Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de The Paradigm Shift

Chronique de The Paradigm Shift

Korn  - The Paradigm Shift (Album)

 7 
10



Prey for me/ I Think I owe you an apology […] I’m just the shadow of what I used to be. Premier refrain, première confession? Korn revient, avec Head, dont le retour messianique est lui aussi ironique compte tenu de ses croyances personnelles. La fin de ce que l’on peut considérer comme la deuxième période de Korn ? Soit depuis See You On The Other Side et les multiples expérimentations et autres tentatives de retour en arrière ? Comme coupé de son véritable maître à penser, figure démoniaque du groupe revenue de son enfer, Korn n’a pas traversé le désert comme certains le disent, il a été un groupe différent, que j’ai toujours défendu car il a choisi sans cesse le renouveau et l’audace, jusqu’à Remember Who You Are. Untitled, minable? The Path Of Totality, honteux? De l’audace, de l’audace, de la tentative, plus ou moins réussies, mais tentées, n’en plaise à l’extrémisme ravageur qui détruit la scène de l’intérieur. Parce qu’au-delà de sa formule devenue culte qui a séduit les fans, Korn est à la base un groupe de l’expérimentation. Il est né ainsi et l'a toujours été. Ce n'est pas Motörhead. Et The Paradigm Shift ne vient pas pour faire plaisir aux fans. Il est une continuité et un retour aux sources. C’est une synthèse de deux périodes différentes.

Il est intéressant de se remémorer cette publication de David Silveria assez récente, dans laquelle il explique son départ du groupe. A un moment donné, Korn n’est plus devenu qu’un produit aux mains des producteurs. Il a abandonné sa force de création et l’identité sonore qu’il avait, pour céder aux sirènes de « l’étape suivante », soit celle d’une professionnalisation plus avancée (comprendre, la construction d’un son et la création de composition en studio dans le but de répondre à un code préétabli qui convient aux radios et autres merdias traditionnels). Ce qui est à critiquer donc depuis le départ de Head c’est ça, et ensuite les albums. C’est la démarche qui a changée. Et elle est toujours identique. Certains argueront que Fieldy retrouve enfin un vrai son de basse. Ah bon ? Où ça ? Il faut que je cherche en trafiquant sur Audacity ? Le vrai son de Korn, dément, excellent, est revenu sur Remember Who You Are, qui avait au moins répondu à l’impératif nostalgique. Pour le reste, The Paradigm Shift est comme je le disais une synthèse. Un mix entre The Path Of Totality et un Untouchables.

Musicalement, on rentre dans The Paradigm Shift comme dans un moulin. « Prey For Me » a la saveur d’un morceau de Take A Look In The Mirror, et il faut avouer que c’est bon. Le refrain est davantage mélodieux, comme tous ceux de l’album d’ailleurs (hormis le cheap "Punishment Time") point non négligeable à son avantage, et qui est dû à Head, qui a participé surtout aux arrangements. Ces refrains permettent aux compositions de décoller là où elles restent classiques dans les couplets, même si l’on note un retour aux trips discrètement Noisy (« Mass Hysteria »). On reprend un plaisir à écouter les morceaux, que l’on avait pas pris depuis Untouchables, grâce à un retour du riffing, oublié depuis des lustres et percutant parfois dans des titres comme « Love And Meth », qui se permet à la fois d’être un morceau excellent, mais aussi une confession personnelle. Toujours enclin à tenter le diable, Korn ne lésine pas sur les effets Electro, Jonathan Davis oblige. « Spike In My Veins » est l’exemple de cette fusion réussie entre ce qui a été aperçu sur The Path Of Totality et le Korn plus lourd et massif, avec son refrain monstrueux, à la gueule de vieux Horror-Punk dégueulasse. De même, « Paranoid And Aroused » mélange assidument riffs lourds et Electro, pour un résultat plus mitigé malheureusement. Une volonté de tenter le diable qui va vers l’extrême, avec l’immonde « Never Never ». D’après Davis, le titre serait juste là pour emmerder les fans et faire danser les filles. Génial. En l’état pour de la Pop c’est bien fait. Dans les faits pour du Korn c’est poubelle.

Un mélange assumé donc, qui montre un Korn qui ne renie pas son passif sans Head, et qui renoue avec son héritage, à la fois dans le texte (« Punishment Time », médiocre, parle de Davis qui est excité quand sa femme pleure), dans le chant (« Lullaby For A Sadist » est vraiment superbe) et donc dans la musique, qui mêle assidument l’Electro et le Metal (« Victimized », au riff final Deftonien). La vraie plus-value du disque ce sont je l'ai dit et je le répète, ses refrains, épiques, rassembleurs et maîtrisés. Là où le bât blesse, c’est dans cette propension qu’a désormais Korn à s’enfermer dans une structure couplet-refrain mortifère et ennuyeuse. Ce qui est également important de mentionner c’est également la fin de la descente aux enfers pour le groupe. Il va être difficile de retrouver l’aspect malsain des vieux albums, le groupe a changé, ses membres ne sont plus les drogués fous furieux d’autrefois. A l’image d’Head, ils ont trouvé une forme de paix qui se retrouve étrangement dans The Paradigm Shift, trop peut-être. Car l’album est propre, clair, comme cette batterie au son trop superficiel, ou cette basse, sans grain, sans gras. Malgré une puissance indéniable ce qui chagrine le plus dans cet album c’est le son. Pas les arrangements, travaillés, enfin ! Pas le chant, excellent, en forme ! Pas le riffing, de retour ! Mais le son, horriblement surfait. C'est un fait, Jack Lang est plus malsain que les gars de Bakersfield.

A l’écoute de The Paradigm Shift il est désormais clair que Korn ne reviendra pas en arrière. Il avance, plus mature dans son évolution, même s’il continue à valider des pochettes hideuses pseudo-tooliennes avec un pénis comme centre. Et si The Paradigm Shift est la meilleure chose qui soit sortie depuis Untouchables, il va falloir attendre le prochain pour qu’enfin Head participe activement à la composition et que l’on retrouve la folie d’autrefois.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




The Paradigm Shift - Infos

Voir la discographie de Korn
Infos de The Paradigm Shift

Sortie : 1 octobre 2013
Genre : Neo Metal
Label : Prospect Park Records
Playlist :
1. Prey for Me
2. Love & Methculte !culte !
3. What We Do
4. Spike in My Veinsà écouter en premier
5. Mass Hysteriaà écouter en premier
6. Paranoid and Aroused
7. Never Never
8. Punishment Time
9. Lullaby for a Sadistà écouter en premier
10. Victimizedà écouter en premier
11. It's All Wrong
12. Wish I Wasn't Born Today
13. Tell Me What You Want
écouter : Ecouter l'album

Korn

Korn
Korn
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Koi No Yokan
Koi No Yokan
2012

Chronique de Diamond Eyes
Diamond Eyes
2010

Chronique de Saturday Night Wrist
Saturday Night Wrist
2006

Chronique de White Pony
White Pony
2000

Deftones
Deftones
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Faith No More
Faith No More
Voir la page du groupe
Création : 1982
Genre : Avant-garde metal
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Aftershock
Aftershock
2013

Chronique de Kiss Of Death
Kiss Of Death
2006

Chronique de Inferno
Inferno
2004

Chronique de Overnight Sensation
Overnight Sensation
1996

Motörhead
Motörhead
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Matière Noire
Matière Noire
2015

Chronique de Failles
Failles
2009

Chronique de De Cercle En Cercle
De Cercle En Cercle
2001

Mass Hysteria
Mass Hysteria
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Rock Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Hyaena
Hyaena
2015

Sadist
Sadist
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : Italie

Rapports de concerts: