Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Eyes in the Night

Chronique de Eyes in the Night

Striker  - Eyes in the Night (Album)

Cet article n'a pas été écrit par un membre de l'équipe officielle de Metalship, et n'engage donc que son auteur, pas la rédaction du webzine.


Tout comme un certain nombre d'autres formations actuelles, acteurs indéfectiblement attachés à la perpétuation et à la transmission de cet héritage Heavy Metal éminemment traditionaliste, les Canadiens de Striker s'adonnent à un art plutôt passéiste nourris au sein de ses années 80 et de la NWOBHM. Celui-là même qui vit des groupes tels Iron Maiden, Saxon ou Judas Priest, pour ne citer que ceux-là, régner en maîtres sur des terres conquises. Pour être plus précis encore concernant la musique de ce collectif, au-delà des influences susmentionnées, évoquer le Riot de Thundersteel, voire même parfois Exciter ou le Helloween d'antan, serait sans doute un peu trop audacieux mais, pour tout dire, pas totalement incongrue.

Pour exprimer pleinement cet indéfectible amour à tous ces illustres prédécesseurs, et à cette scène d'autrefois, en cette année 2010, la formation originaire d'Edmonton, sort son premier effort intitulé Eyes in the Night.

A l'instar de celles des Enforcer, Ram, Steelwing ou encore Cauldron, cette œuvre, nous propose donc de revivre, une fois encore, à l'aune d'une période, malheureusement, révolue où la démarche la plus simple, la plus directe et la plus immédiate, la plus sincère en somme, était la règle admise. Un précepte dont certains aujourd'hui auraient tout intérêt à s'inspirer. Mais reconnaissons que ceci est un autre débat.

Les rapides et séduisants Full Speed or no Speed, Eyes in the Night, où la voix superbe de Dan Cleary, voguant en des registres Heavy / Speed Metal aigus variés et remarquables, se mêlent parfaitement à ces riffs divinement incisifs et superbement prompts. Un schéma qui sera, peu ou prou, similaire sur les splendides Voice of Rock ou Terrorizer.

The White Knight, quant à lui, revêt même soudainement une vivacité plus grande encore lui octroyant quelques parfums très particuliers inspiré par les travaux de John Ricci, de Bobby Jarzombek, de Kai Hansen et de leurs complices respectifs du temps où ces musiciens se complaisaient dans ces territoires sauvages et abruptes dans lesquels désormais Striker erre.

En outre, peu avare de leurs talents, nos cinq instrumentistes nous proposent même de découvrir leurs aptitudes à user de cette nuance si salutaire. Ainsi des titres tels que We Don't Play by the Rules aux méandres Heavy plus "Groovy" et au déroulement un peu moins évident, Never Ending Night et ses passages plus quiètes en précédant d'autres aux riffs particulièrement aiguisés dont Tom Naumann (Ex-Primal Fear) pourraient sans aucun souci revendiquer une certaine paternité, ou encore, par exemple, les plus classiques, mais non moins efficaces, Believe in Me et Hang On (To your Life) sont autant de propositions de cette diversité susceptibles de nous séduire et permettant à l'auditeur de ne jamais se perdre dans un ennui désespérant.

S'agissant de ce sacro-saint aspect mélodique, dont peu veulent encore se risquer à délester leur créativité aujourd'hui, insistons sur le fait qu'il est ici maîtrisé avec brio et ce notamment en des refrains ni trop harmonieux, ni trop peu.

Puisqu'il nous faut être impartial et juste, la question concernant d'hypothétiques et éventuels reproches que nous pourrions adresser à l'encontre de ce disque devra fatalement se poser. Mais sur quel élément tangible pourrions nous le faire ? Quels défauts suffisamment critiquables pourraient permettre aux polémistes patentés d'émettre ici quelques doutes ? Mis à part cette pochette ornée de ce tigre bleu superbement démodé, dont le style purement asiatique et rétrograde pourrait prêter à sourire, et que d'aucuns, dont votre humble serviteur, jugeront disgracieux, rien, à vrai dire, ne saurait, en effet, décevoir excessivement les amateurs de ce genre de démonstration.

Il serait très étonnant qu'un disque aussi parfaitement abouti déçoive les puristes de cet autrefois aujourd'hui disparu au profit d'un Power Metal toujours plus mélodique ou, plus généralement, au profit d'une expression où la musicalité est devenue un élément dangereusement important, pour ne pas dire redoutablement crucial.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Eyes in the Night - Infos

Voir la discographie de Striker
Infos de Eyes in the Night
acheter sur Amazon
Sortie : 23 avril 2010
Genre : Heavy Metal
Label : Iron Kodex Records
Playlist :
1. Full Speed or No Speed (3:09)
2. Eyes in the Night (4:13)
3. We Don't Play by the Rules (3:42)
4. Never Ending Nights (4:37)
5. The White Knight (3:55)
6. Voice of Rock (4:09)
7. Ice Cold (4:54)
8. Terrorizer (4:22)
9. Believe in Me (5:48)
10. Hang on (To Your Life) (4:16)
écouter : Ecouter l'album

Striker

Albums chroniqués :
Chronique de Armed to the Teeth
Armed to the Teeth
2012

Chronique de Eyes in the Night
Eyes in the Night
2010

Striker
Striker
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Heavy Metal
Origine : Canada

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Iron Maiden
Iron Maiden
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Sacrifice
Sacrifice
2013

Chronique de Into The Labyrinth
Into The Labyrinth
2009

Chronique de Killing Ground
Killing Ground
2001

Chronique de Metalhead
Metalhead
1999

Saxon
Saxon
Voir la page du groupe
Création : 1976
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Judas Priest
Judas Priest
Voir la page du groupe
Création : 1967
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Exciter
Exciter
Voir la page du groupe
Création : 1980
Genre : Thrash Metal
Origine : Canada


Helloween
Helloween
Voir la page du groupe
Création : 1978
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Hordes of Zombies
Hordes of Zombies
2012

Terrorizer
Terrorizer
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Grindcore
Origine : États-Unis