Retour  l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Konkurs

Chronique de Konkurs

Lifelover  - Konkurs (Album)

Quand le déchirement à le goût du sel…



Certaines choses ne sont pas à mettre entre toutes les mains. Parfois, il arrive que le désespoir qui s’échappe d’une œuvre, d’un roman, une peinture, une sculpture ou d’une musique soit si fort qu’il vous prend à la gorge, dans une étreinte terrifiante, qui vampire votre force, qui se nourrit également de vos faiblesses, pour vous arracher vos derniers reliquats de substance vitale. Telle est le pouvoir de l’art, dans toute sa noire splendeur, dans sa décadence perverse et insoutenable. Konkurs de Lifelover rentre dans cette catégorie là et sa sombre dépression a le même goût qu’une lame de rasoir.

On savait les Suédois peu portés sur la rigolade. L’humour leur semble d’ailleurs être un concept totalement hermétique et la joie de vivre, de profiter des choses de la vie, résonne comme une insulte, comme le retentissement d’une claque inattendue, souvent celle qui est la plus douloureuse. Et Lifelover continu sur le chemin qu’il s’est tracé, exposant ses désillusions, ses fantasmes morbides. L’album débute d’ailleurs sur un titre glacial, Shallow, au piano arrogant et douloureux, dont les premiers mots sonnent déjà comme une affreuse sentence, une façon de voir, ou plutôt d’entrevoir, vers quelles régions glacées nous allons être entraînés, bousculés, tout du long : « Donne-moi quelque chose à casser avant que je ne me brise moi-même. » La messe est déjà dite. En une phrase, nous avons la teneur générale d’un disque qui paradoxalement, fait dans la dentelle.

En effet, Lifelover ne s’embarrasse pas de répondre à tous les codes du black metal. L’inspiration est là, présente, mais de nombreux autres éléments viennent s’y greffer. On retrouve des parties que ne dénigrerait pas un Katatonia révulsé, d’autres qui ont des sonorités presque old school, fortement teintées de ce bon vieux heavy metal des familles, le tout agrémenté de dissonances subtiles. Les effets sont justement discrets. Pas de surenchère dans l’approche des nuisances. Le but n’est pas de se montrer brutal via la musique, bien au contraire. Ici, il faut clairement que le climat oppressant s’installe. Et il le fait petit à petit, en usant de quelques stratagèmes éculés, mais qui fonctionnent merveilleusement bien. Ainsi, le court passage traditionnel de Konvulsion prend des airs de calme avant la tempête, avec son accordéon bien festif, mais à lui vient se greffer un titre d’une noirceur presque écoeurante, paranoïaque à souhait, Twicht, qui plante dans nos têtes des crocs de boucher par son approche qui serait métaphoriquement parlant l’intrusion dans un asile de fou contrôlé par les aliénés.

Lifelover met son public à mal. Sans jamais faire usage de la force. A l’écoute de ce disque, on comprend rapidement que la brutalité n’est pas un tout. Qu’il y a d’autres moyens de s’exprimer dans le domaine du metal extrême. Et encore, nous sommes ici au-delà de ce genre de considération. Konkurs, c’est le témoignage d’une dépression qui conduit à la folie, le regard désespéré d’un homme face à la cruauté, face à au vide de son existence. N’écoutez pas ce disque dans le noir, n’essayez même pas de l’écouter au casque, surtout si vous êtes sensibles. Vous serez irrémédiablement brisé. Vous vous livrerez vous-mêmes pour être cassé à la place de ( ), le chanteur de la formation.

Konkurs est donc un album remarquable. Certains lui reprocheront d’être un peu long (près d’une heure), ce qui pour d’autres rajoute à son efficacité morbide. Lifelover est une jeune formation, mais son talent ne semble pas avoir de bornes. Le voyage musical est dangereux, ténébreux et terrifiant. Sans être misanthropique, il reste malsain, car il est une invitation à la folie, au vide. Un très grand disque de black metal dépressif.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Konkurs - Infos

Voir la discographie de Lifelover
Infos de Konkurs
acheter sur Amazon
Sortie : 10 octobre 2008
Genre : Avant-garde Metal
Playlist :
1. Shallow (06:28)
2. Mental Central Dialog (03:59)
3. Brand (04:17)
4. Cancertid (04:58)
5. Konvulsion (03:15)
6. Twitch (03:23)
7. Narcotic Devotion (04:21)
8. Alltid - Aldrig (04:32)
9. Stängt p.g.a Semester (05:54)
10. Original (03:21)
11. Bitter Reflektion (05:14)
12. Mitt Annexia (03:23)
13. Spiken I Kistan (05:20)
14. En Tyst Minut (01:00)
écouter : Ecouter l'album



Lifelover

Albums chroniqués :
Chronique de Sjukdom
Sjukdom
2011

Chronique de Konkurs
Konkurs
2008

Chronique de Erotik
Erotik
2007

Lifelover
Lifelover
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Avant-garde metal
Origine : Suède




Groupes en rapport


Shining
Shining
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Black Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Hypothermia
Hypothermia
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Black Metal
Origine : Suède


Albums chroniqués :
Chronique de Mammal
Mammal
2011

Altar Of Plagues
Altar Of Plagues
Voir la page du groupe
Création : 2006
Genre : Black Metal
Origine : Irlande


Katatonia
Katatonia
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Rock Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts: