Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de The Last Command

Chronique de The Last Command

W.A.S.P  - The Last Command (Album)

 6 
10

“Tu ne découperas point”



La pochette est explicite : Blackie Lawless est de retour et ça va saigner. Enfin, à priori. Si l’homme ne se blesse pas avec les scies circulaires qui dépassent de son anatomie. Ce qui serait quand même balôt.

En fait, W.A.S.P. ne parviendra pas à surfer sur le succès de son premier album éponyme. Les raisons en sont assez simples et résident dans la personnalité débraillée et orgueilleuse de son leader qui opère une baisse de régime assez spectaculaire après la virulence heavy metal du précédent opus. C’est moins choquant, moins goguenard. Blackie pose le jeu comme s’il cherchait à glaner de nouvelles parts de marché en proposant un disque bien plus mainstream.

Bien sûr, l’imagerie ne change pas. W.A.S.P. reste W.A.S.P., c'est-à-dire que l’on retrouve un look schock rock avec coques moules-burnes de rigueur, ça renifle toujours la sueur et le sang, c’est ce qui est gravé dans les sillons qui change considérablement la donne. Plutôt que de surfer sur ce qui a fait le succès du premier album, Blackie ralentit donc les tempos et pose des mélodies plus aventureuses. L’onde de choc n’est du coup plus la même. Pourtant, ça ne l’empêche pas de s’illustrer magnifiquement sur Wild Child qui devient un classique instantané, une composition savamment calibrée qui servira souvent de modèle à son géniteur ; celui-ci se perdra souvent par la suite à essayer de la reproduire. Wild Child, oui, mais pas si sauvage que ça, au contraire, on assiste à un exercice de style, tout en retenue malgré une base clairement heavy. Le refrain est balancé, immense, le solo de Chris Holmes est toujours une pépite mélodique qui hérisse doucement les poils des bras. On peut dresser un bilan approchant pour l’énorme Blind In Texas qui décolle les papiers peints du mur un peu plus loin sur la galette. Il s’agira d’ailleurs de deux gros classiques pour W.A.S.P. qui continue à les jouer en live avec une certaine bonhomie (Lawless étant ce qu’il est…).

Le reste ? Il peine grandement à marquer les esprits. Oh ! C’est loin d’être mauvais, mais il manque soit un riff malsain et accrocheur, soit un refrain fédérateur, soit les deux en même temps pour permettre au groupe de rééditer le tour de force du précédent disque. Le titre éponyme sort également du lot, mais autour, si ce n’est pas du vide, c’est du remplissage de luxe. Ce qui rend parfois l’écoute de The Last Command très frustrante car l’absence de hits, de morceaux phares, rend l’ensemble friable. Où est passé ce bras d’honneur adressé à la censure ? Que sont devenus les hymnes radicaux comme I Wanna Be Somebody, Hellion ou The Torture Never Stop ? Et encore, on ne mentionne même pas le provocant Animal ( I Fuck Like A Beast)...

La balance est déséquilibrée. En penchant du côté de l’ordre, W.A.S.P. sort un bon album, mais quelconque par rapport à son digne grand frère. Et c’est peut-être bien là le premier grand tournant dans la carrière du groupe, qui passe pour un joyeux trublion là où l’on attendait une vraie confirmation. Mais pour Blackie Lawless, ce ne sera que partie remise, même si cela se fera plus loin dans le temps.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




The Last Command - Infos

Voir la discographie de W.A.S.P
Infos de The Last Command
acheter sur Amazon
Sortie : 9 novembre 1985
Genre : Heavy Metal
Label : Capitol
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Wild Child (5:12)culte !culte !listenparoles de Wild Child
2. Ballcrusher (3:27)paroles de Ballcrusher
3. Fistful of Diamonds (4:13)paroles de Fistful of Diamonds
4. Jack Action (4:16)paroles de Jack Action
5. Widowmaker (5:17)paroles de Widowmaker
6. Blind in Texas (4:21)culte !culte !paroles de Blind in Texas
7. Cries in the Night (3:41)paroles de Cries in the Night
8. The Last Command (4:10)à écouter en premierparoles de The Last Command
9. Running Wild in the Streets (3:30)paroles de Running Wild in the Streets
10. Sex Drive (3:12)paroles de Sex Drive
écouter : Ecouter l'album



W.A.S.P

Albums chroniqués :
Chronique de Golgotha
Golgotha
2015

Chronique de Babylon
Babylon
2009

Chronique de Dying for the World
Dying for the World
2002

Chronique de Unholy Terror
Unholy Terror
2001

W.A.S.P
W.A.S.P
Voir la page du groupe
Création : 1982
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Love You to Pieces
Love You to Pieces
1985

Lizzy Borden
Lizzy Borden
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Iron Maiden
Iron Maiden
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Judas Priest
Judas Priest
Voir la page du groupe
Création : 1967
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Sonata Arctica
Sonata Arctica
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Heavy Metal
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Dehumanizer
Dehumanizer
1992

Chronique de Tyr
Tyr
1990

Chronique de The Eternal Idol
The Eternal Idol
1987

Chronique de Seventh Star
Seventh Star
1986

Black Sabbath
Black Sabbath
Voir la page du groupe
Création : 1969
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Helloween
Helloween
Voir la page du groupe
Création : 1978
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Silverthorn
Silverthorn
2012

Chronique de Ghost Opera
Ghost Opera
2007

Chronique de The Black Halo
The Black Halo
2005

Chronique de Epica
Epica
2003

Kamelot
Kamelot
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: