Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Burn My Eyes

Chronique de Burn My Eyes

Machine Head  - Burn My Eyes (Album)

 9 
10

The baffe in the tronche



Franchement, qui était fan de Vio-Lence, l'ancien groupe de Robb Flynn ? Un ou deux au fond de la salle et un autre dehors (ben oui, la loi est la loi, il fume sa cigarette à l'extérieur) ? Et pourquoi ce désaveu ? A cause de la voix du chanteur ? Bingo ! Le jackpot est décroché.

Et face à ce constat de semi-échec déplorable en vue des qualités développées, Robb Flynn met fin à Vio-Lence et monte un nouveau projet, Machine Head autour de Logan Mader (guitare, impressionnament tatoué), d'Adam Duce (basse) puis après coup, de Chris Kontos (batterie). Burn My Head sort en 1994, une année pas franchement bénie pour le thrash, style qui se voyait réduit à peau de chagrin, bouffé par l'avènement du death qui se montrait évidemment plus brutal. Les anciennes gloires du genre avaient viré heavy metal (Metallica et Megadeth), d'autres avançaient à cloche pied (Testament, Slayer) et le neo émergeait et s'apprêtait à prendre une sacrée part du gâteau. En Europe, la mouvance extrême était représentée par le death mélodique de Göteborg qui en était encore à ses balbutiements ou à l'invasion obscure des combos de black metal.

Et pourtant, ce Burn My Eyes n'est pas passé inaperçu. Déjà, il y a cette pochette, malsaine, dérangeante. Comme si un homme était frappé par un tir de Taser dans les yeux (vive l'extrapolation avec les faits de société modernes). Puis, à la lecture du verso, des titres aux noms significatifs : Davidian, The Rage To Overcome, Blood For Blood... De quoi nourrir la curiosité des plus réticents. Puis il y a la musique en elle-même.

Une chose est évidente, Machine Head représente une cassure avec le son des eighties. Nettement moins syncopé, haché, au contraire ! Fluide, puissant, brutal, le groupe offre au thrash une mue salvatrice, entre une efficacité toute slayerienne et un sens du riff à la Pantera. Cette fois-ci, Robb Flynn s'occupe également du micro et son chant grave, rugueux, est loin des stéréotypes du genre. L'ensemble est dur, les paroles sont frappantes. Flynn se base sur l'actualité de son époque pour des textes d'excellente facture, autre point fort de cet album. Que dire de Davidian et son "Let freedom ring with a shotgun blast" hurlé avec la rage du désespoir, désespérément culte, terriblement cruel. En 1994, la tragédie de Waco était encore très présente dans les esprits et ce titre laisse un goût de cendre en bouche. A noter cette introduction monstrueuse à la batterie et le riff assassin qui s'ensuit pour ce qui est l'un des tous meilleurs morceau de Machine Head.

Mais Burn My Eyes ne se limite pas à ce titre, judicieusement placé en ouverture. Old st une autre tuerie radicale au même titre que le heavy Block. Mais le groupe sait également varié les plaisirs et approcher un style plus mélodique comme sur Death Church ou I'm Your God Now où Flynn dévoile vraiment tout son talent de chanteur. On reste facilement scotché par un riff, enivré par un solo dévastateur et atrocement jouissif, béa devant les parties de batterie absolument énormes qui émaillent ce disque. Rien n'est laissé au hasard, ni dans la composition ni dans l'agencement des morceaux et il est bien difficile de déceler un point faible au milieu de ce maelström sonore. Du coup, on pointe le livret du doigt, ridicule, qui se montre bien minimaliste par rapport à une oeuvre si généreuse. Ou peut-être Real Eyes Realize Real Lies qui n'apporte pas grand chose à l'ensemble du haut de ses deux minutes quarante cinq, histoire de chipoter un peu.

Burn My Eyes est un disque varié, mais épais, lourd, racé. L'avènement d'un nouveau style de thrash, brutal et bienvenue pour toute une école destinée alors à une lente et horrible agonie. Ce n'est pas un hasard si Slayer a invité le jeune groupe à ouvrir pour eux en compagnie de Biohazard la même année et ce n'est pas innocent si le public de la bande à Tom Araya, connu pour son élitisme, a chaudement accueilli Machine Head. Un géant est né, mais un géant aux pieds d'argile.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Raaaah bordel de putain de chiotte ! (On est pas censuré j'espère ^^)
Cet album est une pure merveille ! Ça fait des années que je l'écoute et c'est toujours pareil, toujours les même frissons sur les même soli ! Une vraie histoire d'amour !
Le côté hardcore, la rage et l'efficacité sont rares pour un premier album, pourtant, je l'estime culte !
Bref, Burn My Eyes, c'est du rustique, du vrai !

mar. 13 oct. 09- 00:05  
Cet album est TOO POWERFUL !
dim. 12 juin 11- 19:48  


Burn My Eyes - Infos

Voir la discographie de Machine Head
Infos de Burn My Eyes
acheter sur Amazon
Sortie : 9 août 1994
Genre : Groove Metal / Thrash
Label : Roadrunner Records
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Davidian (4:55)culte !culte !écouterparoles de Davidian
2. Old (4:05)à écouter en premierécouterparoles de Old
3. A Thousand Lies (6:13)à écouter en premierparoles de A Thousand Lies
4. None But My Own (6:14)paroles de None But My Own
5. The Rage to Overcome (4:46)paroles de The Rage to Overcome
6. Death Church (6:32)paroles de Death Church
7. A Nation on Fire (5:33)paroles de A Nation on Fire
8. Blood for Blood (3:40)à écouter en premierparoles de Blood for Blood
9. I'm Your God Now (5:50)paroles de I'm Your God Now
10. Real Eyes, Realize, Real Lies (2:45)à écouter en premierparoles de Real Eyes, Realize, Real Lies
11. Block (4:59)paroles de Block
écouter : Ecouter l'album

Machine Head

Albums chroniqués :
Chronique de Catharsis
Catharsis
2018

Chronique de The Blackening
The Blackening
2007

Chronique de The Blackening
The Blackening
2007

Chronique de Elegies
Elegies
2005

Machine Head
Machine Head
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Bound, Gagged and Blindfolded
Bound, Gagged and Blindfolded
1997

Skinlab
Skinlab
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de VII: Sturm Und Drang
VII: Sturm Und Drang
2015

Chronique de Wrath
Wrath
2009

Chronique de Sacrament
Sacrament
2006

Chronique de Sacrament
Sacrament
2006

Lamb Of God
Lamb Of God
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Marilyn Manson
Marilyn Manson
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Dagoba
Dagoba
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de 10 000 Days
10 000 Days
2006

Chronique de Lateralus
Lateralus
2001

Chronique de Aenima
Aenima
1996

Chronique de Undertow
Undertow
1993

Tool
Tool
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Metal
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Blunt Force Trauma
Blunt Force Trauma
2011

Chronique de Inflikted
Inflikted
2008

Chronique de Inflikted
Inflikted
2008

Cavalera Conspiracy
Cavalera Conspiracy
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Paradise Lost
Paradise Lost
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts: