Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Le Noir Village

Chronique de Le Noir Village

Créatures  - Le Noir Village (Album)

Dramaturgie, Horreur et coup de théâtre.



Les temps changent, les pensées de nos prédécesseurs ainsi que les arts archaïques disparaissent de plus en plus au profit de structures et états d'esprit égoïstes n'ayant que l'argent et son bonheur personnel comme lettre de motivation. L'Homme aujourd'hui a oublié qu'il a accompli plus de dix mille ans d'histoire, de massacres et de grandes découvertes à cause de sa petite tête de pioche dissidente...Mais il souhaite désormais ne se servir de cet outil qu'uniquement dans l'objectif auto programmé de mettre un pied en avant sans faire marche arrière et ainsi louper l'occasion de récupérer quelques affaires précieuses du passé, racines de son confort moderne...

Vous savez qu'une partie de la populace résiste encore et toujours à l'envahisseur moderne ? Non ? Pourtant y en a un bon paquet dans notre hexagone...Partons dans l'Ouest, près d'Angers. Loin des formations basiques Quatuor, Quintuor, Sextuor et autant d'-uor que tu voudras...Sparda se valorise en tant qu'artiste solitaire dans ses compositions et son talent d'autodidacte lui permet d’œuvrer sur plusieurs fronts musicales et artistiques afin d'évoluer en tant que multi-instrumentiste passionné et ambitieux dans un registre d'instruments traditionnels et modernes du monde entier... basse, piano, ocarina, dung chen, bols chantants, gong et lui offre la possibilité de réaliser son rêve de gosse, apprendre l'orgue d'église.

Sparda créé son nouveau projet solo Créatures en 2008 ou il investira presque six longues années à œuvrer pour son premier album Le Noir Village ...Et mon dieu qu'en sept ans il en aura eu du temps notre dramaturge pour se mettre en place! Une poignée débordante d'artistes de la scène Française se joint à lui pour lui filer un gros coup de main. Parmi eux figurent des membres du groupe d'origine de Sparda, HANTERNOZ, où il officie en parallèle en tant que bassiste depuis un bon bout de temps maintenant...

Il est temps de s'asseoir et d'agir en tant que spectateur, auditeur et lecteur, car Le Noir Village se présente comme une narration fictive où les superstitions moyenâgeuses, les influences de l'opéra et la mise en scène théâtrale seront de mise...

Vous êtes désormais au douzième siècle dans un village de paysans en proie à moult problèmes du folklore local.

RIDEAU !

ACTE 1 : L'Horreur Des Lunes Pleines. -2 novembre 1132

Douce sonate à la guitare sèche voilant le chant des oiseaux l'instant d'un court instant au village du Cloaric. Un père, parle à son fils de la vie qu'il endurera en tant que paysan dévoué à son seigneur... Mais ce n'est là que le prélude d'une malédiction ligotant le pauvre père de famille. la lune dévoile sa pleine lueur ce soir-là et réveille le monstre velu, éloigné de sa femme et son fils. La transformation en Lycanthrope se fait sous une parcelle de rythmes Black simplistes très longue mais appuyé par Sparda qui évoque le dédoublement de personnalité du loup-garou et la malédiction que le père de famille subît ce soir-là, rendant ce passage très dramatique. Le choc de cette musique vient surtout de la rencontre mortelle entre le loup-garou affamé et Rodéric, interprété par Arnev de AEZH MORVAC'H, qui en subit les conséquences funestes...Envolée instrumentale vers un Trve/Black/Metal bien accueilli, cris de souffrance et déchaînement de la bête, ont l'audace de réveiller l'endormi du moment et le faire replonger dans l'histoire jusqu'à l'outro qui se finit sous une guitare sèche mélancolique.

ACTE 2, scène 1 : Cadavre Abandonné. -6 novembre 1132

On pleure la mort des deux malheureux dont leur bonne étoile les a malheureusement destinés à croiser le regard du lycanthrope. Cloches retentissantes, villageois révoltés et longues notes joués par une guitare en deuil avec les personnages fictifs. Le piano s'harmonise avec l'envolée des corbeaux.

ACTE 2, suite. -16 janvier 1133

Ce pauvre Rodéric a bien de la peine à dormir paisiblement jusqu'à la fin des temps, puisqu'une fois encore il est tombé sous les crocs d'un démon...Mais cette fois ci il est la créature. On suit la sortie de terre du zombie à la façon d'un film de George A. Romero, sous le voile bien crochu, une fois encore, d'un style Black/Metal classique effrayant surtout par son scream à la CARACH ANGREN. Un chœur céleste grandiose rend l'instant presque épique et restera vraiment gravé dans votre tête pour un bon moment. La pauvre veuve du malchanceux passe à son tour un mauvais quart d'heure d'agonie, dévorée par son défunt mari alors qu'elle dormait. On suit une fois encore le dédoublement de personnalité de l'antagoniste le rendant presque "attachant" grâce à la poésie littéraire des paroles. On finit bien comme il faut sur une bonne double des familles, du blast et un pétage de plomb Jazzy à la Ray Charles qui dynamise fortement le final du morceau.



ACTE 3 : Martyre D'un Tanneur. -30 novembre 1132

Prononciation exemplaire sur la place principale du Cloaric soutenue par un riff de guitare répété façon début de Crazy Train d'Ozzy Osbourne d'un ancien criminel, Grimoald, interprété par Hyvermor d'HANTERNOZ, condamné à purger l'éternité dans un donjon pour le crime horrifique de Rodéric, dévoré. Le style instrumental Black explosif dans l'album reste le même et continu très bien son boulot en augmentant le désir de faire vivre l'instant présent à l'auditeur. EMMENEZ LE !!! s'acharne le prêtre symbolisé par la voix de Géraud de Verehne ( BORGIA ) , sous les cris de désespoirs de l'homme qui se dit innocent. Arrivée des violons (Cam.L et LeksyK) permettant une entrée sordide dans la folie du protagoniste, les chutes de gouttes d'eau incessantes soulignent encore plus ce moment particulièrement stressant.

ACTE 3, suite. -7 juillet 1140

Il en a marre notre prisonnier, il veut revivre et c'est alors qu'un ange au timbre absolument épique, interprété par Lazareth d'ORDO BLASPHEMUS lui file un coup de pouce. Il le transforme en fantôme pour l'aider à trouver qui est le vrai coupable de ce blasphème nocturne et ainsi absoudre le vieux prêtre. Un bon moment de Psychedelic/Metal rend l'instant vraiment spécial...Vraiment. Il a trouvé QUI est le coupable... BAM Epic/Death/Black dans ta tronche mon p'tit, le Blast y est absolument épique et parfait, bravo à Ehrryk de GOTHOLOCAUST qui sait vraiment casser ses fûts.Ce loooooooooooooooooooooooooooooooooooooong morceau approchant les quinze minutes se terminent sur un sujet sonore un peu plus Mélodique/Death.

ACTE 4 : À l'orée du Mal, le Pacte interdit. -21 juin 1096

Retour bien en arrière dans le temps, on démarre sous une intro typique de l'album, les guitares sèches une fois encore omniprésentes. On y suit l'aventure d'Alaric, interprété par Lokaeda d'HANTERNOZ, (Ah bah oui ils sont là les copains), qui recherche l'attention d'une dame mais au prix fort. Un fond plutôt Heavy cette fois qui durera le temps d'une auto présentation du personnage... Le silence et une sensation de zénitude d'une cérémonie asiatique de par la variété d'instruments traditionnels proposés par Sparda. Pourtant on est dans une invocation démoniaque...Et voili voilou, le voilà le démon ! Un rythme atypique totalement groovy qui donnerait presque envie de danser suit la rencontre des deux personnages. Ah qu'il est beau ce solo de guitare, le premier et le dernier de l'album, interprété par Haement, qui gère aussi le démon histoire de bien faire le boulot jusqu'au bout. Fin remplie de zarb' et quelques notes au piano un peu surprenantes étrangement placées... Inattendu ça a du charme souvent.



ACTE 5 : Il Était Un Monstre Assoiffé de cœur. -28 novembre 1132

On rentre une fois encore dans un conte d'épouvante légendaire que toute personne a connue dans sa vie. Le vampire du château abandonné (Il est rarement dans un Hilton hein !) interprété par Oz d’ELECTRIC AGE qui possède son talent d'orateur et promet particulièrement un gros coup de cœur pour la ressemblance presque frappante au timbre de Bertrand Cantat sur l'excitation orale. Sparda est grandiose dans son placement de son amour pour l'orgue d'église...C'est grandiose et la composition générale est explosive voir épique!!! On ne parle plus de musique mais d'oeuvre artistique à ce point-là, "Il était un monstre assoiffé de cœur" est le titre phare de l'album sur la qualité instrumentale. Replay-->Replay-->Replay fois 100.

ACTE 6 : Sous Le Visage Avenant De La Mort. -10 Mai 1136

Grand bouquet final et révélation de toute cette foutue intrigue...Qui cause donc le malheur du Noir Village hein ? Encore de l'orgue d'église et des chœurs célestes discrets pour le commencement, rythme totalement psyché une fois n'est pas coutume et atypique. Éléonore, interprétée par Josie Frost de BLACK KNIGHT SYMFONIA soumet une voix d'opéra avec option : charme réussi. On continu sur la lignée de l'album, même sonorités, style proche des autres morceaux, mais toujours dans l'effet de surprise et l'innovation générale. Éléonore est la coupable et n'est autre que LA MORT!!!... L'ange l'a démasquée. La china du batteur est régulière et parfaitement rythmée, et mon dieu que tout le monde aime une china bien sexy comme celle-là à écouter de longues minutes, la révélation finale enchaîne tout le talent de composition de Sparda, des bols chantants font leur apparition sur un blast déjanté et épique digne d'un boss de Shadow Of The colossus. Fin de l'album sur un paragraphe final vraiment poétique et juteux à lire.

FIN ! °Applaudissements du public°

Toi qui est arrivé au bout de cette longue écriture, saches que ça n'est pas pour rien que le sens du détail a été porté à son maximum. Sparda et son projet Créatures laissent sans voix... sept ans de long travail entre la composition et la réalisation définitive de l'album Le Noir Village, c'est absolument gigantesque! On a devant nous un ensemble musical et un contenu atypique, tellement d'invités formidables ayant chacun contribués au projet...Premier album du genre Horror/Metal dans notre hexagone à se pourvoir d'une histoire aussi riche et intrigante, autant de complexités artistiques et d'originalité dans la sélection des instruments de Sparda ne peuvent que mériter une grande reconnaissance envers l'homme en question. Un artwork réalisé par Simon Hervé vraiment digne d'une couverture d'un conte fantastique et horrifiant représentant à lui seul chaque lieu de l'histoire du village maudit, on a hâte de voir le contenu rien qu'au regard. Le mix général, réalisé par I Luciferia de REVERENCE est professionnel et détaille exactement les sentiments que Sparda souhaite instaurer dans son histoire. N'écoutez pas les mauvaises langues qui pensent que le manque de régularité et de continuité dans une musique est une faiblesse, au contraire c'est une force de vouloir montrer tout son potentiel...Sparda montre une réelle passion et une grande diversité dans son projet Créatures. Un travail qui a demandé autant de temps et d'implication comme Le Noir Village, premier album du projet rappelons le, Mérite une heure d'écoute et de lecture intensive sans aucun regret.




Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :  
ExtraShuggah  



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Le Noir Village - Infos

Voir la discographie de Créatures
Infos de Le Noir Village

Sortie : 25 octobre 2016
Genre : Horror/Metal
Label : ANTIQ records
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. L'Horreur des Lunes Pleines (11:38)paroles de L'Horreur des Lunes Pleines
2. Cadavre abandonné (07:06)paroles de Cadavre abandonné
3. Martyre d'un Tanneur (13:24)paroles de Martyre d'un Tanneur
4. À l'orée du Mal, le Pacte interdit (09:06)paroles de À l'orée du Mal, le Pacte interdit
5. Il était un monstre assoiffé de Coeur (09:40)paroles de Il était un monstre assoiffé de Coeur
6. Sous le Visage avenant de la Mort (09:08)paroles de Sous le Visage avenant de la Mort
écouter : Ecouter l'album

Créatures

Albums chroniqués :
Chronique de Le Noir Village
Le Noir Village
2016

Créatures
Créatures
Voir la page du groupe
Création : 2008
Genre : Autre
Origine : France




Groupes en rapport


Carach Angren
Carach Angren
Voir la page du groupe
Création : 2003
Genre : Black Metal
Origine : Pays-Bas

Rapports de concerts:

Blasphème
Blasphème
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Heavy Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

CHINA
CHINA
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Hard Rock
Origine : Suisse


Albums chroniqués :
Chronique de Black holes and revelations
Black holes and revelations
2006

Muse
Muse
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Autre
Origine : Royaume-Uni


Rise Against
Rise Against
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Autre
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

The Offspring
The Offspring
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Autre
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Kveldssanger
Kveldssanger
1995

Ulver
Ulver
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Autre
Origine : Norvège

Rapports de concerts: