Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Elusive reflections

Chronique de Elusive reflections

Persona  - Elusive reflections (Album)

Révélation



Le metal n’a désormais plus de frontières et les Tunisiens de PERSONA le démontrent en ce mois de février 2016 avec leur premier effort Elusive reflections. Ce jeune groupe ne se limite pas vraiment au metal symphonique auquel il est associé mais brasse les genres et propose une musique ambitieuse, entre modernité et tradition.

Le premier titre "Somebody else" marche dans les pas de LACUNA COIL . Les similitudes semblent évidentes, que ce soit dans les rythmiques ou la voix ensorcelante de Jelena Dobric. Mais l’élève dépasse ici le maître et les Tunisiens éblouissent, là où les Italiens déçoivent depuis quelques temps déjà. Le groupe semble avoir trouvée la formule gagnante tant convoitée et le deuxième titre enfonce brillamment le clou. Dans un registre plus accessible, qui fait de lui un single évident, "Blinded" déploie une nouvelle fois un sens aiguisé de la mélodie imparable et du refrain accrocheur. "Forgotten" revient à une tonalité plus sombre et atteint d’emblée des sommets grâce à une introduction aux subtiles effluves orientales. Les orchestrations trahissent parfois les origines du groupe mais celui-ci n'en fait pas un gimmick. Il les infuse avec parcimonie et de façon très naturelle.

Les titres se succèdent et on a de cesse d’être emporté par une musique pleine d’émotions et de richesses. Le combo oscille à merveille entre calme et tempête et sait jouer habilement sur la variété des ambiances. Les guitares savent se faire plus lourdes et procurer de belles montées d’adrénaline. L’excellent "Monsters" en est la parfaite illustration et surprend par sa vélocité, son solo aiguisé comme une lame de rasoir et ses growls inattendus. L’œuvre est aboutie et, chose rare, dénuée de chapitres faibles. On ne voit pas le temps passer et la fin de l’album approche hélas déjà. Le groupe se retire sur "The sea of fallen stars", épilogue paisible et sublime, qui nous transporte une dernière fois vers des horizons lointains.

Si PERSONA reprend des codes déjà établis, il le fait avec une telle inspiration et un tel talent qu’il les transcende allègrement. Les musiciens se montrent exemplaires et il est bien difficile de les prendre en défaut. On reste bluffé de savoir qu’ils sont pour la plupart autodidactes, seul Jelena Dobric ayant étudié le piano au conservatoire de Belgrade. Cette dernière est bien entendu en tête de proue. La Serbe livre une prestation sans fausse note et n’a rien à envier à ses plus illustres consoeurs. Elle est assurément un atout de premier plan pour le groupe, mais loin d’être le seul. Le guitariste Melik Melek Khelifa n’est pas en reste et dispense tout au long de l’œuvre des solos de grande classe, éloquents et techniques. S’ils sont moins sur le devant de la scène, Yosri Ouadda (guitare), Nesrine Mahbouli (basse) et Youssef Aoudi (batterie) n’en apportent pas moins à l’ensemble de très solides fondations. On oubliera pas la contribution décisive du claviériste Walid Bessadok, dont l’instrument occupe souvent une place essentielle dans les compositions, à l’instar d’un "Persona", sur lequel il défie la gratte au cours d' un duel épique.

Tout le monde apporte sa pierre à l’édifice dans un bel esprit de cohérence et d’unité. La production ne gâche pas ce beau travail et s’avère épatante de précision et de puissance pour une réalisation indépendante. C’est d’autant plus méritoire que l’enregistrement n’a pas franchement été une sinécure. Le chant a par exemple été enregistré dans une chambre à coucher au dessus d’un parasol recouvert de draps pour étouffer les réverbérations ! Le mixage a ensuite été effectué en France par Gwen Kerjan au Slab Sound Studios de Lorient. On ne peut que constater que les efforts du groupe ont trouvé leur juste récompense.

Impressionnant de justesse et de maturité, PERSONA livre un premier album en tous points remarquable qui mérite bien la note maximale. Le groupe démontre qu’il est encore possible de faire souffler un vent de fraîcheur sur sa discipline et nous donne une claque monumentale avec Elusive reflections. Messieurs les directeurs de labels, PERSONA n’attend plus que vous !




Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :  
Gandalflegris  



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Elusive reflections - Infos

Voir la discographie de Persona
Infos de Elusive reflections
Table './nanoroux_bdd/images' is marked as crashed and should be repaired