes, Matt rit en écoutant les beaux accords, Léon a dit qu'ils ne rentreraient pas avec Guy, tard (*). Aie aie aie ... ok, la suite.


Trêve de plaisanteries. L'album continue sur un titre plutôt heavy/hard rock assez agréable à écouter avec un super solo d'accordéon ("I Will Di Ausbliatn Sehn"), et à la fin, "Der Held" conclue l'album sur un tempo moyen, Bernd nous gratifiant même d'un passage en voix claire. Les deux bonus track sont excellentes, chacune dans un style très différent. La première, "Die Marie" ferait presque pleurer tellement c'est triste et la deuxième, "Vater Vergib Mie", arrache et explose tout, ça fait du bien en fin d'album. Ce sont probablement des reprises mais pas faciles à identifier (contrairement aux bonus tracks de Ernteizet).


Nous voilà donc arrivés à la fin de cet album légèrement plus sombre que le premier, qui propose des chansons très variées dans les styles et les compositions. Il est vrai, un peu difficile à écouter lors des premières auditions, probablement à cause de la voix très gutturale et des rythmes légèrement saccadés, et ce pour bien accompagner l'accordéon. Car oui, sur cet opus c'est souvent cet "instrument du peuple" qui est prédominant, même un peu plus que sur le premier album, et après plusieurs écoutes on y prends goût. D'autant plus que la qualité technique des autres musiciens est très élevée. Le batteur rythme l'ensemble sans être répétitif, les "cordistes" nous enchantent tout du long, et finalement on finit par s'habituer au chant. À ce sujet, quelques titres en Anglais seraient les bienvenus dans un futur album, afin de s'ouvrir un peu plus encore au niveau international.


Le pari est donc tenu et DRESCHER réussit une nouvelle fois à nous bluffer grâce à une originalité unique en son genre, proposant avec courage et efficacité une multitude de réalisations mettant en avant un instrument qui est loin d'être attendu dans le monde du Heavy Metal et encore moins du Thrash. On ne peut qu'encourager cette différence qui ouvre une fois de plus la musique extrême au reste du commun des mortels. Combien de fois depuis deux ans on sort notre smartphone pour mettre à fond un de leurs titres en disant : "moi aussi j'écoute de l'accordéon dans ma musique de sauvages, écoute ça, ça s'appelle DRESCHER "





Nb (*) : mollets/jambettes/batterie/accordéon/guitare (oui je sais c'est nul mais ça me fait rire

(0) Modifier l'article
par yhol, le 13 décembre 2016
Voir toutes les chroniques de yhol


Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :  
yhol  



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Steinfeld - Infos

Voir la discographie de Drescher
Infos de Steinfeld

Sortie : 30 septembre 2016
Genre : Thrash/Folk/Heavy Metal
Label : Napalm Records
Playlist :
1. A bissl Glick 03:01
2. Adrenalin 04:01
3. Unten 04:56
4. Guade oide Zeit 03:44
5. Endlich leben 04:26
6. Es reignt Bluat (Slayer cover) 03:34
7. Olles ok 04:27
8. Regen 04:35
9. I will di ausbliatn sehn 03:09
10. 10. Der Held 03:04
11. 11. Die Marie 05:03
12. 12. Vater vergib mir 04:20
écouter : Ecouter l'album

Drescher

Albums chroniqués :
Chronique de Steinfeld
Steinfeld
2016

Drescher
Drescher
Voir la page du groupe
Création : 2013
Genre : Thrash Metal
Origine : Autriche




Groupes en rapport


Metallica
Metallica
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Slayer
Slayer
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Megadeth
Megadeth
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Seven Years...
Seven Years...
2009

Chronique de Beyond the Mirrors
Beyond the Mirrors
2008

Broken Mirrors
Broken Mirrors
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Thrash Metal
Origine : France


Machine Head
Machine Head
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Blunt Force Trauma
Blunt Force Trauma
2011

Chronique de Inflikted
Inflikted
2008

Chronique de Inflikted
Inflikted
2008

Cavalera Conspiracy
Cavalera Conspiracy
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Thrash Metal
Origine : Brésil

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Omen
Omen
2010

Chronique de Conquer
Conquer
2008

Chronique de Dark Ages
Dark Ages
2005

Chronique de 3
3
2002

Soulfly
Soulfly
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: