Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Shogunate Macabre

Chronique de Shogunate Macabre

Whispered  - Shogunate Macabre (Album)

Jenova, bushido et Yuki-onna.



On dit que le Japon a été fait par un sabre. On dit que les anciens dieux ont plongé une lame de corail dans l'océan et que lorsqu'ils l'ont retirée, quatre gouttes parfaites se sont retrouvées dans la mer, et que ces gouttes sont devenues les îles du Japon. Moi, je dis que le Japon a été fait par une poignée d'hommes courageux, des guerriers prêts à donner leur vie pour ce qui semble être devenu un mot oublié : l'honneur.


- La voix off du début du film "Le Dernier Samouraï" sorti en 2003.

Rah, le thème des Samouraï et de la mythologie Japonaise est un univers bien vaste... Bien exploité depuis tout ce temps, on ne compte plus le nombre de films à ce propos, entre 47 Ronins, l'esprit vengeur Ju-On de The Grudge ou tout simplement les adaptations mangas représentant certains dieux de la mort... Les Shinigami de Death Note et Enma de Dragon Ball pour ne citer qu'eux. Et pour aider les plus jeunes, la légende du démon kyūbi no kitsune, comparé au renard à neuf queues de Naruto, tu sais la créature énorme qui fracasse tout Konoha et, après être scellé dans le corps du héros, rend celui-ci triste et détesté de tous ? Non ? Bah ça va, tout est dans le premier épisode au pire, rien n'est jamais trop tard pour découvrir.

" Tu te prends pour un Michel d'Allo Ciné maintenant ? "

Non mais concrètement c'est sympa de s'intéresser, les adaptations septième art sur le Folklore et l'histoire du Japon c'est pas ce qui manque maintenant ni ce qui manquera dans vingt ans pour sûr mais... Ce qui nous intéresse c'est la musique qui en découle de tout cet univers d'honneur, de gloire et d'esprits bienfaisants ou vengeurs, donc on s'en va pour le...

" Bah le Japon ! "

Loupé, on va en Finlande. Étonnant tout de même oui, on sait que les Finlandais sont très créatifs et artistiques dans le monde du Metal, mais là c'est une première dans le coin et c'est plutôt rare. Résumons, ALESTORM a le Pirate/Metal, EX DEO a le Roman/Metal et SKÁLMÖLD a le Viking/Metal... Alors c'est logique pour eux sachant que leur thème est historique à leur pays. Mais en Finlande, on a rarement vu des Kaijū et des carpes inoffensives se transformer en putain de dragons dans leurs écrits et contes...Alors c'est qui les fauteurs de troubles à la longue chevelure façon Sephiroth ? (La mort d'Aeris, on l'oublie pas, même vingt ans après enfoiré.)

WHISPERED est un quatuor originaire de Tampere en Finlande. Créé en 2004 par le chanteur/Guitariste Jouni Valjakka, le groupe se qualifie d'Epic/Melodic/Death/Metal avec des éléments folk Japonais... Mais considéré par tous ( Et par nous aussi oui ) comme Samouraï/Metal c'est bien plus classe et révélateur. Le groupe n'a cessé d'évoluer en proposant plusieurs démos au début de leur carrière...Bloodthroned en 2004 Blindfold en 2006 et Wrath Of Heaven en 2007 puis un album qui marquera le début du genre malgré un manque de perfection, de production et de qualité du scream, Thousand Swords en 2010 après la signature d'un contrat avec la maison de disques Redhouse Finland Music Publishing qui restera forte jusqu'à aujourd'hui avec la sortie de leur dernier album Metsutan - Songs of the Void en 2016. Mais il en manque un en particulier qui a bousculé les codes et perfectionné le style du groupe... Shogunate Macabre sorti en 2014. Leur dernier album est considéré comme le plus abouti du groupe mais bon... si Shogunate Macabre, lui, n'est pas abouti, on sait pas ce qu'il vous faut.

Un artwork dans la thématique et annonciateur de bienfaisance apocalyptique dans les oreilles... Réalisé par l'artiste Japonais TOK, dont l'univers artistique et le coup de pinceau sont incroyables, la cover de l'album Shogunate Macabre est la représentation d'un général Samouraï fantôme (yokai-samurai/shogun comme décrit par l'artiste.) dont le corps est recouvert d'âmes humaines. Si c'est pas encore assez badass pour l'ouvrir cet album, vous n'avez surement pas encore admiré les pages internes qui sont splendides et méritent le coup d’œil... Le plus de fois possible.

( Nota Bene : La version Japonaise de Shogunate Macabre contient deux covers bonus en plus de l'album, dont une sur laquelle il va falloir bien se peigner avant d'y prêter une oreille nostalgique. )

Premier morceau, première ambiance, première voix d'introduction et c'est parti... "Jikininki" fait découvrir l’intérêt culturel de WHISPERED ainsi que sa technique instrumentale et c'est clairement pas de la m*rde, vraiment. Un scream frappant, le même qu'ENSIFERUM à vrai dire. La première double pédale fracassante supplément riffs rapides suivant chaque partie de scream en solo et la sauce instrumentale Japonaise en extra donne une atmosphère dingue... A peine dans l'album que le groupe arrive déjà à nous faire sortir le sabre du fourreau (Non, il n'y a aucune image sale derrière, vicieux). On ressent tout de suite l'évolution faramineuse en quatre ans depuis leur premier album expérimental aux avis très mitigés Thousand Swords.



On garde le katana en main, les éléments folk Japonais sont présents une fois encore sans trop en abuser mais assez pour TOUJOURS garder ce sentiment d'être dans un univers japanisant entre l'ère Heian et l'ère Meiji ( Selon les premiers et derniers écrits : Arrivée et fin des Samouraï ). "Hold The Sword" se compose de riffs très mélodiques... Immersion dans une guerre ? Totalement. Les chorus accompagnés pour la première fois par les éléments folks rajoutent déjà la première saveur locale manquante et rendent ce début d'album majestueux. En termes de comparaison à ce sujet, les grands Taïwanais de chez CHTHONIC ou bien encore TENGGER CAVALRY, un groupe tout droit en provenance des grandes plaines Mongoliennes... Chacun de ces groupes sachant jouer de moult instruments traditionnels asiatiques. WHISPERED, eux aussi, selon les interviews, jouent d'un vrai Shamisen mais pour les autres instruments, ont beaucoup de mal forcément à dénicher des artistes du genre qui s'intéressent à d'aussi gros projets et doivent donc, en l’occurrence, s'engager dans des processus budgétaires et sociales compliqués afin de composer.

"Fallen Amaterasu" au nom évocateur traduit par 'la chute de la déesse du soleil'... Est le morceau le plus épique de l'album, le groupe a énormément pioché dans les cœurs et chorus épiques tout en ajoutant une symphonie en arrière plan magistrale. Le jeu de gratte est tout simplement génial, la technique est incroyable et putain que oui, on entend la basse, dieu merci ! Le combo batterie + basse + cœurs donne un vrai coup de chaud atmosphérique et ce finish, soutenu par un blast, est digne d'un assaut épique seul contre tous comme dans le film "La cité interdite".

Un peu de relaxation avec un petit bassin Japonais, l'eau qui coule et les grenouilles qui coassent c'est sympa et relaxant, non ? Bah on va rajouter un peu de contrebasse par-ci par-là tiens pour ajouter un effet inquiétant façon "Dents de la mer"... Et un petit Erhu pour s'y remettre, l'orchestre Folklorique a fini on peut revenir dans la bagarre ! Dans "Kappa", Les riffs sont très vifs et Viking/Metal comme MANEGARM et, ce petit breakdown au scream plus grave que d'habitude, sonne comme AMON AMARTH et, donne un coup de pied retourné ainsi qu'une douce discussion ( Ou pas ! ) entre guerriers venus de deux mondes impitoyables. ( BASTON !!! dirait le barbare de Naheulbeuk ) Mais alors pour le coup, une chose est assez inattendue... Un passage Jazz s'incruste, que viens-tu faire ici toi ? "Je dessine mes influences venues de tous les genres de Metal en passant jusqu'au Jazz le plus lisse possible" : Cité dans une interview de Jouni. Ah bon, bah d'accord autant pour nous ! Mais c'est surprenant tout de même, la Nouvelle-Orléans c'est loin pourtant, mince...

Pas le temps de réfléchir, "One Man's Burden" est la suite logique de son prédécesseur, la transition se fait admirablement bien. L'impression d'être resté sur le même morceau en fait, enfin juste pour l'introduction hein ! Étonnamment les points intéressants de ce morceau seront... La guitare soliste, qui rappellerait la reprise du thème du parrain avec "The Gorefather" de nos Français des BANANE METALIK ainsi que le refrain en chorus dont la répétition quotidienne sera la hantise de votre crâne. On se croirait dans un film triste qui raconterait la chute d'un empire ou d'une bataille !

ATTENTION ! Vous allez désormais franchir un pas de plus vers la perfection... On répète une fois encore ? PER-FE-CTION. Pour tous fans de Melo/Death, ce morceau fera trembler les plus braves. Difficile de faire mieux en fait et c'est cette musique qui aurait du pousser le groupe à être bien plus reconnu mondialement qu'à ce jour... "Lady Of The Wind" est le morceau que vous écouterez en boucle, en boucle, en boucle, en boucle jusqu'à votre mort. Impossible de se lasser de l'introduction avec ses coups de vents, son ambiance toujours aussi folk et de ce riff de guitare incroyable se répétant tout au long du morceau, mais là, on parle d'une dame en particulier. Yuki-Onna, la femme des neiges et des tempêtes comme expliquée dans la légende, est une sorte de Succube à la peau inhumainement blanche généralement représentée avec un kimono blanc. On ne connait pas vraiment sa bienfaisance ou l'inverse mais apparemment elle était démoniaque jusqu'au XVIII eme siècle et, depuis, est considérée comme un guide pour personnes égarées dans la montagne... Et c'est de cette bienveillance là que le groupe s'inspirera pour en faire un réel chef d'oeuvre musical. Doit-on spoiler le riff de guitare vraiment ? Doit-on dire du bien des paroles qui sont d'une poésie immersive hors du commun ? Evidemment , mais ce genre de morceau sera notre cadeau surprise. Vous avez confiance n'est ce pas ?



Difficile de s'en remettre de cette musique ? On comprend, c'est pareil de notre côté... Va bien falloir continuer l'aventure avec "Unrestrained" et son solo de guitare badass, ainsi qu'un refrain à la voix DREAM THEATER... Putain ouais, les mecs sont vraiment dans tous les thèmes. Rien n'est hors-sujet vu que le coté Folklore Japonais est toujours là, et toc !

Allez, on est à la fin, et c'est un cadeau qui se mérite... Un morceau d'une dizaine de minutes, oui monsieur ! Avec un titre qui fout une claque dans la gueule, oui monsieur ! "Upon My Honor" achève le plus colosse d'entre vous, simplement, à cause de quoi ? Une fois encore, le riff de guitare épique n'arrange pas les choses, ça en devient insultant pour les autres groupes de faire des compositions à la gratte aussi puissantes et mémorables. On balance toute la sauce restante symphonique en réserve, la basse pointe du nez une fois encore et ça fait du bien. Tous ces instruments et harmonies Japonisantes sont d'une vraie douceur auditive. Le solo fait mal... Mais encore et toujours le riff de guitare épique du début vient finir l'album, vous êtes des enfoirés les mecs.

Bonus : Comme dit avant, l'édition Japonaise contient deux covers mais une en particulier qui rendra nostalgique les passionnés du jeu-vidéo Japonais... C'est une cover du battle theme "Let The Battles Begin" réalisé par le célèbre compositeur Japonais Nobuo Uematsu, issu du JRPG mondialement réputé Final Fantasy VII réalisé par Square Enix en 1997... Joyeux vingt ans !



C'est une douleur qui ne partira jamais, c'est certain... WHISPERED te plante le katana dans le ventre, le fait virevolter de droite à gauche histoire que tes tripes soient bien à l'air et, le sort pour te décapiter une bonne fois pour toute histoire de plus t'entendre. Shogunate Macabre sorti en 2014, est le renouveau du groupe quatre années après le mitigé Thousand Swords et deux années avant le tout aussi culte Metsutan: Songs of the Void. Une ambiance incroyable tout au long de l'album, un jeu de guitare inouï et un doux mélange harmonieux et puissant entre Folk Japonais et Mélodique/Death/Metal font de cet album une vraie perle rare... Pourquoi ce groupe n'a t-il donc qu'une "petite" réputation ? Difficile à savoir... Néanmoins, les Finlandais de WHISPERED connaissent bien l'histoire et les mythes du pays du soleil levant, ainsi que, comment amener le plus qui fera de ce groupe l'un des plus adulé de son époque par les fans du genre et de la culture Japonaise-Bouddhiste



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :  
ExtraShuggah  



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Shogunate Macabre - Infos

Voir la discographie de Whispered
Infos de Shogunate Macabre

Sortie : 7 février 2014
Genre : Melodic Death Metal
Label : Redhouse Finland Music
Playlist :
1. Jikininki (5:10)
2. Hold the Sword (5:22)
3. Fallen Amaterasu (5:08)
4. One Man's Burden (4:22)
5. Kappa (5:10)
6. Lady of the Wind (6:46)
7. Unrestrained (3:20)
8. Upon My Honor (10:00)
écouter : Ecouter l'album

Whispered

Whispered
Whispered
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Finlande




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Stained
Stained
2004

Chronique de Stained
Stained
2004

Imperanon
Imperanon
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Death Metal
Origine : Finlande


Albums chroniqués :
Chronique de Liberation = Termination
Liberation = Termination
2007

Mors Principium Est
Mors Principium Est
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Finlande


Albums chroniqués :
Chronique de Wintersun
Wintersun
2004

Wintersun
Wintersun
Voir la page du groupe
Création : 2003
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Sabre
Sabre
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis