Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de In the Minds of Evil

Chronique de In the Minds of Evil

Deicide  - In the Minds of Evil (Album)



Deicide…un nom que tout amateur de Metal connait. Figure emblématique du Death Metal du début des années 1990, les Floridiens sont de retour en cet hiver 2013 pour délivrer leur onzième album. La formation qui a offert quelques pièces figurant au panthéon du style a également su s’attirer les foudres de certains fans de la première heure, pointant notamment le manque de renouvellement et d’inspiration (à raison) de certains opus. Qu’en est-il de cette cuvée 2013 ? Grand cru ? Piquette ? La note trahit déjà en partie mon jugement en la matière. Goutons néanmoins cette offrande de manière plus approfondie, pour y déceler les qualités, mais également les défauts.

Annoncé comme un retour aux racines, « In the Minds of Evil » est en effet un album de Deicide pur jus. Impossible d’être trompé sur la marchandise. Ici, l’ensemble est des plus classiques. Certains reprocheront au quartet de ne rien proposer de nouveau. Les amateurs d’innovation en seront, il est vrai, pour leurs frais. Ne cherchez pas dans ces onze titres une once d’originalité. Les Floridiens ne s’aventurent pas en terre inconnue. Pas de passages symphoniques, pas d’expérimentations électroniques, comme s’est permis l’ange morbide il y a quelques temps. Rien d’autre qu’un Death Metal cru, puissant, calibré. Les plus conservateurs vénéreront au contraire ces trente-six minutes qui les renverront plus de vingt ans en arrière.

« In the Minds of Evil » qui ouvre le bal est des plus directs. Le refrain entêtant risque de s’installer rapidement dans l’esprit de l’auditeur pour ne plus en ressortir. Le groupe semble en forme, à commencer par le charismatique chanteur Glen Benton. Si ce dernier a pu horripiler des personnes par les nombreuses frasques dont il s’est rendu coupable par le passé, il demeure malgré tout l’un des meilleurs à son poste. C’est donc avec un plaisir non feint qu’on le retrouve hurler à qui veut l’entendre son aversion du christianisme, comme sur « Kill The Light Of Christ ».

Son compagnon de route depuis les origines, Steve Asheim est à créditer d’une prestation tout à fait honorable. A l’heure où les batteurs de Metal extrême cherchent de plus en plus à dépasser le mur du son, il assume son jeu vif, carré et destructeur, sans démonstration stérile. « End the Wrath of God » montre bien qu’il est un rouage essentiel de Deicide.

Les guitaristes répondent également présents sur l’ensemble des morceaux. L’ex-Cannibal Corpse Jack Owen propose toujours des riffs accrocheurs. Il est secondé ici par un nouveau-venu en la personne de Kevin Quirion, qui remplace Ralph Santolla. Ce départ annoncé explique que le jeu très mélodique ait une place moins importante. Hormis «The Stench of Redemption », qui était une réussite par l’apport de Santolla, il faut bien avouer que cet excellent technicien n’était pas parvenu à dynamiser le groupe. Les soli sont toujours présents, mais ils sont désormais plus percutants, moins exubérants, mais diablement efficaces, à l’instar de celui du très bon « Godkill ».

« In The Minds Of Evil » s’avère donc une bonne surprise. Ceux qui ne jurent que par les trois premiers disques De Benton et compagnie ne risquent pas de s’enthousiasmer pour cet opus. Les autres apprécieront de retrouver Deicide dans ce qu’il sait faire de mieux : du Death Metal sans fioritures. Pour ma part, j’étais plus que sceptique à propos de la qualité de cette réalisation, avant de peu à peu me laisser gagner par le discours musical présenté ici. Sans être un chef-d’œuvre, « In The Minds Of Evil » est un disque dont ses géniteurs n’ont pas à rougir.

(0) Modifier l'article
par Shamash, le 7 décembre 2013
Voir toutes les chroniques de Shamash


Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




In the Minds of Evil - Infos

Voir la discographie de Deicide
Infos de In the Minds of Evil
Table './nanoroux_bdd/images' is marked as crashed and should be repaired