Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Yoshū Fukushū

Chronique de Yoshū Fukushū

Maximum The Hormone  - Yoshū Fukushū (Album)

DROOOOGUE, p'tites foulées et backflip



Si t'es ici présent pour lire cette chronique c'est que t'es complètement taré, dissident et drogué à je ne sais quelle poudre lunaire merveilleuse. Buiikikaesu ne t'as pas suffi en 2007, faut que tu remettes le couvert espèce de bêta joggeur Adidas du dimanche ? Et évidemment, le fait que MAXIMUM THE HORMONE braille DROOOOOOOOOOOOOOOOOOOOGUE comme des crétins depuis neuf ans pour que toi, espèce d'accro des japonniaiseries (OUAIS LES HENTAI AUSSI OUAIS !!!) ... Tu puisses le re-brailler à ton pote qui l'a déjà entendu 23145461 fois dans "Death Note" ça ne te suffit pas non plus ? Ok, ok...

Clairement, si tu ne connais pas MAXIMUM THE HORMONE, Yoshū Fukushū est un parfait petit mélange pour te pousser à la surconsommation du wtf et à idolâtrer ce groupe de trolls-je-m'en-foutiste-moderne au point de te dire que le Japon va vraiment causer ta mort cérébrale un jour. Yoshū Fukushū est le cinquième album du groupe de Hard/Rap/Punk/Rock/Nu/Japan/Manga/Metal Japonais...Parce que oui MONSIEUR, le genre unique c'est pour les faibles d'Europe et des U.S, ouais, merde ! Sorti en 2013 sous le label VAP, il se révèle être le dernier album en date de MAXIMUM THE HORMONE. Enfile ton jogging et laisses ta dignité à la maison, tu n’en as pas besoin...



L'intro est douce, et l'on penserait presque passer un agréable moment proche de la sensation de toucher une plume, mais c'est une vraie escroquerie pour gens fragiles (Nota Bene : Dénoncer MTH un jour), "Yoshū Fukushū" est l'exemple type représentant ces furieux dès les premières secondes de l'album. Grosse gueulante surprise du lead screamer Daizuke, Rythme Stoner simpliste et sans guacamole de Ryo, un savoir-parler-très-très-rapide-qui-passe-presque-pour-du-rap... C'est bon t'es chaud ? Enchaînement Genkidama + Metsu Shoryuken dans ton nez, t'es à terre, tu comprends plus rien et Krillin marche sur toi comme un vieux paillasson. Tu comprends ce sentiment d'impuissance face à cette violence coup d’poignard ? C'est MAXIMUM THE HORMONE.

On se promène dans un enchaînement de morceaux comme "Utsukushiki Hitobito no Uta", "Chū 2 the Beam" et surtout "F" un hommage rendu au tout puissant Freezer, crédité dans Dragon Ball Z: Resurrection par un certain Akira Toriyama... PUTAIN, BAH OUAIS, tu meurs en paix après ça.



"Benjo Sandal Dance" fait dans le groovy avec un bassiste si bon qu'il donnerait presque envie de tout plaquer pour s'y mettre. On n’est pas dans la même classe que le morceau culte "Buiikikaesu" sorti en 2007 mais on en raffole quand même.

"Unbelievable!: Swomints Hockeleiro Mifeho" a son petit côté outro plutôt tranquille d'un manga façon Naruto... Plutôt tranquille ? Jusqu'à ce terrible moment UNBELIEVABLE !!! répété 4569 fois façon Serj Tankian pas content, l'instru est jazzy par moment et carrément agressive quand ça part en riff surprise, Mth vous allez vraiment tuer des gens à force bande de tarés !!! Encore un moment permettant de savourer la centaine de pompes que tu vas bientôt achever easy grâce à l'album. Avoue-le t'as envie de péter des trucs hein ?

"Beauty Colosseum" se recommande autant qu'une Barbie à ta p'tite sœur ou bien à ton frère, mais dans ce cas-là t'es vraiment un enfoiré. Échauffement pré gueulante et voilà, tu deviens tout rouge, tu te mets à crier "STICKY STICKY STICKY" par folie même si c'est pas du tout le texte et tu passes pour un attardé. Le Breakdown final arrive, t'es à terre, mais tu te relèves ENCORE, plus déterminé que jamais, tu finis cloué au lit avec l'ossature entière réclamant un massage.

Ok, courage on peut pas finir la séance sans parler "A-L-I-E-N"... C'est quoi "A-L-I-E-N"? Eh bien, "A-L-I-E-N" (Assez dit comme ça ? Vous avez la haine c'est bon ?) est un bon prélude avant la folie et surement le morceau le plus violent et brutal as fuck de Yoshū Fukushū. Totalement indescriptible, se doit d'être découvert en solitaire. On essaye toujours de comprendre, 3 ans après... C'est quoi cette fin sans aucun rapport façon cauchemar nippon avec le reste de la musique ? Mouais, la seule solution possible...JAPOOOOOOOOOOOOOOOOOON !



Pour être sérieux, Maximum The... Sérieux ? T'es malade ? MAXIMUM THE HORMONE va surtout te pousser à :

-Faire des tractions et des p'tites foulées.
-Faire des pompes.
-Boxer des chats (Surtout le tiens)
-Passer pour un crétin. (Mais passionné avant tout)

Nez en moins, oui oui vraiment... Yoshū Fukushū est incroyablement diversifié tant avec l'art de manier les différents screams et voix claires tant avec l'instrumentale qui est à la fois puissante, agressive et parfois...Joyeuse et comique. Le packaging de l'album est totalement différent d'un album normal et se présente comme un format manga et contient, évidemment, un véritable manga sur le thème du groupe. Les artworks sont très "folklore Japonais" et parfaitement en relation avec le contenu, aucune classe mais une vraie claque. T’as déjà vu un trou du cul (En dessin hein, faut pas déconner.) sur un artwork? Non ? Maintenant si, et ça en fait un objet collector à importer du Japon de toute urgence. Must have honteux à décrire à tes amis non metalleux.

Ah, t'es encore là ? Cinglé.




Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :  
ExtraShuggah  



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Yoshū Fukushū - Infos

Voir la discographie de Maximum The Hormone
Infos de Yoshū Fukushū

Sortie : 31 juillet 2013
Genre : Rock Metal
Label : VAP
Playlist :
1. Yoshū Fukushū (05:13)
2. Utsukushiki OP: Tsuki no Bakugeki-ki (00:31)
3. Utsukushiki Hitobito no Uta (04:38)
4. Benjo Sandal Dance (04:04)
5. Chū 2 the Beam (04:01)
6. F (04:07)
7. Tsume Tsume Tsume (04:35)
8. Rock Oreimairi: 3 Chord de Omae Full Bokko (02:19)
9. Unbelievable!: Swomints Hockeleiro Mifeho (03:35)
10. A-L-I-E-N (04:46)
11. My Girl (04:02)
12. Mesubuta no Ketsu ni Binta (Kick mo) (02:41)
13. Beauty Killosseum (05:22)
14. Maximum the Hormone (04:55)
15. Koi no Sperm (05:37)
16. Secret track (00:30)
écouter : Ecouter l'album

Maximum The Hormone

Albums chroniqués :
Chronique de Yoshū Fukushū
Yoshū Fukushū
2013

Chronique de Tsume Tsume Tsume
Tsume Tsume Tsume
2008

Chronique de Buikikaesu
Buikikaesu
2007

Maximum The Hormone
Maximum The Hormone
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Rock Metal
Origine : Japon

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Imperfect Harmonies
Imperfect Harmonies
2010

Chronique de Elect the Dead
Elect the Dead
2007

Serj Tankian
Serj Tankian
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Delirium
Delirium
2016

Chronique de Broken Crown Halo
Broken Crown Halo
2014

Chronique de Dark Adrenaline
Dark Adrenaline
2012

Chronique de Shallow Life
Shallow Life
2009

Lacuna Coil
Lacuna Coil
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Rock Metal
Origine : Italie

Rapports de concerts:

Stone Sour
Stone Sour
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Rock Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Katatonia
Katatonia
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Rock Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Anathema
Anathema
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Rock Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de This Is War
This Is War
2009

Chronique de A Beautiful Lie
A Beautiful Lie
2007

Chronique de 30 Seconds To Mars
30 Seconds To Mars
2002

30 Seconds To Mars
30 Seconds To Mars
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Rock Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Alternine
Alternine
2008

Alternine
Alternine
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Rock Metal
Origine : France