Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Breakin' Outta Hell

Chronique de Breakin' Outta Hell

Airbourne  - Breakin' Outta Hell (Album)

 7 
10

No ballads, no bullshit !



"No ballads, no bullshit"…c'est le gros sticker qui barre la pochette de Breakin' Outta Hell, le nouvel album d' AIRBOURNE. Au moins, on est prévenu, on sait où on met les pieds ! Et on commence à en avoir l'habitude avec eux ! Le line up reste immuable, à savoir l'énervé Joel O'Keefe au chant et à la guitare, secondé par les imperturbables David Roads à la guitare rythmique, Justin Street à la basse et le frangin Ryan O'Keefe à la batterie. Par contre, la maison de disque a changé puisque le groupe a quitté un Roadrunner en lente décrépitude pour aller se réfugier chez les Finlandais de Spinefarm Records. Heureux label qui récupère ainsi une valeur sûre du hard rock moderne ! Enfin moderne, si on veut…car ce n'est pas avec ce nouvel album que les Australiens feront taire leurs détracteurs qui leur reprochent leur manque de créativité et de personnalité ! Mais s'ils n'ont pas évolué d'un pouce depuis leurs débuts, les bougres proposent toujours une excellente alternative aux fans d'un AC/DC qui commence à méchamment sentir le moisi.

Et ce nouvel opus démarre sous les meilleures auspices avec la chanson titre "Breakin' outta hell". Du AIRBOURNE pur jus ! Pas de fioritures, il va droit à l'essentiel et n'étire pas ses idées sur des kilomètres. Le single "Rivalry" rappelle ensuite que le groupe n'est jamais aussi efficace que dans le mid tempo bien couillu. Impression confirmée par un "Get back up" du même tonneau. Leur hard rock festif et vitaminé fait toujours son petit effet … sauf que…la belle mécanique va malheureusement s'enrayer un peu ! A partir de "It's never too loud for me", le moteur se met doucement à toussoter et finit par caler ! C'est la panne d'essence ! Pas de bol car dans le désert australien, c'est une denrée rare, Mad Max pourra en témoigner ! Il faudra donc prendre son mal en patience et attendre sur le bord de la route le bon samaritain qui voudra bien nous dépanner. On commence à trouver le temps long…on s'inquiète….puis voici "Down on you" qui déboule. Ouf…enfin un peu de carburant pour relancer la machine ! Après nous avoir fait le coup de la panne, AIRBOURNE va ainsi beaucoup mieux finir !

"Never been rocked like this" maintient une belle allure, avant que le guilleret "When I drink I go crazy" et sa basse sautillante ne donnent un sacré coup d'accélérateur ! Les textes sont bien graisseux et feront sensiblement grimper votre taux de choléstérol. Un plaisir coupable comme on dit ! "Do me like you do yourself" ne démérite pas mais c'est surtout "It's all for rock n'roll" qui va retenir l'attention et s'avérer un véritable hymne, encore plus savoureux en live, comme bon nombre de titres du groupe d'ailleurs.L'édition limitée est agrémentée d'un excellent bonus avec "Bombshell", qui rappelle les meilleurs moments des Américains de KIX (groupe sous-estimé s'il en est !). Cette fin d'album fait plaisir aux oreilles et se montre plus conforme à ce qu'on est en droit d'attendre d'un groupe de la trempe d'AIRBOURNE.

Il n'empêche que cet album déçoit quelque peu, et c'est une première. Il fallait bien que ça arrive un jour ! Breakin' Outta Hell paraît en effet clairement en dessous des efforts passés. L'énergie est comme toujours au rendez-vous, mais l'inspiration fait parfois défaut, notamment en milieu d'œuvre. On leur pardonne volontiers cette petite baisse de régime, d'autant plus qu'en live, AIRBOURNE reste dément ! Mais attention à ne pas trop entamer son capital sympathie !




Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :  
 7 
10
Gandalflegris
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Breakin' Outta Hell - Infos

Voir la discographie de Airbourne
Infos de Breakin' Outta Hell
Table './nanoroux_bdd/images' is marked as crashed and should be repaired