Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de The House Of Blue Light

Chronique de The House Of Blue Light

Deep Purple  - The House Of Blue Light (Album)

 4 
10

Deep Purple sauce années 80 : pas la panacée



Perfect Strangers était l'album rêvé par une multitude de fans nostalgiques des albums In Rock ou Machine Head, celui qui voyait la reformation du mythique Mark II de Deep Purple. Certes, le groupe a changé, les musiciens ont vieilli et les performances ne sont plus les mêmes qu'au début des seventies, où Ian Gillan impressionnait avec son chant mêlé de cris qui parvenaient à ne pas rendre l'ensemble dissonant, où Ian Paice matraquait ses fûts avec un sens du groove génial, où Ritchie Blackmore, éminence noire, en imposait par ses soli.

Un groupe de légende qui revenait sur le devant de la scène. Et ? Et les antagonismes reprirent de plus belle entre Gillan et Blackmore, toujours cette relation de je-t'aime-moi-non-plus qui avait sclérosé une formation destinée à un avenir radieux. The House Of Blue Light est le témoignage désolant de ces discordes.

Bien sûr, cela ne s'entend pas directement. Tout juste si l'on remarque que Blackmore tire toujours un peu trop la couverture à lui. Mais ce disque ne respire pas la quiétude, on n'y sent pas un esprit de groupe. Peut-être est-ce pour cela que Jon Lord s'est écarté de la composition, laissant la majorité Gillan/Glover/Blackmore prendre le dessus et diriger le disque dans une direction bien déterminée, qui se veut moderne avec des synthés pimpants ? Mais Deep Purple a le syndrome du groupe phare des '70 qui tente de s'imposer dans les '80. Il bride sa créativité pour sonner formaté et quand il tente de se fondre dans son époque totalement, il frise le ridicule, à l'instar d'un Call Of The Wild mal nommé.

The House Of Blue Light peine à faire illusion. Pourtant, ça ne commence pas si mal que cela, avec un Bad Attitude]] directement inspiré par Perfect Strangers dans l'utilisitation du clavier, suivi de près par un [i]The Unwritten Law sympathique à défaut de casser la baraque. Mais avec Call Of The Wild, le rythme est cassé et le groupe aura du mal à se relever. Les morceaux se suivront et n'éveilleront que peu d'intérêt. Il faut attendre une nouvelle cassure musicale pour que l'intérêt soit à nouveau éveillé. En effet, le bluesy Mitzie Dupree relève agréablement le niveau, avec une lenteur soigneusement étudiée, que le rapide et très Rainbow Dead Or Alive vient appuyer.

Deux titres au début, deux titres à la fin. Et entre ? Du vent ? Pas beaucoup mieux en tout cas. Blackmore peine à se renouveler et à nous rappeler quel guitariste talentueux il est (était ?). Avec une section rythmique aux abonnés absents, cela ne décolle pas et pire, devient rapidement ennuyeux.

The House Of Blue Light est décevant pour un disque de Deep Purple ; il montre un groupe qui s'enfonce dans la facilité et qui n'est pas serein. Ce ne sera pas étonnant pour les fans de l'époque d'apprendre que Gillan quittera à nouveau le groupe peu après. Et Deep Purple de sombrer dans une parodie qui sera étrangement réussie... Enfin presque !



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




The House Of Blue Light - Infos

Voir la discographie de Deep Purple
Infos de The House Of Blue Light
acheter sur Amazon
Sortie : 12 janvier 1987
Genre : Hard Rock
Playlist :
1. Bad Attitude (4:43)à écouter en premier
2. The Unwritten Law (4:34)à écouter en premier
3. Call Of The Wild (4:50)
4. Mad Dog (4:29)
5. Black & White (3:39)
6. Hard Lovin' Woman (3:24)
7. The Spanish Archer (4:56)
8. Strangeways (5:56)
9. Mitzie Dupree (5:03)à écouter en premier
10. Dead Or Alive (4:42)à écouter en premier
écouter : Ecouter l'album

Deep Purple

Deep Purple
Deep Purple
Voir la page du groupe
Création : 1968
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Into The Wild
Into The Wild
2011

Chronique de Equator
Equator
1985

Chronique de Fallen Angel
Fallen Angel
1978

Chronique de Firefly
Firefly
1977

Uriah Heep
Uriah Heep
Voir la page du groupe
Création : 1967
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Rainbow
Rainbow
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni


Albums chroniqués :
Chronique de Catharsis
Catharsis
2018

Chronique de The Blackening
The Blackening
2007

Chronique de The Blackening
The Blackening
2007

Chronique de Elegies
Elegies
2005

Machine Head
Machine Head
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Black Ice
Black Ice
2008

Chronique de Black Ice
Black Ice
2008

Chronique de Ballbreaker
Ballbreaker
1995

Chronique de Ballbreaker
Ballbreaker
1995

AC/DC
AC/DC
Voir la page du groupe
Création : 1973
Genre : Hard Rock
Origine : Australie


Albums chroniqués :
Chronique de Babez for Breakfast
Babez for Breakfast
2010

Lordi
Lordi
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Hard Rock
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Aftershock
Aftershock
2013

Chronique de Kiss Of Death
Kiss Of Death
2006

Chronique de Inferno
Inferno
2004

Chronique de Overnight Sensation
Overnight Sensation
1996

Motörhead
Motörhead
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Alice Cooper
Alice Cooper
Voir la page du groupe
Création : 1964
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: