Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Rosenrot

Chronique de Rosenrot

Rammstein  - Rosenrot (Album)

 5 
10

La chute



A force de trop donner de soi, à force d'aligner les tournées et les albums, il arrive qu'un groupe perde pied et se retrouve au bord de l'implosion, d'un point de vue artistique ou même personnel. C'est ce qui est arrivé à Rammstein pour ce Rosenrot sans trop de saveur.

Malgré une pochette superbe, relecture de la jaquette japonaise de l'album Reise Reise (là où l'on avait du se contenter de cette boite noire), ce disque sent le bâclage à tout va. C'est simple, ce disque pourrait être le jumeau de Reise Reise s'il respectait plusieurs conditions. Le style est le même (à savoir un electro-metal qui tend de plus en plus vers la pop), on n'est pas franchement surpris par la direction prise, mais le rapport qualité prix n'est pas le même. Reise Reise (on reviendra souvent sur cet album en définitive) malgré son allègement dans le style, contenait de très bons titres et pouvait même se targuer d'être un bon disque, agréable, jamais poussif. Certes, on est loin de l'ambiance d'un Sehnsucht, mais on tenait tout de même un bon cru. Rosenrot, en comparaison, c'est un vin de table, trop paresseux pour flatter le palais, dont l'absence de tanins endort les papilles.

A l'écoute de Rosenrot, on a la désagréable impression qu'il s'agit d'un disque de récupération, comme si le groupe s'était contenté d'aligner les chutes de studio de Reise Reise pour réaliser un album à la va-vite, tout en sachant - et c'est peut-être là l'un des points les plus gênants - qu'il allait forcément se vendre. Le nom de Rammstein n'est-il pas un gage de qualité dans l'esprit collectif après tout ?

Tout n'est pas à flinguer cependant. Parmi les titres, on trouve quelques bonnes surprises, qui tirent l'ensemble vers le haut, même si tout peut sombrer au détour d'une autre composition plus indigeste. Benzin est une entrée en matière classique pour Rammstein. Ambiance martiale, rythmique très carrée, chant accrocheur de la part de Till Lindemann qui livre ici une prestation bien sympathique. Le rapport avec le feu est là même si on reste un peu sur sa faim. Combien de Benzin Rammstein a-t-il déjà écrits ? A raison d'un single par album, on dira au minimum... 5 ? Donc pas de grosse surprise en vue. Spring est également agréable, avec son alternance de passages calmes et d'autres où la guitare se fait plus rude, ainsi que Zerstören et son ambiance orientale habilement glissée dans des murs de guitare, où la voix au début semble provenir tout droit d'un menuet.

Puis il y a les ratages, les morceaux que les membres auraient dû retravailler, voire négliger. De Quiero De Puta (toi-même, pasque c'est celui qui dit qui est, non mais !) déjà, qui ne trompera personne bien longtemps avec son chant en espagnol et son côté hispanique qui est là pour donner un aspect exotique et décalé à la chose mais qui manque singulièrement d'à-propos et en définitive, de corps. On peut également s'attarder sur l'affligeant Stirb Nicht For Mir (Don't Die Before I Do) sur lequel Sharleen Spiteri de Texas fait une apparition, mais où elle-même ne semble pas trop y croire... Dommage, il y avait un potentiel à mêler la voix de la demoiselle avec celle de Till.

Avec Rosenrot, Rammstein peine à retrouver la formule qui avait fait de le succès de Reise Reise et perd pied à plusieurs reprises. Ce n'est pas un hasard si le groupe n'a pas défendu cet album sur scène et s'il s'est octroyé un long break pour relancer une machine qui parait bien grippée. Pas nul. Certainement pas bon. Juste quelconque et c'est ça le plus décevant.

 8 
10

Rosenrot...

Cet article n'a pas été écrit par un membre de l'équipe officielle de Metalship, et n'engage donc que son auteur, pas la rédaction du webzine.


L'album Rosenrot marque un léger changement dans la musique de Rammstein. Elle est moins mélodique. Peut-être le groupe a-t-il voulu se concentrer davantage sur les paroles ?
Spring décrit l'histoire d'une personne au bord du suicide (on peut deviner ça assez facilement), encouragée par Rammstein à faire le saut du pont pour mourir. C'est une chanson assez marquante.
Wo bist du est une belle chanson d'amour - bien que triste ! Les paroles ne sont pas très recherchée (avec un ou deux ans d'allemand on s'en sort pour traduire) mais le message passe bien.
Stirb nicht vor mir est plutôt rock que metal. C'est un duo bien réussi entre la voix de Till Lindemann et celle de Sharleen Spiteri, chanteuse du groupe Texas.
Te quiero puta est une petite surprise surprise : on ne savait pas Rammstein si vulgaire et chantant en espagnol !!! (rire)
Ein Lied, dernière chanson de l'album est une petite déception (en tt cas pour moi): le rythme est assez lent, pas d'explosion de batterie...

J'ai attribué un 8/10 à Rosenrot, que j'apprécie particulièrement. Les chansons que je n'ai pas décrites dans cette chronique sont tout aussi bien voire meilleures, et en tout cas très bonne pour se passer les nerfs (je pense à Zerstören). Je vous les conseille !!!



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Voir les 9 commentaires précédents
C'est quand même dommage, Mann gegen Mann et Rosenrot ont pas pu remonter la barre que Te Quiero avait mise bien profond sous l'eau. Mais quand même, le qualifier de "Chute", peut être pas... Faudra quand même qu'on m'explique comment vous faites des chroniques pareilles.
mer. 3 juin 09- 16:47  
C'est même plus qu'une chute si tu veux mon avis. Je suis encore plus négatif que Ric pour cet album.

Je pense que je le chroniquerai aussi, histoire d'avoir un peu de provocation légitime.

jeu. 4 juin 09- 18:04  
perso je trouve l'album super
jeu. 16 févr. 12- 22:25  


Rosenrot - Infos

Voir la discographie de Rammstein
Infos de Rosenrot
acheter sur Amazon
Sortie : 27 octobre 2005
Genre : Metal Allemand
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Benzin (3:46)à écouter en premierécouterlistenparoles de Benzin
2. Mann gegen Mann (3:50)listenparoles de Mann gegen Mann
3. Rosenrot (3:54)à écouter en premierécouterparoles de Rosenrot
4. Spring (5:24)listenparoles de Spring
5. Wo bist du (3:55)paroles de Wo bist du
6. Stirb nicht vor mir (4:05)à écouter en premierparoles de Stirb nicht vor mir
7. Zerstören (5:29)paroles de Zerstören
8. Hilf mir (4:43)paroles de Hilf mir
9. Te quiero puta (3:55)paroles de Te quiero puta
10. Feuer und Wasser (5:17)à écouter en premierparoles de Feuer und Wasser
11. Ein Lied (3:43)paroles de Ein Lied
écouter : Ecouter l'album



Rammstein

Albums chroniqués :
Chronique de Liebe Ist Für Alle Da
Liebe Ist Für Alle Da
2009

Chronique de Rosenrot
Rosenrot
2005

Chronique de Rosenrot
Rosenrot
2005

Chronique de Reise, Reise
Reise, Reise
2004

Rammstein
Rammstein
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Indus
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Monster
Monster
2008

Chronique de Monster
Monster
2008

Oomph!
Oomph!
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Indus
Origine : Allemagne


Deathstars
Deathstars
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Indus
Origine : Suède


Pain
Pain
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Indus
Origine : Suède

Concerts:
Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Educated Horses
Educated Horses
2006

Chronique de Hellbilly Deluxe
Hellbilly Deluxe
1998

Rob Zombie
Rob Zombie
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Indus
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de L'Hymne à La Joie
L'Hymne à La Joie
2007

Chronique de L'Hymne à La Joie
L'Hymne à La Joie
2007

The CNK
The CNK
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Indus
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Mechanize
Mechanize
2010

Chronique de Transgression
Transgression
2005

Chronique de Archetype
Archetype
2004

Chronique de Digimortal
Digimortal
2001

Fear Factory
Fear Factory
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Indus
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Pink Panther Party
Pink Panther Party
2009

Punish Yourself
Punish Yourself
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Indus
Origine : France

Rapports de concerts: