Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Cast The First Stone

Chronique de Cast The First Stone

Hour Of Penance  - Cast The First Stone (Album)

 9 
10

conflits modernes, pilum et unholy artistes.



Décidément, nos voisins frontaliers sont en forme cette année... On ne parle plus que de l'Italie dans le Metal que pour son amour de la technique, de la brutalité et de la vitesse, autant dire que le Death/Metal se cuisine Al-Dente et se mange avec une cuillère à soupe (Ouais, honte à toi et ton couteau blasphémateur). Le pays est censé être le Holy Empire, mais se compose plutôt d'artistes unholy qui n'hésiteront pas à t'envoyer un pilum sonore bien pointu dans toutes les cavités de ton corps... Mais on va plutôt tendre les oreilles hein, évidemment ?

HOUR OF PENANCE est le quartet de la destruction Romaine au service de Prosthetic Records et, est un symbole même de l'art du Death/Metal Italien depuis 1999 avec quelques compatriotes... FLESHGOD APOCALYPSE et NECROSY pour ne citer qu'eux. Très actif sur le plan production (Un album tous les deux ans) malgré les changements fréquents de line-up depuis la création du groupe et récemment la machine de guerre James Payne qui se voit remplacé par le bombardier Davide Billia (BEHEADED, PUTRIDITY, ANTROPOFAGUS)...derrière les sulfateuses. En passant par l'intro puissante de Paradogma, la brutalité de Sedition, la régularité de The Vile Conception et la démonstration technique de Regicide, HOUR OF PENANCE est un tableau qui ne cesse d'être repeint par tous les nouveaux membres et impressionne par sa technique instrumentale et sa violence parfaitement bien maîtrisée.

Si vous voulez bien enfiler votre casque et votre armure, on part en guerre aujourd'hui avec Cast The First Stone, le nouvel opus qui risque de secouer la terre le 27 Janvier 2017, une fois n'est pas coutume, sous Prosthetic Records.

Aux premiers abords, pas d'introduction, "Burning Bright" ne permet pas vraiment de penser instinctivement que l'on écoute du HOUR OF PENANCE et se montre plutôt tendrounet avec nous, PAR CONTRE !!! Second morceau,

"Cast The First Stone" possède l'introduction manquante, se tartine jusqu'à plus faim et dévoile du pur HOP comme on l'aime, sanguinaire, sans pitié et technical as hell. Le pattern à la batterie répond bien à la demande des fans aux pulsions blastastiques. Les guitares se rapprochent d'un Technical/Death vraiment bien odorant avec un riff soliste bien juteux. Le titre de l'album est extrêmement bien représenté et vaut tout l'or des templiers... Et du monde.

Un "Damnatio Memoriae" à double tranchant, soft au comptoir et puissant au moment de trinquer, les guitares dansent pendant que le bombardier derrière les fûts se calme un moment. Première apparition des symphonies en arrière-plan pour en finir.

"Horn Of Flies" se rapproche de son prédécesseur mais cette fois ci emmène les guitaristes à assurer la symphonie légèrement épique en fond. On remarquera un peu plus de repos pour le batteur dans la plupart des morceaux, une bonne idée afin d'éviter le bourdonnement générique des anciens opus et ainsi profiter de l'opportunité pour faire un break et se préparer à la prochaine confrontation.

Non pas que c'est tentant, mais oui, "Iron Fist" n'est pas vraiment classé tout confort comme son nom l'indique... Mais cette bonne dose de Death/technique des abysses et ce combo riff/Blast qui arrive sans concession que tu vas autoriser à laisser rentrer en toi, donne accès à un sentiment de puissance et d'envie de tout fracasser. (Le combo Riff-Blast est vraiment jouissif encore une fois) Tiens, un breakdown assez longuet pour achever la séance.

"Shroud Of Ashes" mise sur un riff répété des guitares et la diversification du nouveau batteur pour ses blasts, une fois ride, une fois Hi-Hat, une autre fois plus dynamique, une autre fois plus simple et plus lente. Néanmoins le titre conserve ses cendres avec le scream bien rauque, sans additions nocives et surproduites.

VOILA ! On y est, ouuuuuh la belle bagarre. HOUR OF PENANCE cavale avec son cheval de guerre sur tous les royaumes du monde avec "The Chains Of Misdeed", fait passer l'absinthe pour de l'eau et rend VRAIMENT à César ce qui est à César (Prononcer Cisôre). L'identité même du groupe est dans ce morceau... On démarre sans ceintures et sans la moindre prévention, on se fait devancer par la rapidité du blast et de la double et on se fait emporter par le raz-de-marée Italien en l'espace de quatre minutes intenses et sans break évidemment sinon ce n’est pas drôle.

"Wall Of Cohorts" est bien plus symphonique que ses camarades, rythmes OldSchool/Death au rendez-vous, mais ne surprend pas plus que ça. Néanmoins le morceau est toujours dans la lignée de l'album même avec son côté timide... Disons, timide dans le Brutal/Death hein.

Avant de franchir la ligne d'arrivée, il est utile de savoir que les lyrics de Cast The First Stone ont été inspirés par le terrible attentat au Bataclan (HOUR OF PENANCE ayant joué dans ce lieu désormais tristement mythique quelques mois auparavant) et les événements dramatiques quasi quotidiens à l'étranger , rapprochant le fait que les croisades et les conflits de nos temps modernes au nom de la raison et de la religion ne sont pas si éloignés et différents finalement...




On arrive à terme d'une longue campagne Romaine avec "XXI Century Imperial Crusad", le premier morceau dévoilé par le label et le groupe sous forme d'une lyric video démontrant parfaitement le thème sur lequel le groupe s'est penché. Badassitude et agressivité mènent directement le morceau au top de l'album avec "The Chains Of Misdeed" qui, à eux deux, détruiraient le monde entier. C'est intense, c'est brutal à long terme et c'est diversifié jusqu'à la dernière seconde de l'opus.

Cast The First Stone s'arme d'un thème profond mêlant une mauvaise période de l'histoire à l'actualité violente de notre époque actuelle, des techniques diversifiées et une brutalité remise au gout du jour et une écoute nettement plus agréable que l'explosif nommé Regicide, permettant ainsi de savourer chaque maniement des armes de chacun des légionnaires... C'est le bassiste Marco Mastrobuono qui s'est occupé de cette lourde tâche. Artwork réalisé par Gyula Havancsak, splendide et en accord avec le contenu de l'album. HOUR OF PENANCE est solide, très solide, voir invincible... On en voit rarement des groupes qui restent à la pointe de leur style et s'offrant le luxe de garder le même habit bien propre depuis des années. Le grand empire Romain n'a pas fini de faire parler de lui... DEVASTANTE!



(1) Modifier l'article
par ExtraShuggah, le 26 novembre 2016
Voir toutes les chroniques de ExtraShuggah


Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :  
 9 
10
ExtraShuggah
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Cast The First Stone - Infos

Voir la discographie de Hour Of Penance
Infos de Cast The First Stone

Sortie : 27 janvier 2017
Genre : Modern Brutal Death Metal
Label : Prosthetic Records
Playlist :
1. Burning Bright (03:44)
2. Cast The First Stone (04:20)culte !culte !
3. Damnatio Memoriae (03:50)
4. Horn Of Flies (03:24)
5. Iron Fist (04:14)
6. Shroud Of Ashes (03:50)
7. The Chains Of Misdeed (03:48)culte !culte !
8. Wall Of Cohorts (03:11)
9. XXI Century Imperial Crusade (03:48)à écouter en premier
écouter : Ecouter l'album

Hour Of Penance

Hour Of Penance
Hour Of Penance
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Death Metal
Origine : Italie

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Evangelion
Evangelion
2009

Chronique de Demigod
Demigod
2004

Behemoth
Behemoth
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Death Metal
Origine : Pologne

Rapports de concerts:

Krisiun
Krisiun
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : Brésil

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Illud Divinum Insanus
Illud Divinum Insanus
2011

Chronique de Covenant
Covenant
1993

Chronique de Altars of Madness
Altars of Madness
1989

Morbid Angel
Morbid Angel
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Phoenix Amongst The Ashes
Phoenix Amongst The Ashes
2011

Hate Eternal
Hate Eternal
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis