Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Hardwired... to self destruct

Chronique de Hardwired... to self destruct

Metallica  - Hardwired... to self destruct (Album)

Softallica



Ami thrasheur, ami headbanger, speed ami, ami des années 80, ami de death magnetic, ami schtroumpf grognon (moi j'aime pas les amis), amicalement je te dis mon ami, calmement, cet album n'a pas la gomme !!

On ne reviendra pas sur les 35 ans de carrière, ni sur les albums Thrash du début qui ont largement contribués au succès de METALLICA, ni plus sur tout les faux pas qu'ils ont pu réaliser durant leur carrière !! Par contre si on compare les deux derniers LP, distants de pas moins de huit longues années : Death Magnetic 2008 et cette année Hardwired... To Self Destruct, on constate qu'à l'époque ils avaient vraiment la pêche nos thrasheurs, et avaient proposé enfin un album de la renaissance, aux riffs accrocheurs, titres exceptionnels, variés et speed comme on les aime.
Cette année est relativement différente et c'est bien dommage, malgré une pochette d'album qui apparaît complètement déjantée et en dépit de l'eau à la bouche qu'ils nous ont mise depuis quelques semaines, avec trois singles qui déchirent. "Hardwired" est assez Thrash mais plutôt courte et peu variée, "Moth into flame" propose des bon riffs, des accélérations, des bon soli et surtout une intensification des couplets au travers des riffs, qui très bien réalisée, et surtout "Atlas Rise" où la on retrouve un très bon METALLICA, avec tout d'abord une intro écrasante, puis des rythmes qui s'accélèrent avec un chant qui sort des tripes de James, et enfin des rafales de soli qui s'entremêlent avec les riffs, excellent !! Du coup on attendait un album au moins aussi décalquant que le dernier, mais il n'en sera point !

L'excitation baisse au fur et à mesure de l'écoute de l'album. Non pas que les chansons soient mauvaises, mais elle ne sont clairement pas Thrash, ni speed. On a l'impression d'un retour en arrière à l'époque du Black Album. Sur les 12 titres, seulement 4 sont clairement plus rapides : les titres d'accroche dont on vient de parler (comprenant le plus court de l'album) et le dernier titre "Spit Out The Bone". Si on attends que ça bouge un peu, autant sauter les 7 titres du milieu, soit une quarantaine de minutes interminables. En comparaison, sur Death Magnetic, seuls 2 ou 3 titres réduisaient la vitesse moyenne du tempo, ce qui est quand même appréciable sur un album pour avoir un peu de diversité, si on en abuse pas. Que pouvons nous retenir des autres titres? On est confrontés à un syndrome qui a commencé très tôt chez METALLICA, qu'on pourrait qualifier du syndrome "The Thing That Should Not Be". Des passages lents, avec des riffs très lourds, qui sont bienvenus sur un ou 2 titres d'un album, mais ici on retrouve ces effets dans trop de chansons : "Dream No More", "Confusion" (qui n'en finit pas de ne pas démarrer), "manunkind", "Am I Savage" ... Bref c'est un peu longuet et répétitif, dur à ingurgiter. Tout ça manquant nettement de mouvement.

Il est vrai que les prises de risques chez nos ex-Thrasheurs préférés n'ont pas toujours été prolifiques, car avec eux c'est tout ou rien. Difficile de ne pas citer ici Load, Reload et St Anger, de vrais bouleversements extrêmes, alors qu'un peu plus de variété au sein d'un même album, sans modifier toutes les chansons, pourrait être bien plus intéressant.

Pour en revenir à notre dernière offrande, elle n'est pas exempte de toute qualité, loin de la. Les effets à la batterie sont délicieux dans "Now That We´re Dead" et dans "Here Comes Revenge", les changements de rythmes sont agréables dans "Halo On Fire". Globalement, les soli sont tous très bons, quoi qu'on en dise, ils produisent leurs effets grâce à une belle dextérité, rapidité d'exécution et un bon groove, par exemple dans "Moth Into Flame", "Manunkind" ou "Am I Savage". On retrouve une intro typiquement "And Justice For All" au début de "Murder One".

Petite déception au niveau de la basse qui sur cet opus est bien plus en retrait que pour l'album précédent. Par contre, la générosité du groupe ne peut pas être remise en question, la durée totale de l'album étant de plus d'une heure et quart, et surtout, ils nous offrent une vidéo de chacun de ses 12 titres, disponibles sur la chaîne YouTube : "Metallica TV".

Tout compte fait, après plusieurs écoutes, l'album est quand même agréable, si l'on fait abstraction du fait que METALLICA pourrait nous proposer de la musique bien plus violente. Mais cette année étant très fournie en sorties d'albums de grands groupes de Metal, Hardwired ... To Self Destruct ne devrait malheureusement pas se positionner au sommet de la pile de nos albums Thrash préférés. Le succès commercial, lui, pourrait toutefois être présent car leur musique est plus proche du hard rock/heavy metal, touchant peut être un public plus large. Il est quand même bien dommage que METALLICA n'ai pas poursuivi le chemin tracé il y a 8 ans, afin de satisfaire les fans de la première heure, en sachant que de toute façon la majorité des chansons que l'on retrouvera en live font partie des 4 premiers albums.

Qui parmi nos grands groupes de plus de 30 ans de carrière pourra nous sortir enfin un album qui explose tout d'un bout à l'autre comme à la bonne époque ? MEGADETH? On ne les attends plus. TESTAMENT? On y est pas tout à fait. SUICIDAL TENDENCIES ? Non plus. FLOTSAM AND JETSAM : on en est pas loin. METALLICA? Qui sait, peut être qu'un jour, l'orgueil piqué par l'impertinence de jeunes groupes qu'ils ont influencés et qui nous proposent des albums bien plus originaux et variés (ex : TALAMYUS, GODISDEAD, FENRIR ou MEDEVIL Parmis tant d'autres groupes hyper originaux), notre quatuor nous fera la surprise de nous éclater les tympans avec beaucoup plus d'agressivité et de rapidité tout au long d'un album, comme ils savaient si bien le faire, et franchement ça nous manque. En attendant on a plus qu'à se remettre un bon vieux Kill Em All qui est toujours aussi efficace après tant d'années, et qui, aussi incroyable que cela puisse paraître, n'a pas vieilli et nous procure toujours les mêmes sensations.

(0) Modifier l'article
par yhol, le 19 novembre 2016
Voir toutes les chroniques de yhol


Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :  
yhol  



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Hardwired... to self destruct - Infos

Voir la discographie de Metallica
Infos de Hardwired... to self destruct
Table './nanoroux_bdd/images' is marked as crashed and should be repaired