Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Perfect Strangers

Chronique de Perfect Strangers

Deep Purple  - Perfect Strangers (Album)

 7 
10

Mark II, revenu d'entre les morts.



S'il y a bien une reformation que les vieux de la vieille espéraient en secret, sacrifiant un poulet tous les week-end pour qu'un dieu obscur, lassé de se prendre du sang sur la tronche, fasse le nécessaire, c'est celle-là. Les rumeurs allaient bon train, mais en octobre 1984, dans les étalages des disquaires, c'était devenu une réalité. Le dieu de seconde zone qui en était responsable ne reçut pas de vierges en remerciement, mais d'autres poulets furent sacrifiés à sa gloire. Deep Purple s'était reformé, huit ans après le split de 1976 et Perfect Strangers était leur offrande aux fans les plus impatients. Et pas n'importe quelle formation du Pourpre Profond (le Mark IV est hors compétition pour cause de décès d'un des membres) puisque c'est le line-up des mythiques In Rock et Machine Head. Eux que l'on croyait perdus à jamais dans des querelles à l'issue plus qu'improbable. L'antagonisme entre Ritchie Blackmore et Ian Gillan semble loin.

Mais que pouvait-on attendre d'un album de Deep Purple en 1984 ? Un In Rock bis ? Impensable, l'époque ne permettait pas ce genre de disque. En prime, chaque musicien avait abandonné une formation pour revenir. Jon Lord laissait Whitesnake s'américaniser sans lui, Ian Paice quittait Gary Moore, Ian Gillan brisait une association mi-figue mi-raisin avec Black Sabbath tandis que Ritchie Blackmore et Roger Glover sabordaient Rainbow. Pas étonnant que Deep Purple glisse alors vers une ambiance hard rock légèrement FM, couleur arc-en-ciel avec quelques petites différences notoires, comme un clavier plus riche, ingénieusement incorporé dans les lignes mélodiques. La complémentarité entre Lord et Blackmore fonctionne encore. Mais le groupe laisse derrière lui de nombreux détails qui en définitive pèsent lourd dans la balance.

La fougue du passé, de la jeunesse pourrait-on avancer de façon sarcastique, n'est pas présente. Le groupe est très pro, trop peut-être. Il n'y a pas cette folie que l'on trouvait sur les albums des '70, où alors elle est trop distillée, s'invitant sur quelques passages instrumentaux (A Gypsy's Kiss, dans la veine du grand Deep Purple). C'est terriblement formaté, en phase avec l'époque, d'où une section rythmique ridiculement réduite à sa plus simple expression alors que Ian Paice était l'un des batteurs les plus doués de sa génération. Quant à Ian Gillan, il ne hurle plus, il ne le peut plus, son passage au sein du Sabbath Noir aura eu des conséquences sur ses possibilités vocales.

Intrinsèquement, Perfect Strangers est un bon album, avec des compositions qui tiennent la route, à l'image de la chanson-titre et de sa mélodie subtile, ou encore du remuant Nobody's Home qui passe comme une lettre à la poste. C'est bien joué, bien écrit, certainement trop homogène. Les années 80 ne permettent pas le décalage pratiqué jusqu'à l'abus la décennie précédente. C'est moins fou, moins allumé, moins génial en fait.

Deep Purple revient en forme et aurait bien aimé s'imposer d'emblée avec un classique, ce qui n'est pas le cas. Le côté bateau, remplissage éhonté de certaines compositions l'en empêche. Perfect Strangers demeure un disque agréable, abordable et aucunement prise de tête. Mais c'est également un mirage pour les fans du groupe. Parce que l'antagonisme entre Gillan et Blackmore attend son heure, dans l'ombre, attisé par un dieu médiocre qui n'en peut plus de bouffer du sang de poulet.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Perfect Strangers - Infos

Voir la discographie de Deep Purple
Infos de Perfect Strangers
acheter sur Amazon
Sortie : octobre 1984
Genre : Hard Rock
Playlist :
1. Knocking At Your Back Door (7:04)à écouter en premier
2. Under The Gun (4:38)
3. Nobody's Home (3:59)à écouter en premier
4. Mean Streak (4:21)
5. Perfect Strangers (5:28)culte !culte !
6. A Gypsy's Kiss (5:12)à écouter en premier
7. Wasted Sunsets (3:55)
8. Hungry Daze (4:58)
9. Not Responsible (bonus track) (4:47)
10. Son Of Alerik (bonus track) (10:07)
écouter : Ecouter l'album

Deep Purple

Deep Purple
Deep Purple
Voir la page du groupe
Création : 1968
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Into The Wild
Into The Wild
2011

Chronique de Equator
Equator
1985

Chronique de Fallen Angel
Fallen Angel
1978

Chronique de Firefly
Firefly
1977

Uriah Heep
Uriah Heep
Voir la page du groupe
Création : 1967
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Rainbow
Rainbow
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni


Albums chroniqués :
Chronique de Catharsis
Catharsis
2018

Chronique de The Blackening
The Blackening
2007

Chronique de The Blackening
The Blackening
2007

Chronique de Elegies
Elegies
2005

Machine Head
Machine Head
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Forevermore
Forevermore
2011

Whitesnake
Whitesnake
Voir la page du groupe
Création : 1978
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Dehumanizer
Dehumanizer
1992

Chronique de Tyr
Tyr
1990

Chronique de The Eternal Idol
The Eternal Idol
1987

Chronique de Seventh Star
Seventh Star
1986

Black Sabbath
Black Sabbath
Voir la page du groupe
Création : 1969
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts: