Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Greenferno

Chronique de Greenferno

Belzebong  - Greenferno (Album)



Environ deux ans sans rien de nouveau à ses mettre dans les esgourdes; après leur excellent premier album 'Sonic Scapes and Weedy Grooves' et leur succulent EP 'Dungeon Vultures', voilà un opus que l'on attendait impatiemment. Nos doomeux enfumés, nos polonais favoris sont de retour avec 'Greenferno' en ce mois d'octobre 2015. Un nouvelle pépite de stoner doom instrumental, assez fortement influencé sludge.
Nous voilà repartis pour un voyage loin dans les entrailles les plus noires de votre lobe frontal et de votre hippocampe, écoutez l’Ode à la douille résonner dans votre crâne. Laissez se déverser en vous les flots irrépressibles de dopamine et faites avec nous l'apologie de la sainte herbe.

Le trip commence avec Diabolical Dopenosis, premier morceau mis en ligne par Belzebong en tant que teaser de Greenferno, quelques semaines auparavant. Dès les premières secondes, tu sais que tu vas en prendre plein la tronche et que ça va être purement jouissif. Comme souvent dans les morceaux de sludge, des samples d'extraits de dialogues et de discours sur la glorieuse weed ponctue l'album à maintes reprises. On est contents de retrouver Belzebong. Comme à leur habitude, c'est un déluge de fuzz, de gras, de bûches, parmesé de notes subtilement bluesy. Sur certains riffs, je note une influence Sleep / OM assez importante. Normal, j'imagine; entre Weedians, le courant passe (et pas que)!
On enchaîne sur Inhale in Hell (veuillez noter le jeu de mots, haha) qui se trouve être le morceau le plus long de cet opus. C'est parti pour 10 minutes et 31 secondes de grosse jam psychédélique, plus sombre que d'habitude, cette fois-ci. On se perd dans des pensées morbides, tout semble glauque. Argh, c'est un début de bad trip. On entend une sorte de wah saccadée, comme un écho; on c'est pas trop si c'est vraiment là ou si on est juste over-défoncé. Puis on s'enfonce, dans un sorte de spirale infernale. Est-ce que tout ça est bien réel? La paranoïa. La folie. On se sent lourd, on s'enfonce dans ce putain de canapé. Tout est lourd, tout nous écrase, on arrive à peine à bouger. Nos pensées se perdent dans des délires insensés.
Le temps d'une inspiration, ça va un peu mieux, on ne sait pas trop s'il s'est passé une décennie ou une dizaine de minutes.
Et c'est là que Goat Smoking Blues nous tombe dessus. Cette intro, c'est un cliché sludge. Un sample, une basse bien grasse, quelques larsens. Mais qu'est-ce que c'est bon! L'adage 'Tune Low, Play Slow' prend tout son sens. C'est du Belzebong quoi. Ces mecs font partie des groupes qui ont réussi à avoir leur son à eux. Oh, encore un de ces solos sauce Funkadelic en arrière plan. Ce que j'admire chez ces types (comme chez pas mal d'autres groupes du genre), c'est que, selon je ne sais quel procédé, ils arrivent à créer un morceau avec un riff et demi, sans qu'on finisse par s'en lasser.
Puis enfin, pour clore l'album, Undertoker commence. On sent que là encore, va y avoir de la bûche. Belzebong, c'est aussi le couplage parfait entre fuzz, disto, overdrive et wah. Le tout accompagné d'un gros accordage super bas, qui accentue encore cette lourdeur, ces riffs massifs, groovy et bluesy. Et puis tu vois cet énorme pachyderme des enfers qui marche d'un pas lent, lourd, écrasant, avançant vers toi dans cette épaisse brume verte, menaçant. Mais toi, tu peux pas t'enfuir, t'es encore cloué au fond de ton canapé. Tu le regardes marcher lentement vers toi, te fixer de ses petits yeux fluorescents. T'entends des gens parler, mais tu comprends pas tout. Des rires, mais ces rires te semblent malsains. Puis heureusement, tout finit par s'estomper petit à petit.
Une fois le trip terminé, tu prends du recul. Rien de particulièrement innovant. Mais c'est exactement à ça qu'on s'attendait venant de Belzebong. Et on est contents.

Greenferno sort sur LP, CD et cassette, via Emetic Records.
Artwork par Sheepy Dude, le bassiste.

Belzebong est actuellement en tournée européenne, baptisée (certainement à juste titre) ‘Bake the Dead’ tour.

02.10 Würzburg / Immerhin / DE
03.10 Pratteln / Up In Smoke / CH
04.10 Freiburg / White Rabbit / DE
05.10 Strassbourg / TBA / FR
06.10 Nantes / Le Scene Michelet / FR
07.10 Paris / Glazart / FR
08.10 Villeurbanne / Hotel de la Musique / FRA
10.10 Antwerp / Desertfest / BE
13.10 Amsterdam / The Cave / NL
14.10 Emsdetten / Treffpunkt 13drei /GER
15.10 Solingen / Waldmeister / DE
16.10 Chemnitz / Talschock / DE
17.10 München / Keep it Low / DE



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Greenferno - Infos

Voir la discographie de Belzebong
Infos de Greenferno

Sortie : 7 octobre 2015
Genre : Stoner/Doom Instrumental
Label : Emetic Records
Playlist :
1. Diabolical Dopenosis (8:49)
2. Inhale in Hell (10:31)
3. Goat Smokin' Blues (06:04)
4. Undertoker (09:47)
écouter : Ecouter l'album

Belzebong

Albums chroniqués :
Chronique de Greenferno
Greenferno
2015

Belzebong
Belzebong
Voir la page du groupe
Création : 2008
Genre : Sludge Metal
Origine : Pologne




Groupes en rapport


Bongzilla
Bongzilla
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Sludge Metal
Origine : États-Unis


Dopethrone
Dopethrone
Voir la page du groupe
Création : 2008
Genre : Doom Metal
Origine : Canada


Sleep
Sleep
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Doom Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Black Masses
Black Masses
2010

Chronique de Black Masses
Black Masses
2010

Chronique de Dopethrone
Dopethrone
2000

Electric Wizard
Electric Wizard
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Doom Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts: