Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Greatest Hits III

Chronique de Greatest Hits III

Queen  - Greatest Hits III (Compilation/Best of)

 2 
10

Les fans sont-ils à ce point des vaches à lait ?



La sortie d'un Greatest Hits III pour Queen a quelque chose de loufoque, surtout en 1999. Après tout, Freddie Mercury est parti il y a alors huit ans de cela et entre-temps, on a juste vu naître un album étrange, Made In Heaven, et quelques best of dont un Queen Rocks musclé mais déjà entendu.

Mais c'est connu, dans le domaine de la music business, les morts sont une source rentable. Demandez par le biais d'un oui-ja ce qu'en pensent Jim Morrison, Janis Joplin, Jeff Buckley, Kurt Cobain, John Lennon ou encore Jimi Hendrix. Les maisons de disque l'ont bien compris, le jeu consiste à sortir un album, live ou best of avec juste ce qu'il faut d'inédit pour attirer du fan éploré qui viendra garnir un compte en banque planqué en Suisse. Après tout, Michael Jackson n'a jamais autant vendu que le jour de sa mort...

Cependant, pour Queen, les maisons de disque ont décidé d'y aller avec de gros sabots. Pour éviter de faire croire qu'il s'agit d'un attrape-biftons, un petit + a été ajouté à côté du nom du groupe. En jetant un coup d'oeil sur la pochette, vous ne pouvez pas le rater. Et c'est là que Parlophone nous prend génialement pour des cons. Parce que pour fourguer sa came, ils font passer des morceaux de Freddie Mercury ou de Brian May en solo, placent quelques remixes, quelques titres oubliés et d'autres piochés dans le Made In Heaven (fallait bien que ce disque ait une nouvelle vie), ainsi que des versions chantées par d'autres artistes, le tout sous l'étiquette Queen+ histoire de ne pas dire Queen, ça ferait trop mercantile.

La démarche n'est pas honnête. Même si la version de The Show Must Go On est très rare puisqu'elle a été enregistrée en 1997 à Paris pour l'ouverture d'un ballet de Maurice Béjart, la prestation vocale d'Elton John est décevante. La version du concert Tribute à Freddie Mercury de 1992 était tellement plus émouvante, dans ce temple de Wembley où le public était là pour célébrer la mémoire du chanteur défunt... Pas honnête... Pourquoi avoir inclus le Another One Bites The Dust de Wyclef Jean où le rappeur sombre dans la facilité en reprenant le plus gros tube de Queen dans les charts noirs américains, avec des samples de la prestation de Mercury qui écrasent la sienne ?

On peut se poser d'autres questions, comme l'utilité des morceaux tirés des albums solo de Mercury et Brian May. Les fans les ont déjà, de toute manière. A moins que cela ne contribue à faire de la vente additionnelle pour ceux qui débarquent ? L'ajout de No-one But You qui faisait déjà office d'inédit sur Queen Rocks ressemble à la goutte d'eau qui fait déborder le vase.

On s'arrêtera un instant sur la superbe version de Somebody To Love avec George Michael au chant, une performance énorme, et sur Barcelona, duo entre Mercury et la cantatrice Montserrat Caballé, qui avait déplu aux amateurs de rock à sa sortie car trop soft, et qui avait irrité les amateurs de classiques car trop dur... Une pièce souvent incomprise, mais séduisante.

Autant éviter l'achat de cette compilation qui n'apporte rien du tout. Si vous voulez tenter cette aventure et que vous ne possédez aucun des trois Greatest Hits, une version platinum existe, qui regroupe les trois dans un petit coffret au livret bien fourni. Mais sinon, c'est juste un piège à fric.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Greatest Hits III - Infos

Voir la discographie de Queen
Infos de Greatest Hits III
acheter sur Amazon Table './nanoroux_bdd/images' is marked as crashed and should be repaired