Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Post Mortem Nihil Est

Chronique de Post Mortem Nihil Est

Dagoba  - Post Mortem Nihil Est (Album)

Yes, We Die!



On ne peut pas dire que les mecs de Dagoba aient vraiment chômé depuis leurs débuts. Avec cinq albums et de nombreuses tournées, le groupe s'est hissé aux sommets du Metal français et n'en finit plus de déchaîner les passions. Quand l'annonce du départ d'Izakar (guitariste originel) est confirmé en 2012, de nombreuses questions fusent: qui pour le remplacer? Que va donner la prochaine sortie sans lui?
Post Mortem Nihil Est paraît ainsi via Verycords, et permet dans le même temps de présenter le nouveau guitariste 'Z'.


Coupons de suite tout suspens: il faudra attendre avant de voir ce que donne le Dagoba avec son nouveau guitariste, puisque Post Mortem Nihil Est a été entièrement composé avant son intégration (même si c'est bien Z qui a enregistré les guitares). Rien de bien novateur de ce côté-là donc, c'est dommage. En revanche, là où ça a bougé depuis 2010, c'est bien le son. Après avoir bossé avec Tue Madsen sur deux albums, puis Dave Chang sur Poseidon, le groupe a fait appel aux services de Logan Mader (ex-Machine Head) pour le mixage et le mastering de son bébé. La place est donc à un gros son à l'américaine, épais à souhait. Difficile de ne pas reconnaître qu'il sied bien au style de Dagoba...

"When Winter..." a beau démarrer sur un sample un poil inquiétant, on se retrouve bien vite en territoire connu où la puissance semble être le maître-mot. Franky (batterie) est toujours aussi survolté et son jeu percutant se place au centre du mix. Pour autant, les guitares semblent plus en phase avec le reste et délivrent un jeu simple mais efficace. De son côté, on sent que Shawter a passé du temps pour varier ses vocaux et semble de plus en plus à l'aise avec ses parties claires.

Comme on pouvait s'y attendre, les marseillais n'ont pas lésiné sur l'impact de leurs nouveaux titres, qui semblent avoir été pensés pour les planches. Dagoba présente ainsi quelques-uns de ses passages les plus extrêmes de sa discographie ("I, Reptile", "The Day After the Apocalypse"), qui tranchent net avec d'autres morceaux bien plus 'accessibles', tels que "Yes, We Die" ou "The Great Wonder".
Cette dualité musicale est poussée plus loin puisque de nombreux titres puissants se parent d'un refrain chant clair ("Kiss Me Kraken", "Son of a Ghost" ou "Oblivion is for the Living"...), qui n'atteint pas toujours l'impact recherché d'ailleurs. L'exemple le plus probant concerne les titres "Son of a Ghost" et "Oblivion is for the Living", dont les refrains manquent cruellement de saveur et, pire encore, semblent issus du même moule.

S'il est évident que Post Mortem Nihil Est est l'album le plus puissant qu'ait sorti Dagoba à ce jour, on ne peut malheureusement pas dire qu'il soit aussi le plus original. Certains plans renvoient directement aux albums précédents (certains breaks de batterie) et perdent de fait en efficacité. C'est bien dommage, car le groupe a les capacités de surprendre son public (il l'a déjà fait par le passé avec What Hell is About...)...


Tous ceux qui attendaient un album différent risquent bien d'être déçu par Post Mortem Nihil Est, qui reste malgré tout un pur album de Dagoba. Certes, le son est plus gros, le chant mieux maîtrisé et quelques morceaux se veulent vraiment violents, mais l'ensemble a du mal à innover et il n'est pas rare de reconnaître quelques plans issus des précédents efforts.
Pour autant, ce cinquième album est loin d'être mauvais, il est même plutôt bon si l'on recherche quelque chose de puissant et d'efficace, direct et massif... Mais il manque définitivement d'audace pour permettre à Dagoba de franchir un nouveau palier dans sa carrière, celui qui le propulsera de la catégorie des sérieux espoirs européens à celle des valeurs sûres.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Voir les 2 commentaires précédents
Je ne suis pas d'accord avec toi Satanistar: la prétention ils l'ont mais je n'y voie pas là quelque chose de négatif, plutôt une certaine ambition complètement assumée...

Après cet album... Ben voilà, je m'attendais à mieux...

mer. 5 juin 13- 21:59  
Hahaha! Des Français qui parlent de la prétention d'autres Français... J'aurai tout vu. ;D
jeu. 6 juin 13- 01:44  
Une ambition assumée ? J'en suis pas sûr. Pour avoir parler encore un peu avec Shawter cette semaine sur cet album ben le dédain que ce mec peut avoir autant sur le zine que sur des critiques un peu négative, faudrait qu'il redescende un peu.Voilà coup de gueule pour ma part.
jeu. 6 juin 13- 07:57  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Post Mortem Nihil Est - Infos

Voir la discographie de Dagoba
Infos de Post Mortem Nihil Est
acheter sur Amazon
Sortie : 27 mai 2013
Genre : Metal
Label : Verycords
Playlist :
1. When Winter... (05:33)
2. The Realm Black (06:18)
3. I, Reptile (05:04)
4. Yes, We Die (04:40)
5. Kiss Me, Kraken (04:23)
6. Nevada (01:42)
7. The Great Wonder (04:45)
8. The Day After the Apocalypse (05:21)
9. Son of a Ghost (05:01)
10. Oblivion Is for the Living (04:28)
11. By the Sword (03:38)
écouter : Ecouter l'album



Dagoba

Dagoba
Dagoba
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Metal
Origine : France

Concerts:
Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Machine Head
Machine Head
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:


Albums chroniqués :
Chronique de Mechanize
Mechanize
2010

Chronique de Transgression
Transgression
2005

Chronique de Archetype
Archetype
2004

Chronique de Digimortal
Digimortal
2001

Fear Factory
Fear Factory
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Indus
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Blazing war machine
Blazing war machine
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Black Metal
Origine : France


Mortem
Mortem
Voir la page du groupe
Création : 1986
Genre : Death Metal
Origine : Pérou