Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Moonbathers

Chronique de Moonbathers

Delain  - Moonbathers (Album)

 8 
10

Un très bon cru...



2016 est une année bien chargée pour DELAIN. Le groupe met du cœur à l'ouvrage pour fêter dignement sa décennie d'existence (Lucidity s'était déjà en 2006 !) avec la sortie d'un EP en février (Lunar Prelude), la sortie d'un album Moonbathers ce 26 mai 2016, la participation à de nombreux festivals d'été (dont le Hellfest), et une grosse tournée européenne en fin d'année en compagnie d'EVERGREY et de KOBRA & THE LOTUS. Le 10 décembre 2016 verra l'apothéose de cette riche cuvée aura lieu le 10 décembre 2016 sur leur terre natale au Paradiso d'Amsterdam, avec un concert anniversaire qui sera filmé et enregistré pour ensuite sortir en cd et dvd. N'en jetez plus, la coupe est pleine, et revenons à l'actualité du moment , à savoir Moonbathers !

Depuis The Human Contradiction, le dernier album en date, DELAIN a procédé à quelques ajustements en incluant à son line-up une deuxième guitariste (Merel Bechtold) et un nouveau batteur (Ruben Israël remplaçant Sander Zoer). Cette formation s'était déjà fait les dents sur Lunar Prelude et on avait déjà pu constater que le son du groupe s'en était trouvé quelque peu étoffé, sans non plus être totalement chamboulé. Car DELAIN ne s'éloigne pas pour le reste de sa zone de confort et du style qui l'a rapidement propulsé (presque) tout en haut de la hiérarchie du metal symphonique. La pochette est une nouvelle fois l'œuvre de l'artiste Glenn Arthur dans son style néo-victorien. Les Néerlandais semblent avoir trouvé un credo esthétique parfaitement en adéquation avec leur univers musical. Et, comme le précédent, l'album est toujours produit par l'éclectique et immense Ted Jensen et autant dire que ça sonne bien comme il faut ! Le début nous montre toutefois un combo relativement plus agressif qu'à l'accoutumée. Sur "Hands of God", le chant de Charlotte Wessels épouse des tonalités qu'on avait pas forcement l'habitude d'entendre. Les growls d' Alissa White-Gluz (ARCH ENEMY, encore une habituée) viennent également lui prêter main-forte. Les orchestrations de Martijn Westerholt semblent avoir retrouvé une seconde jeunesse. L'excellent "Glory and the scum" marche ensuite sur les traces d'EPICA. Puis "Suckerpunch" et son refrain très efficace enfonce le clou d'une ouverture décidément enlevée et réussie.

Le mid-tempo "The hurricane" porte bien mal son nom et fait un peu retomber l'effervescence du début. Pas pour longtemps car "Chrysalis" voit alors éclore le talent de Charlotte Wessels. Elle éclabousse de toute sa classe cette ballade piano – voix. Ses vocalises rappellent la grande Tori Amos, ce qui n'est pas le moindre des compliments. Après cette belle claque, la suite s'avèrera un peu plus conventionnelle, mais non dénuée d'intérêt. On retiendra le très LacunaCoilesque "Pendulum" et l'entraînant "Danse macabre"qui devrait aisément trouver sa plénitude sur scène. Les Bataves se risquent également à la reprise (après "Cordell" des CRANBERRIES et "Such a shame" de TALK TALK sur Interlude). Ils s'attaquent à du lourd avec QUEEN et son chanteur mythique Freddie Mercury. "Scandal" n'est pas un des titres les plus connus (et pas à un des meilleurs à mon humble avis) et après tout, pourquoi pas. Mais la cover proposée n'est pas un franc succès et dénote vraiment trop avec le reste du cd, entre chœurs piqués à ABBA et louche de claviers empruntés au BON JOVI des débuts (celui de "Runaway" pour préciser ma pensée). Une face B de single aurait été préférable mais il faut bien faire avec. Le groupe s'offre heureusement avec "The monarch" une sortie autrement plus royale dans un registre quasi new age.

C'est déjà fini et on en voudrait un peu plus. A ce propos, il est d'ailleurs frustrant de reprendre deux titres déjà présents sur le EP Lunar Prelude (le rendant du coup un peu obsolète). Un petit reproche qui ne saurait cependant occulter l'excellente prestation d'un groupe maître de son art. Ce n'est pas avec des albums de la trempe de Moonbathers que DELAIN va être déchu de son statut de valeur sûre du metal symphonique.




Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :    
 8 
10
Gandalflegris
 9 
10
Waifai
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Moonbathers - Infos

Voir la discographie de Delain
Infos de Moonbathers

Sortie : 26 août 2016
Genre : Metal Symphonique
Label : Napalm Records
Playlist :
1. Hands of Gold (avec Alissa White-Gluz) (5:09)
2. The Glory and the Scum (4:03)
3. Suckerpunch (4:09)
4. The Hurricane (3:44)
5. Chrysalis - The Last Breath (5:25)
6. Fire with Fire (4:09)
7. Pendulum (3:41)
8. Danse Macabre (5:07)
9. Scandal (Reprise de Queen) (4:03)
10. Turn the Lights Out (4:15)
11. The Monarch (3:39)
écouter : Ecouter l'album

Delain

Albums chroniqués :
Chronique de Moonbathers
Moonbathers
2016

Chronique de Lucidity
Lucidity
2006

Delain
Delain
Voir la page du groupe
Création : 2002
Genre : Metal symphonique
Origine : Pays-Bas

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de The Unforgiving
The Unforgiving
2011

Chronique de Mother Earth
Mother Earth
2001

Chronique de The Dance
The Dance
1998

Chronique de Enter
Enter
1997

Within Temptation
Within Temptation
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Metal symphonique
Origine : Pays-Bas

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Exordium
Exordium
2003

Chronique de Decipher
Decipher
2001

Chronique de Prison of Desire
Prison of Desire
2000

After Forever
After Forever
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Metal symphonique
Origine : Pays-Bas


Queen
Queen
Voir la page du groupe
Création : 1970
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni


Albums chroniqués :
Chronique de What About Now
What About Now
2013

Chronique de Slippery When Wet
Slippery When Wet
1986

Bon Jovi
Bon Jovi
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis