Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Obedience Thru Suffering

Chronique de Obedience Thru Suffering

Crowbar  - Obedience Thru Suffering (Album)

Tu me prêtes ta pipe à eau ? Non, c'est mon mien !



Quand Kirk Windstein entra au sein d’Exhorder pour laisser The Slugs à l’abandon, il ne savait pas à quel point le groupe lui manquerait. Il ne lui fallut pas très longtemps pour comprendre cela et reformer la bande entourée de Todd Strange, de Craig Nunenmacher et de Kevin Noonan … Pour ce nouveau départ, The Slugs prend le nom de Crowbar en 1991 et sort une première galette la même année, Obedience Through Suffering …

Tout droit venu des terres humides de la Louisiane, le groupe s’imprègne de cette culture garage qu’on retrouve dans cet état, souvent délaissé des Etats-Unis … ce même endroit où le jazz brillait grâce à des artistes de talents, comme Louis Armstrong entre autre.

Un talent qu’on retrouve chez Crowbar, mais pas du tout dans le même domaine. Pour la plupart issue de combo hardcore/punk, le son que propose le groupe est gras, teinté d’une touche timide de hardcore. L’intensité des chansons se fait remarquer par cette lourdeur, comme si vous passiez dans une broyeuse, très lentement … une sensation qu’on retrouve également dans cette voix rocailleuse bourrée d’émotion sur Waiting In Silence et poussée à l’extrême sur I Despise.

Les guitares ne sont pas en reste, des riffs affûtés et transpirant, tout en groove mid-tempo. Très caractéristique de ce premier album, jouant sur l’intensité et la résistance de l’auditeur. Puisque oui, Crowbar n’est pas très facile d’accès dès les premières notes. Il faut que vos oreilles s’habituent à cette ambiance mouillée et enfumée, avec cet Obedience Thru Suffering venant tout droit d’un entrepôt dégueulasse où ça sent la putréfaction et la gerbe de rat. Le côté hardcore se retrouve dans cette production sale et dégueulasse, donnant un charme supplémentaire à cette musique agonisante où les contretemps se font naturellement, sans pression, mais avec beaucoup de retenue et de maitrise.

Car oui, les membres de Crowbar savent utiliser leurs instruments, sans en faire trop, jouant sur l’efficacité des titres et sur une atmosphère grasse. Voilà les origines du sludge … une pincée de riffs grassouillets, d’une batterie plombant et présente de bout en bout, une basse résonante et d’une voix engouffré et caverneuse.

Malheureusement, cet opus n’aura pas l’accueil qui lui est dû. Ne représentant qu’une vile partie historique de ce nouveau genre. Obedience Through Suffering est bien plus que cela et si Crowbar n’avait pas fait mieux par la suite, il aurait sans doute eu le titre de culte. Fort heureusement pour les fans, Crowbar continuera sa petite vie, rencontrant Phil Anselmo pour bosser sur le deuxième album. Le début d’une grande amitié entre le leadeur de Pantera et Kirk Windstein que l’on retrouvera peu de temps après dans Down ...

(0) Modifier l'article
par Choko, le 25 octobre 2009
Voir toutes les chroniques de Choko
 6 
10

Et Kirk Windstein créa la lourdeur



Montons dans la Dolorean et voyageons dans le passé, soit 20 ans en arrière avec la sortie du premier album de Crowbar, "Obedience Through Suffering". La Nouvelle Orléans a toujours été précurseur dans le domaine du métal avec une scène heavy métal très prolifique dès la fin des années 80. Au début des années 90, la Louisiane va même jusqu’à obtenir son propre son, mélange de doom métal, de thrash métal et de hardore / punk avec le groupe Exhorder, le sludge doom était né.

Ce style, alliance de la lenteur et des atmosphères doomesques avec la puissance et l’agressivité du hardcore et du punk, fait vite des émules et voit naître une véritable scène. Des groupes comme Eyehategod, Acid Bath et Crowbar font partis des groupes pionniers du genre. Aujourd’hui, Eyehategod et Crowbar sont souvent cités comme références, notamment par des groupes comme Mastodon ou Kylesa, mais essayons de faire abstraction de la renommée de Crowbar] et mettons-nous à la place d’un métalleux des années 90.

Si je suis un métalleux des années 90, je me retrouve face à un mélange des genres, puisque ces années ont été riches en fusion de tout genre : rap métal, hardcore, métal progressif, métal industriel, néo métal, etc. Il est donc difficile pour le sludge de se faire une place, surtout que le style reste assez méconnu. Et pourtant, quand on a entre les mains le premier album de [[Crowbar
, on sait que notre vision du métal va être chamboulée.

Dès les premiers accords de "Waiting in Silence", le son est lourd, gras, assommant et intense. Il ne ressemble à aucune autre, ce qui fait l'originalité de Crowbar. Il va s'en dire qu'une autre particularité de Crowbar, outre ce son énorme et sans concession, est la voix de Kirk Windstein. Véritable âme du groupe, Kirk est à l'origine du groupe, possède un grand talent que ce soit dans Crowbar, mais aussi au côté de Phil Ansemo avec Down et a la chance d'avoir une voix reconnaissable entre toute. Rocailleuse, grasse, cette voix était une véritable torture pour l'auditeur de l'époque.

La lourdeur est représentée par la voix, la guitare (drop B pour les guitaristes), mais aussi par la basse qui a une grande place dans la musique de Crowbar. Chaque claquement de cordes, chaque supplice subit par l'instrument est perceptible.
"Obedience Through Suffering" n'a pas marqué les esprits à l'époque, et ne marque pas le mien non plus. Tout simplement parce que les albums suivants du groupe sont plus aboutis, plus recherchés. Dans cet album, Crowbar cherche à maîtriser le sludge, mais tombe dans la répétition, et on tourne vite en rond jusqu'à la fin de l'album. La musique n'est pas exploitée à sa juste valeur et quand on connaît le potentiel du groupe, il est difficile d'être satisfait de cet album.

Si le sludge ne vous est pas familier, si Crowbar est juste un nom, si la définition de lourd n'est pas clair, je vous conseille le 5ème album du quatuor "Odd Fellows Rest" et notamment le fameux "Planets Collide" qui me donne encore des frissons aujourd'hui.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Obedience Thru Suffering - Infos

Voir la discographie de Crowbar
Infos de Obedience Thru Suffering
acheter sur Amazon
Sortie : 26 septembre 1991
Genre : Sludge Metal
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Waiting in Silenceparoles de Waiting in Silence
2. I Despiseparoles de I Despise
3. A Breed Apartparoles de A Breed Apart
4. Obedience Thru Sufferingparoles de Obedience Thru Suffering
5. Vacuumparoles de Vacuum
6. 4 Wallsparoles de 4 Walls
7. Subversionparoles de Subversion
8. Feeding Fearparoles de Feeding Fear
9. My Agonyparoles de My Agony
10. The Innocentparoles de The Innocent
écouter : Ecouter l'album

Crowbar

Crowbar
Crowbar
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Sludge Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Behind the Blackest Tears
Behind the Blackest Tears
2010

Kingdom Of Sorrow
Kingdom Of Sorrow
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Sludge Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:


Torture
Torture
Voir la page du groupe
Création : 1986
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Down II: A Bustle In Your Hedgerow
Down II: A Bustle In Your Hedgerow
2002

Chronique de NOLA
NOLA
1995

Down
Down
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Sludge Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Era Vulgaris
Era Vulgaris
2005

Queens Of The Stone Age
Queens Of The Stone Age
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Sludge Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Mastodon
Mastodon
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Sludge Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Eyehategod
Eyehategod
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Sludge Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: